Magazine Beaux Arts

Le portrait de Joseph Banks (4)

Publié le 02 juillet 2017 par Detoursdesmondes
Cook-J. H. Mortimer


L’ histoire des collections n’est pas une discipline comme les autres ; elle s’apparente à une enquête policière suite à des crimes sans réels cadavres mais concernant plutôt des disparitions, des déplacements : l’objet victime est rarement « mort » et il réapparaît souvent après des années ; mais là où ne l’attendait pas… encore faut-il savoir bien chercher.
Dans le portrait de groupe peint par J. H. Mortimer en 1771. Cinq gentilshommes semblent discuter paisiblement lors d’une partie de campagne : les principaux protagonistes de la première expédition de Cook sont en place.
Au centre figure le Capitaine. À sa gauche, se tient un peu à l'arrière John Hawkesworth, il est chargé par l'Amirauté d'éditer le récit officiel du 1er voyage et, prenant appui sur la statue, John Montagu, comte de Sandwich, amiral de la flotte du roi d'Angleterre George III, est un protecteur de James Cook.
À la droite du Capitaine, Daniel Solander est un jeune naturaliste suédois, embauché pour le 1er voyage par Joseph Banks, le dernier personnage du groupe et le seul assis !
John Hawkesworth écrira bien un ouvrage sur le 1er voyage, édité à Londres en 1773 sous le titre An Account of the Voyages undertaken by the order of His Present Majesty for making Discoveries in the Southern Hemisphere, and successively performed by Commodore Byron, Captain Walis, Captain Carteret and Captain Cook, in the Dolphin, the Swalow, and the Endeavour; drawn up From the Journals which were kept by several Commanders, And fom the papers of Joseph Banks, mais les dessins de Hawkesworth ne constituent malheureusement en rien des témoignages fiables car il a procédé à de nombreux ajouts, recherchant le sensationnel, et nous ne pouvons guère en tirer des renseignements fiables concernant les objets rapportés.

Hawkeswort-1773


En constitue un exemple, la gravure sensée dépeindre un Intérieur d'une maison de l'île de Ulietea. Cette représentation d'une danse accompagnée de la musique du pays semble plus proche d’une scène de l'antiquité hellénique que d’une scène polynésienne du XVIIIème siècle ! Et c’est bien là une difficulté des illustrations des expéditions de manière générale, la véracité des images !… nous y reviendrons…
L’un des personnages des plus intéressants pour l’histoire des collections dans notre portrait de groupe est assurément Joseph Banks.
Il n’a que 25 ans lorsqu’il embarque auprès de James Cook pour la première expédition. Il était naturaliste et botaniste de formation, mais à la mort de son père en 1761, il avait hérité d’une importante fortune. Quand il réussit à embarquer à bord de l’Endeavour, il n’était pas tout à fait novice des choses de la mer et des sciences en général ! Il avait en effet navigué en tant que naturaliste à bord du HMS Niger qui avait exploré Terre Neuve et les côtes du Labrador en 1766, décrivant précisément faune et flore de cet environnement septentrional. En outre, devenu conseiller du roi Georges III, il était conscient de l’importance des grands voyages de découvertes afin de faire avancer la science et particulièrement l’histoire naturelle, et avait acquis une certaine influence auprès du roi concernant ces questions.

Banks--west


C’est ainsi, qu’avec son propre financement, il mit sur pied une petite équipe composée de son ami Daniel Solander (qui avait eu pour professeur Carl von Linné), d’un illustrateur naturaliste originaire d’Edimbourg, Sydney Parkinson, d’un artiste paysagiste écossais, Alexander Buchan et de Herman Spöring, lui aussi un illustrateur d’origine finlandaise, et qui ferait office de secrétaire et d’assistant pour ce voyage.
Outre son implication dans le premier voyage de Cook, Joseph Banks constitue une figure importante du siècle des Lumières. Entré jeune à la Royal Society de Londres, il fut pendant plus de 40 ans son président, et à ce titre fut un homme influent tant dans les orientations de la recherche en botanique que dans beaucoup d’autres sciences. Il devint également administrateur du British Museum. Beaucoup d’objets des voyages de Cook sont passés par les mains de Banks. Mais il ne s’agit pas uniquement de ceux rapportés de la première expédition et de ce fait il est parfois difficile de connaître les dates de collectes de certains d’entre eux.
C’était un homme éclairé qui avait été impressionné par la richesse des cultures rencontrées lors du premier voyage. Est-ce pour cette simple raison qu’il est ainsi portraituré entouré d’artefacts acquis lorsqu’il était à bord de l’Endeavour ? Ou est-ce pour souligner l’importance du don qu’il s’apprête à faire au Christchurch College d’Oxford, là où il a étudié entre 1760 et 1765 ?
Fau-parkinson On a identifié certains des objets qui figurent sur la peinture de Benjamin West réalisée entre 1771 et 1772. On remarque bien sûr la superbe cape maori dont Joseph Banks est paré, mais aussi, à gauche en bas un fau de Tahiti, une pagaie maori, un long bâton. À droite, à terre, une hache tahitienne, une massue maori (ou un battoir ?) et une page de Sidney Parkinson.
L’ objet le plus étrange est certainement cette grande coiffe recouverte de plumes ; et ce sont des dessins de Sydney Parkinson (cf. ci-contre) qui nous éclairent sur elle. Portée en complément d’un pectoral, un taumi, lui aussi recouvert de plumes et orné de rangées de dents de requin, elle constituait un ornement de chef.
On pense que le fau, représenté sur le portrait de Banks et celui des dessins de Parkinson est l’exemplaire actuellement conservé au British Museum sous le numéro TAH 9. Quant au taumi qui ne figure pas dans le portrait ; on en compte une vingtaine dans les collections. Seuls, a priori (pas de certitudes), deux exemplaires sont identifiés comme provenant du 1er voyage et se trouvent au British Museum sous le numéro TAH 57 (et peut être TAH 57+).
TAH57British Le manteau que porte Joseph Banks sur le célèbre tableau de Benjamin West, se trouve au Pitt Rivers Museum. Quant aux autres objets, on a du mal à les retrouver dans les collections connues. Cela peut sembler étonnant mais on n'a identifié qu’à une date récente des objets comme provenant du premier voyage de Cook notamment dans les collections du Pitt Rivers museum.
On doit cette découverte au travail de Jereemy Coote rapporté pour la première fois dans l'article "An interim Report on a previously unknown collection from Cook's First Voyage : The Christchurch Collection at the Pitt Rivers Museum" paru en 2004 dans le Journal of Museum Ethnography 16... à suivre...


Une première note sur Joseph Banks avait été publiée sur ce blog en 2014. (à consulter pour retrouver le journal de bord de Joseph Banks téléchargeable sur le site de la Mitchell Library de Sydney)

Photo 1 : Captain James Cook, Sir Joseph Banks, Lord Sandwich, Dr Daniel Solander, John Hawkesworth, 1771, peint par J. H. Mortimer.
Photo 2 : Intérieur d'une maison de l'île de Ulietea avec la représentation d'une danse accompagnée de la musique du pays, 1773, gravure de John Hawkesworth.
Photo 3 : Sir Joseph Banks, 1771, peint par Benjamin West, © Lincolnshire Council, Usher Gallery.
Photo 4 : Un homme avec une coiffe (fau) et un taumi, Sydney Parkinson.
Photo 5 : Taumi © British museum TAH 57


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Detoursdesmondes 6934 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines