Magazine Culture

L'Odeur de la forêt - Hélène Gestern

Par Ivredelivres
L'Odeur de la forêt - Hélène Gestern

Parce qu'elle a lié amitié avec Mme de Chalendar, Elisabeth Bathori, historienne à L'Institut pour la mémoire photographique du siècle, se voit confier la correspondance d' Alban de Willecot un jeune homme mort au front en 1917.

Particularité : l'essentiel de la correspondance est adressé à un grand poète de l'époque : Anatole Massis dont malheureusement les réponses aux lettres d'Alban ont disparue.

L'Odeur de la forêt - Hélène Gestern

Apollinaire : un poète à la guerre

Elisabeth est aussitôt passionnée par ce travail, les documents viendront enrichir le fond de l'Institut mais au-delà, ce travail lui permet de sortir peu à peu d'une sévère dépression suite à ma mort de son conjoint.

Elisabeth s'attache à Alban de Willcot. Quelques mois plus tard à sa grande surprise elle hérite une maison de Mme de Chalendar, charge pour elle de poursuivre ses recherches sur la famille, d'explorer les zones d'ombre de l'histoire familiale, de rechercher les documents manquants.

Elisabeth s'installe dans cette maison où tout lui plait. Grâce à son obstination et ses méthodes de recherche, peu à peu l'histoire prend forme, un personnage nouveau apparait : Diane, jeune fille passionnée de mathématiques mais que les moeurs de l'époque empêche de faire des études, elle a, elle aussi, correspondu avec Alban, elle a tenu un journal qui conduira Elisabeth à élargir ses recherches loin de la France et au-delà de la Première Guerre.

L'Odeur de la forêt - Hélène Gestern

Ces cartes qui maintenaient le lien

C'est une traversée du siècle que propose Hélène Gestern. A travers les traces laissées : photos, lettres, journaux, la reconstitution du passé devient possible et fait oublier à l'héroïne sont douloureux présent

" J'empruntais la vie d'une autre, je mettais mes pas dans les siens, j'adoptais son histoire. Était-ce malsain, morbide, immoral ? Je ne le savais pas et je n'avais pas voulu me poser la question, me laissant guider par une mémoire qui ne m'appartenait pas, mais dont j'épousais sans discuter les méandres. Parce que, à la faveur de cette enquête sur les lettres centenaires d'un soldat dont j'ignorais l'existence quelques mois plus tôt, quelque chose d'infiniment lent avait commencé à remuer à l'intérieur de moi, quelque chose qui n'avait pas encore ni forme ni nom, mais qui poussait obscurément les parois du chagrin pour réclamer l'énoncé de la lumière. "

L'Odeur de la forêt - Hélène Gestern
Lettres des poilus

C'est une belle façon de mettre en avant ces disparus " avalés par la guerre, le temps, le silence "; de mettre à l'honneur le travail parfois fastidieux des historiens, archivistes, tous ceux qui permettent que l'histoire ne soit plus seulement celle des événements mais aussi celles d'hommes et de femmes.

J'ai beaucoup aimé ce roman, très dense. Grâce à l'habileté d'Hélène Gestern on suit les traces, on déroule le fil de l'histoire. J'ai été prise par la richesse du récit, par la complexité de ses personnages, par les problèmes évoqués au fil des pages : la place des femmes qui change avec la guerre, les secrets familiaux qui empoisonnent parfois plusieurs générations, les vérités pas toujours bonnes à dire sur les faits historiques.

L'Odeur de la forêt - Hélène Gestern
Ces hommes longtemps niés, cachés

J'avais lu avec plaisir son roman précédent : Eux sur la photo, mais j'ai vraiment aimé celui-là et je vous le recommande comme une lecture d'été tout à fait passionnante

Le livre : L'Odeur de la forêt - Hélène Western - Editions Arléa


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ivredelivres 1116 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines