Magazine Cuisine

Main Basse sur les fromages AOP

Par Gourmets&co

Une enquête de Véronique Richez-Lerouge

Les fromages AOP ? Derrière cette belle initiative, cette apparente assurance d’un fromage bien délimité dans son terroir d’origine, fabriqué selon des méthodes bien définies censées donner le goût vrai et naturel, se cache une lutte sans merci entre les géants de l’agro alimentaire et les éleveurs-fromagers qui se battent pour maintenir la tradition des fromages fermiers.

Pour mettre à nu ces malversations, ces tromperies, ces tricheries organisées et assumées sans complexes par les différents acteurs, la journaliste a effectué un travail d’enquête impressionnant. Depuis des années, elle mène un combat sans merci contre ces sociétés qui transforment des traditions et des exigences de travail en produits banalisés, sans odeurs et sans saveurs. Le titre du livre, référence au grand film italien Main Basse sur la Ville, est en lui-même bien explicite et exprime parfaitement ce qu’il se passe derrière nos beaux fromages que le monde entier nous envie et dont la principale richesse était précisément la variété, la diversité et les savoir-faire dans chacune des régions d’origines.

De fait, comme dans beaucoup d’autres domaines alimentaires, plus rien n ‘est respecté et plus rien n’est intouchable si vous êtes une puissance financière ou un lobby qui pèse lourd au niveau des décisions. Ils ont nom Lactalis avec ses 23 AOP et leurs marques commerciales, Sodiaal (Yoplait, Candia), Savencia Fromages & Dairy, et d’autres… tous avec la même politique de banaliser les goûts et de tirer un profit monumental avec leur fromages sans couleurs et sans saveurs qu’ils promotionnent avec des campagnes de publicité aux images de terroir et d’hommes proches de la terre. Publicité proche du mensonger…

Plus grave encore, en uniformisant tout, ils interdisent aux nouvelles générations de connaître le vrai goût des produits en général et du fromage en particulier. Plus de repaires, plus de références, plus de possibilité de choix, juste des consommateurs hors sols, comme les tomates ou les fraises qu’ils consomment, qui évoluent dans un monde neutre, fade, hors goût et hors saison.

Le problème est que ces pratiques mettent en danger les petits producteurs fermiers, tandis que la France autorise sinon cautionne le lobbying des grands industriels. Cachez ces pratiques que je ne saurais voir…

Veronique Richez-Lerouge

C’est tout le travail magnifique de Véronique Richez-Lerouge qui dévoile cette main mise, explique et démontre pourquoi le cantal n’est plus du cantal, comment les chèvres frais ont de moins en moins de goût, le scandale du Camembert et de bien d’autres fromages que l’on croit pur et sain. Elle cite des noms et poursuit les tricheurs et leurs complices.
Un ouvrage indispensable pour ne pas acheter idiot, pour savoir ce qui est déjà en marche à savoir la fin d’une tradition paysanne et fermière qui depuis la nuit des temps a fait la force et le goût de la France par la richesse de sa diversité des terroirs.

Editions Erick Bonnier
326 pages
20 €
www.erickbonnier-editions.com

Du même auteur, et également indispensable :

La-vache-qui-pleure-
Adele-Pont-Eveque


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gourmets&co 44601 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines