Magazine Culture

La première fois que j'ai été deux, Archibald Ploom

Par Les Griffonneuses
Salut tout le monde !Nouvelle chronique pour vous parler d'un service presse qui m'a gentiment été envoyé par l'auteur, auprès de qui je m'excuse pour mon délai de lecture. Ma PAL déboooooooorde !L'histoire :Karen est une étudiante presque comme les autres, dans un lycée sans histoire. Jusqu'à l'arrivée de ce genre dandy anglais, elle était essentiellement concentrée sur ses sorties entre copines et la vie avec sa mère dépressive mais une demande de la part de la proviseure du lycée va changer la donne.Une relation de confiance quelque peu étrange et pourtant si naturelle va se mettre en place entre les deux lycéens qui vont, petit à petit, de plus en plus apprécier la compagnie de l'autre, jusqu'à passer des vacances inoubliables à Londres, ville chère à leur cœur.La première fois que j'ai été deux, Archibald PloomMon avis :Cette histoire est une belle leçon d'amour simple, pour des ados qui se cherchent et sont à la poursuite de leur vie qui leur échappe encore. Alors que tout semble mouvant autour d'eux, Karen et Tome vont trouver une certaine forme de stabilité en la présence de l'autre, à la fois réconfortant et source de nouvelles interrogations pour des jeunes de cet âge.Le parcours d'aucun d'eux n'a été simple mais pourtant, cette histoire ne se transforme en récit larmoyant visant à déterminer qui a le parcours le plus dramatique, ce dont je remercie l'auteur. Les étapes au contraire, sont formatrices et permettent aux jeunes d'entrer dans le monde des adultes, en passant par la grande porte. Qui saurait apprécier les moments de bonheur s'ils ne possédaient pas leur pendant négatif ?La plume de l'auteur alterne entre récit de deux ados qui veulent croquer la vie en se découvrant et longs paragraphes introspectifs, qui démontrent les différents aspects du cheminement d'un ado en construction. Certains de ces passages étaient un peu longs et redondants, j'avais à certains moments l'impression que l'histoire tournait en rond. D'un autre côté, cela montre la récurrence des questions que se posent les jeunes adultes : des questions qui reviennent, inlassablement, jusqu'à ce qu'ils aient une réponse.La fin est extrêmement surprenante, je ne m'attendais pas à descendre de mon nuage aussi brutalement, n'étant finalement, pas vraiment satisfaite non plus de la décision qu'avaient pris les jeunes gens au moment de leur séparation. Sur le point d'accepter finalement leur décision, le retour sur terre a été brutal.Les moments d'émotion sont forts, sans tomber dans le mélodrame, alternant astucieusement instants de légèreté provoqués par un amour naissant et retour aux petits tracas de la vie.La toute fin me laisse toutefois perplexe car plusieurs mois se sont écoulés sans savoir ce qu'il arrivera au jeune couple. Je ne suis pas friande de ce type de fin ouverte qui laisse au lecteur la possibilité d'imaginer ce qu'il souhaite.Dans l'ensemble, une bonne lecture, avec un style un peu chargé qui a nécessité parfois que je lise un passage plusieurs fois pour le comprendre mais avec des ados attachants en quête d'identité.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Les Griffonneuses 2771 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines