Magazine Culture

(Carte blanche) à Pascal Commère, "Conn’ssez pas Verheggen ? Z’avez tort.

Par Florence Trocmé


JpvDrône de zèbre, il est vrai. Encore que pas rayé – des listes électorales s’entend, pas plus que des chorales (qui ne font pas coraux au pluriel, attention aux barrières. Aux barrières de la langue, je précise).
Un équidé, en somme. – Qué qui dit, l’équidé ?
Dans son coin d’herbe belge le voilà qui mâchonne, ronchonne, mitonne, corrige, bonhomme, tandis que Sieur Bashung : gomme. La crise on connaît pas, de foie pas davantage, pas plus que la cerise, sinon sur le gâteux.
Le calembour aux lèvres, et non pas dit l’sapeur le camembert aux lourds.
Ah qu’il soigne sa tambouille culino-littéraire, c’est vrai qu’il faut des Lettres, et de l’Être, ça déborde à l’en croire de partout, ou tout comme – d’un canasson ici on le dirait boillard, s’en tenant au viscère (de moins en moins pourtant), ou boyard, si tant est que pétun ait à voir là-dedans, sinon côté poumon. Qu’on ne bronche ! J’en connais (pour en être) à qui Nicot niqua l’amer jusqu’au trognon. Souffle court. Lui plutôt l’a plein vent, l’empli ras la casquette, on s’émousse (oh la gueuze) on s’esquinte, gare aux baffles, à la quinte. Neni quant à la plainte.
Truculent ah dites-vous, mais quelle verve ! Les onze-mille ah jamais n’arrivent à sa ceinture. Duneton la relâcher d’un trou dans le cuir mou.
Un instant, papillon.
La bestiole a bon dos. Qu’on soit veuve (en primes noces) ou époux, ou ripou, le corps rompu, râpé, Chabert ne démentit (Pierre de nom, non point le colonel), chacun cherche ses poux en pilosité autre. Sauf qu’on
ne vit qu’une fois, belge ou pas, une fois, crevette ou cancrelat c’est tout comme, on endure. Dur à cuire,
je salue le Wallon et lon et lon lonlaire, du même coup le dormeur (du Wal), n’ignorant qu’en pays breton le dormeur est tourteau, célébré tout ici aussi bien qu’à Fécamp pour ses matières fécales. Quand il me faut dare-dare retour en Wallonie, sa kyrielle de trimards qui bousculent le tableau, on n’est pas à Ornans mais c’est orné quand même, tout un pays en soi de petites mains popu, l’air en sus par la suite.
Le chef est aux fourneaux, pleins feux sous les casseroles. Ça gratine, ça mijote, ça marine (non pas ça). Toqué qu’il est de mots, de riz (de veau), de rots que la soupe en verdit. Reverdy, pourquoi pas ?
Et quant à s’en priver ! Plutôt louches
ceux qui djeûnent, adeptes de l’austérité, de cure en cure, de colloque en colloque, s’offrent de rajeunir, main à plat sur le bock, le crayon sur le bloc. Luc, la diète, l’avait riche, d’autant qu’à Dijon né où moutarde et moustache chacune monte au nez. Le bonheur est d’un triste, allez, qu’on se méprend sur le sens du déclin,
Du Guesclin dont l’armure le protégeait du viol, du gel, des anges-lures… Ah foutue vie qui fuit par tous les bouts idem, s’en va, se contrefout de l’en-deçà, alpague
les meilleurs d’entre tous, et j’te tire et j’te pousse. En avant les rockeux, chacun son tour en rang deux par deux dans la queue, qu’on soit un cas binaire
ou pas. Les boyaux boyautés, on passe en commission. Avoir vaincu faut-il (et c’est combien de trop) pour poser sur le trône son séant merdusé ?
Pascal Commère


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines