Magazine Cinéma

La maison du bout du monde

Par Darkstein

de Åke EDWARDSON.

Ake Edwardson - La Maison du Bout du Monde
Encore un suédois qui fait parler de lui avec un personnage récurrent en la personne du flic bourru Erick Winter (tiens, un flic bourru et ténébreux, comme c’est original) enquête sur le meurtre d’une famille isolée : femme et enfants massacrés, seul le dernier né, encore nourrisson, a survécu. Qui, pourquoi ?

Entre la froidure d’une Suède typique et l’atmosphère calliente d’une maison en Espagne où il coule des jours presque heureux avec sa famille (presque, parce que tourmenté), Erick se débat avec ses démons intérieurs, et noie ses doutes dans le jazz et le whisky.

D’une écriture presque lapidaire, dans un ton froid et distant, le roman nous plonge parfaitement dans l’atmosphère d’isolement et des lieux, et des personnages. N’évitant malheureusement pas les clichés du flic génial mais solitaire, les ficelles s’entremêlent et perdent le lecteur sur des pistes en cul de sac.

On se laisse prendre, mais sans s’attacher au personnage. Manque peut-être une once de folie ou d’humanité à l’ensemble pour avoir le roman policier parfait !



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Darkstein 120 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte