Magazine Bd

Corps sonores

Par Belzaran

Corps sonores


Titre : Corps sonores
Scénariste : Julie Maroh
Dessinatrice : Julie Maroh
Parution : Janvier 2017


Avec « Le bleu est une couleur chaude », Julie Maroh avait décrit une relation originale (à défaut d’être intéressante) entre deux femmes adolescentes. Visiblement, l’auteure considère qu’il y a encore du boulot à faire en la matière et démarre son « Corps sonores » par un pamphlet contre la romance vue dans tous les médias et arts : le couple hétérosexuel blanc et beau. Elle décide alors de décliner des histoires d’amour en utilisant tous les oubliés du genre : homos, trans, noirs, arabes, amérindiens, gros, polyamoureux ou handicapés. Le tout fait quand même 300 pages…

Un livre raté, plombé par ses bonnes intentions

Ils vivent à Montréal, mais surtout ils vivent l’Amour. Qu’ils soient en début ou fin de couple, avant ou après, ils aiment. Sur ce schéma, Julie Maroh décline des saynètes, souvent très courtes. On y parle de sexualité, d’amour, de tendresse…

Corps sonoresL’auteure s’est certainement fourvoyée sur son intention. Plutôt que de proposer une « vraie » histoire avec des personnes dont on ne parle habituellement pas, elle veut mettre un peu de tout et multiplie les situations. Je préfère de loin « Les petits ruisseaux » qui exprime la vie sexuelle des personnages âgées, que ce « Corps sonores » qui ne développe rien, mais qui sous prétexte de mettre en scène des « oubliés », trouverait un intérêt. Si Julie Maroh voulait prouver que les homosexuels, les indiens, les handicapés ou les noirs vivent l’amour de la même façon que les hétéros blancs, est-ce que ça méritait 300 pages ?

Quelques rares situations parlent de situations plus originales : les polyamoureux ou lorsqu’une nana s’aperçoit que le mec qu’elle a dans son lit est transsexuel. Mais le traitement en quelques pages empêche tout développement psychologique. À rester en surface, l’auteure botte aussi un peu en touche. Je traite tous les sujets, mais pas trop. Du coup, on s’ennuie vite. Les enchaînements de scènes deviennent rébarbatifs et beaucoup n’ont quasiment aucun intérêt.

Graphiquement, on retrouve la patte de Julie Maroh. Pour ma part, je trouve le trait maladroit et pas très beau. En revanche, les changements de technique selon les projets sont à signaler. Mais le nombre de pages dessert l’ensemble. Au bout d’un moment, on passe vite sur les pages, là où il faudrait observer un peu plus.

Corps sonores

Au final, je trouve ce « Corps sonores » raté. L’intention de départ, louable, est très mal exploitée dans une série de scènes sans lien et sans beaucoup d’émotion. Avec une seule histoire, plus longue, faisant intervenir des personnages différents de la norme, Julie Maroh aurait pu bien plus nous émouvoir. Là, on a l’impression de lire un catalogue des relations possibles, un peu gnangnan sur les bords.

Corps sonoresCorps sonores


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Belzaran 2637 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines