Magazine Culture

L'Imbécile Éléphant d'Hambourg

Publié le 08 juillet 2017 par Hunterjones
L'Imbécile Éléphant d'Hambourg Pour parfaitement calquer l'anglicisme: c'est l'éléphant dans la pièce.
Ils sont 19 dirigeants de pays à parler en cachette de cet idiot à la tête des États-Unis. Comme à la cafétéria de l'école secondaire quand on laissait parler fort ce crétin qui prenait toute la place et qui disait absolument n'importe quoi pour mieux pratiquer la médisance à son égard en sourdine.
L'Imbécile Éléphant d'Hambourg C'est drôle, j'ai récemment vécu exactement ce feeling en séjour au condo du Nord. Nous quittions les lieux. En fait c'était notre dernière journée et nous l'étirions autour des bains/spas et sur le lac. Nous quittions tandis qu'un nouveau groupe de gens arrivaient sur les lieux. Ils arrivaient bruyamment, un groupe de 10-12, dont un avec un système de son portatif qui imposait sa musique à tous sans préavis. Une première gifle au moment serein que nos vivions. Au son des motos qui se plaçaient tout près, on a vite compris que les indigènes qui investissaient les lieux étaient des motards d'un club quelconque. Ils en avaient la couleur clichée. Les hommes en cuir, vulgaires, tatoués et franchement trop "loud", les filles aux airs un peu putes, ne manquant pas de jouer aux serveuses pour les multiples bière que le groupe consommaient dès 11h20 du matin.
L'Imbécile Éléphant d'Hambourg
Le plus grand, physiquement, parmi eux, marquait tout de suite l'imagination. Il était complètement vêtu de jeans, là où nous étions pour la plupart dans nos plus simples éléments de maillots de bain. Inutile de préciser que les filles avec eux avaient des maillots encore plus ténus...Le grand en jeans passaient d'un groupe à l'autre en couvrant beaucoup de territoire, mais surtout en faisant beaucoup beaucoup de bruit, là où la plupart semblaient réclamer du silence. Même quand il riait, il en faisait trop et dérangeait tout le monde. Personnellement, je ne lui donnais aucune attention puisqu'il se rappelait perpétuellement à moi sous toute forme de manières désagréables.
L'Imbécile Éléphant d'Hambourg Puis, tout près de moi j'ai entendu cette conversation entre lui et un pur étranger.
"C'est quoi votre problème monsieur? vous êtes là, à me regarder...je vous dérange?" a dit le géant en jeans, beaucoup trop fort, inutilement hostile et agressant de toute part. De toute évidence agressé lui aussi. Par quelqu'un qui le regardait comme on avait le droit de le faire: comme on regarderait un animal au zoo. Impressionné de son(leur) manque de savoir-vivre.
L'Imbécile Éléphant d'Hambourg
"Nonon...y a rien, j'suis..j'suis juste là...je vous regarde pas particulièrement..." a dit le pauvre homme se sentait maintenant obligé de retraiter ailleurs, se glissant dans un bain plus loins en vitesse, puisque le géant avançait vers lui. (Il se promenait beaucoup trop d'ailleurs, là où tout le monde lézardait.)
L'Imbécile Éléphant d'Hambourg Maintenant, c'était moi qui espionnait du regard l'homme reviré par l'ogre. Il semblait se plaindre à des amis du comportement brutal du géant en jeans de la tête aux pieds.  Je ne regardais pas beaucoup ce géant, mais du peu que j'en ai vu, il a ingurgité plusieurs bières en très peu de temps. Ça menaçait de dégénérer à moyen terme. Tout son groupe parlait et s'exprimant toujours plus fort.
Si je ne le regardais que très peu aussi, c'est qu'il pouvait facilement intimider. Pour un homme, un simple regard, (il venait de le prouver en plus), peut mener à une confrontation physique. L'amoureuse ne cessait d'ailleurs de passer des commentaires désobligeants de manière si forte que j'étais maintenant prêt à me battre car j'étais le mâle à ses côtés et que ce vulgaire géant s'en serait pris à moi, pas à une belle fille.
L'Imbécile Éléphant d'Hambourg Un rapide balai du regard de notre part pouvait confirmer que si ces gens étaient heureux de se trouver ensemble là, en ce moment, les autres y voyaient de sérieuses taches sur de beaux vêtements.
Les poux du bal.
Ça m'a aussi rappelé cette collègue de l'amoureuse qui m'avait un jour dit, en parlant d'une destination vacances: "C'est une belle place...tu sais, ce sont des gens comme nous..." Ce qui m'avait laissé amplement perplexe sur le nous en question puisque je me sentais moi-même, alors, imposteur parmi eux.
L'Imbécile Éléphant d'Hambourg
Cette fois ce "nous" était bien clair.
Il y avait le civisme et les colons.
Je devine que c'est ce qui se passe à Hambourg.
Un G19 civilisé.
Et Donald Trump est ses valets de pisse.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Hunterjones 432 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines