Magazine Cinéma

[critique] Land of the dead : le Territoire des morts

Par Vance @Great_Wenceslas
[critique] Land of the dead : le Territoire des morts

Passé un très bon générique, autant visuel qu'informatif, le début du film nous met tout de suite dans le vif du sujet : les zombies sont en train d'évoluer, si tant est que cela reste possible. Cette observation est rapportée par le héros de ce récit, un homme sans défaut, attachant mais, finalement, très lisse (peut-on s'attendre à autre chose de la part de Simon Baker ?). Les seconds rôles n'ont au plus qu'un intérêt secondaire, même si on pouvait raisonnablement espérer mieux d' Asia Argento ou Dennis Hopper) et le film devient très vite un remake de choses déjà vues et revues, pillant abondamment dans l'iconographie madmaxienne sans génie ni surprise aucune (à moins qu'on considère comme surprise le fait qu'on passe notre temps à deviner de quelle façon les zombies vont apprendre une nouvelle technique et qu'on se retrouve généralement déçu par la façon dont cela arrive).

[critique] Land of the dead : le Territoire des morts

Bon, ce n'est pas trop mal filmé, les bruitages sont corrects, mais c'est surtout l'absence de recul ou de distanciation et la façon grossière dont
Romero assène le même discours depuis une quarantaine d'années qui agace : Land of the Dead n'apporte rien aux films de zombies, dont il est pourtant le père. Rien de novateur, ni dans la structure, ni dans le message sous-jacent (la société de consommation nous rend abrutis mais ensemble on peut s'en sortir), ni dans les effets spéciaux ; pour le gore, on est servi, mais c'est du réchauffé, encore tiède.

[critique] Land of the dead : le Territoire des morts

de
L'Armée des morts Zack Snyder, avait ouvert des portes dans lesquelles il fallait oser s'engouffrer, avec ses morts-vivants qui couraient, ajoutant paradoxalement un peu de vie dans un thème sur la non-mort (vous me suivez ?). Sous un autre angle d'approche, l'excellent 28 jours plus tard (ainsi que sa suite

[critique] Land of the dead : le Territoire des morts

moins réussie mais jusqu'au-boutiste) renouvelait avec bonheur le genre. Avant que et Walking Dead n'enracinent définitivement le cadavre ambulant dans la mythologie populaire.

Ici, le film claudique, boîte et finit par se ramasser sans gloire, avec une fin navrante.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Vance 6006 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines