Magazine Culture

Ian McEwan, la juge et l’enfant

Par Pmalgachie @pmalgachie
McEwan, juge l’enfant Fiona Maye, juge aux affaires familiales, a l’expérience des questions délicates. Ses dossiers révèlent souvent des douleurs profondes, des déchirures définitives. Elle a le souvenir d’avoir dû trancher, et le mot prenait tout son sens, le cas de deux frères siamois auxquels les médecins ne donnaient pas plus de six mois à vivre et dont l’un, après leur séparation, pouvait espérer devenir un enfant normal. Mais les parents refusaient l’opération qui provoquerait la mort de l’un des deux fils, parce que seul Dieu a ce pouvoir. Le jugement de Fiona avait été unanimement salué par ses collègues et les spécialistes du droit : il était « élégant et juste ». Mais elle en a gardé, comme une cicatrice, le remords d’avoir condamné un enfant à mourir, même s’il n’était pas viable. L’irrationnel n’est jamais complètement absent. Elle est aujourd’hui confrontée à un dilemme du même ordre : un garçon de dix-sept ans, atteint de leucémie, devrait être transfusé pour avoir une chance de guérir. Ses parents, Témoins de Jéhovah, s’y refusent. Et lui aussi, qui développera d’ailleurs, lors d’une longue conversation avec Fiona, une solide argumentation prouvant qu’il sait de quoi il parle. Adam aura dix-huit ans dans moins de trois mois, il est donc encore mineur mais la juge a tenu à l’entendre. Il y a urgence : chaque jour qui passe réduit ses chances de survie, expliquent les médecins. Le titre du roman, L’intérêtde l’enfant, prend tout son poids, renforcé par l’extrait du Children Act placé en épigraphe : « Quand un tribunal se prononce sur une question relative à l’éducation d’un mineur, l’intérêt de l’enfant doit être la priorité absolue de la cour. » Ian McEwan, qui place Fiona Maye dans une situation difficile, n’a évidemment pas écrit un essai sur la justice, bien qu’il se soit inspiré d’affaires réelles. Il a surtout fourni à son héroïne des interrogations presque impossibles, mais auxquelles elle doit quand même répondre, sur la vie, la mort, la foi… Il y ajoute, comme si Fiona n’en avait pas assez de son travail pour nourrir des inquiétudes, le ressentiment de Jack, son mari, fatigué de se sentir totalement délaissé, de voir leur vie de couple disparaître derrière la place que prend la vie des autres dans les jugements de Fiona. Tout est réuni pour menacer la capacité de celle-ci à percevoir clairement, avec objectivité, les données sur lesquelles elle doit s’appuyer pour rendre son arrêt. D’autant que celui-ci ne marque pas la fin de l’histoire : la présence d’Adam dans la vie de Fiona se prolongera hors du tribunal, ajoutant un élément déstabilisateur à une existence désormais menacée sur plusieurs fronts.
Cette femme ébranlée, et qui continue à résister, est saisie à un moment où sa fragilité est grande. Elle en devient d’autant plus forte.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pmalgachie 8645 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines