Magazine Culture

[Critique] Gypsy saison 1 : on n’était pas venus ici pour souffrir, okay ?

Publié le 04 juillet 2017 par Linfotoutcourt

L'enfer c'est les autres... et Gypsy. La nouvelle série Netflix, lancée à peine une semaine après Glow, avait de quoi séduire avec Naomi Watts et Billy Crudup au casting. Puis l'enthousiasme se transforma en cauchemar...

Personnage tête à claques. On trouvait déjà l'héroïne de Girlboss pas franchement sympathique, mais avec Jean Halloway, thérapeute envahissante de son état, on touche le fond et on creuse encore. Mélodramatique, égoïste et manipulatrice, la miss cumule les comportements absurdes et les changements d'attitude inexplicables qui agacent profondément. Le dernier épisode restera un modèle du genre question aberration. Naomi Watts joue bien, c'est toujours ça.

Lent, très lent. On l'avait senti dès le premier épisode : il faut s'injecter de la caféine en intraveineuse pour rester éveiller pendant les 10 fois 60 minutes que dure la série (alors que 90 aurait largement suffi). Le show prend son temps, n'offre aucun rebondissement et les secondes paraissent des heures devant cette plongée ratée dans la vraie nature des gens. Et alors que nous sommes au-delà du supportable, la fin ouverte nous assène le coup de grâce : il peut y avoir une saison 2.

Gypsy saison 1 est disponible sur Netflix

(Visited 26 times, 26 visits today)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Linfotoutcourt 85340 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine