Magazine Cinéma

[Critique] CLOWN

Par Onrembobine @OnRembobinefr
[Critique] CLOWN

Partager la publication "[Critique] CLOWN"

Titre original : Clown

Note:

★
½
☆
☆
☆

Origines : États-Unis/Canada
Réalisateur : Jon Watts
Distribution : Andy Powers, Laura Allen, Peter Stormare, Eli Roth…
Genre : Horreur/Épouvante
Date de sortie : 12 juin (DTV)

Le Pitch :
Alors que le clown qu’il avait embauché pour animer l’anniversaire de son petit garçon s’est désisté à la dernière minute, un homme décide de le remplacer. Ce qui tombe à pic, car il vient justement de trouver un costume de clown. Un truc bien vintage qui s’avère maudit… Alors que la fête s’est déroulée à merveille et que son gamin est ravi, le père de famille n’arrive plus à retirer le costume. De plus, de curieuses et inquiétantes envies lui viennent à l’esprit. Un appétit vorace d’enfants notamment…

La Critique de Clown :

Deuxième long-métrage de Jon Watts, réalisé en 2014, Clown ne sort que maintenant en France. Faut-il y voir une volonté de surfer sur la prochaine sortie de Ça, la nouvelle adaptation du classique de Stephen King ou encore un désir de tabler sur le nom de Jon Watts, qui s’apprête à nous livrer Spider-Man : Homecoming ? Probablement un peu des deux. Reste que ce Clown finalement, n’était pas si mal dans le tiroir où il végétait depuis presque 3 ans…

Clown-Peter-Stormare

Un costume sur-mesure

Dès les premières images, Clown, qui est par ailleurs produit par Eli « Hostel » Roth (ce qui n’est pas un gage de qualité contrairement à ce qu’on peut penser, vu que Roth produit à tour de bras des trucs plus ou moins bons voire carrément mauvais), ressemble à un vieux téléfilm. Rien de rassurant là-dedans surtout qu’en l’occurrence, l’acteur principal a un peu le charisme d’un chou-fleur. Est-il mal dirigé, son rôle est-il mal écrit ou est-ce lui qui est mauvais ? Difficile à dire mais il est clair que l’écriture est en effet à montrer du doigt. Une écriture qui va vite à l’essentiel, ce qui est bien, mais qui ne prend pas le temps de développer ses personnages qu’elle limite à une somme grossière de clichés vieux comme le monde. Il suffit de voir Peter Stormare, jamais plus à sa place que dans les pompes des mecs timbrés, pour s’en convaincre. Clown ne fait pas d’efforts particuliers pour donner à son postulat la chance de vraiment s’extraire d’un marasme de plus en plus embarrassant. Autant dire qu’on est loin de Il est revenu, la première adaptation (à la télévision) de Ça de King, avec le terrifiant Tim Curry. On est d’ailleurs tout aussi loin de trucs plus farfelus comme Les Clowns tueurs venus d’ailleurs, de Stephen Chiodo, qui avait au moins le mérite d’exploiter à fond son concept foutraque pour offrir un show assez déviant mais à n’en pas douter jubilatoire.

Death Of a Clown

Alors oui, Clown va directement à l’essentiel et orchestre la transformation d’un père de famille sans histoire en monstre cannibale, en prenant soin de nous torcher vite fait bien fait une sombre histoire dont les tenants et les aboutissants redéfinissent de manière horrifique la figure du clown. Non ils ne sont pas gentils et oui ce sont carrément des ordures. Bref, rien de bien excitant. Pas de quoi monter le chapiteau en somme…
Cela dit, Clown a au moins le mérite de proposer quelques scènes gore ainsi qu’une créature relativement effrayante, si on fait abstraction de l’histoire un peu débile dont elle est le pivot. Loin des slashers des années 80, qui ne racontaient pas non plus des trucs super originaux mais qui savaient se montrer hyper efficaces, Clown appelle un ennui poli et galère à mener son récit jusqu’à sa conclusion, dont on finit par se moquer irrémédiablement. Oui c’est parfois étonnamment radical mais non, ça ne change rien à la donne.
Juste après Clown, Jon Watts réalisera Cop Car, un brillant drame démontrant d’un talent certain et d’une propension à instaurer des ambiances prégnantes sans avoir recours à trop d’artifices. C’est ce qui est d’autant plus étonnant dans ce film d’horreur que la France découvre donc avec un certain retard. Ici, les artifices sont grossiers, tout comme les effets. La photographie est assez fadasse, les acteurs en roue libre et le scénario ne tient pas la route. Difficile de se montrer déçu tant nous n’attendions rien de particulier, mais quand même, c’est dommage.

En Bref…
Film d’horreur certes gore et parfois hardcore, Clown reste très anecdotique, quand il ne verse carrément pas dans une médiocrité relative à son scénario foutraque (entre autres éléments). Reste plus qu’à espérer qu’un second volet ne soit pas mis en chantier.

@ Gilles Rolland

Clown
   Crédits photos : Wild Bunch Distribution


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Onrembobine 57561 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines