Magazine Culture

James Barry est-il la première femme chirurgienne britannique ?

Par Marine @Rmlhistoire

James Barry est un chirurgien militaire de l’armée britannique réputé pour avoir réalisé de nombreuses prouesses, notamment en Inde et en Afrique du Sud. Si ses aptitudes à la médecine et plus particulièrement à la chirurgie ne sont pas remises en cause, on se pose encore aujourd’hui de nombreuses questions en ce qui concerne le sexe et le genre de James Barry. Celui-ci est né et a été élevé en tant que fille mais qui s’est fait passer pour un homme pour entrer à l’université, il a ensuite gardé le genre masculin jusqu’à la fin de sa vie.

Illustrations d’Océane Sandon.

James Barry, travesti, transgenre ou intersexe ?

Je suis assez d’accord pour dire qu’on en a rien à cirer du genre et du sexe de James Barry, le mec a fait des choses cools, il a soigné des humains, il en a même sauvé de la mort et il a apporté de nombreuses notions de médecine et d’hygiène en Afrique et en Asie (on y reviendra) qui ont considérablement amélioré la qualité de vie des populations, mais connaître les raisons pour lesquelles James Barry a souhaité changer de genre apporte un détail important à l’histoire de la chirurgie au Royaume-Uni.

A sa naissance, on assigne le genre féminin à James Barry. Il nait en 1789 et il est élevé comme une petite fille par ses parents qui l’ont appelé Margaret Ann. Cependant, à l’âge d’entrer à l’université, James Barry décide de changer de genre. Pour commencer la médecine et poursuivre une carrière de chirurgien, il faut avoir des couilles être un homme. Ou en tout cas, sembler en être un. C’est le cas de James Berry qui coupe sa crinière rousse. Jusqu’à sa mort, le médecin militaire garde son identité masculine.

A sa mort, le médecin chargé de faire le certificat de décès, McKinnon, le déclare en tant qu’homme, mais Sophia Bishop la personne qui s’est occupée de préparer le corps du défunt a laissé entendre que James Barry était physiquement une femme.

jbarry_02

Voici un échange de courriers entre McKinnon et Georges Graham :

Georges Graham :  « Monsieur, Il m’a été rapporté que l’Inspecteur général le Dr James Barry, mort au 14 Margaret Street le 25 juillet 1865, se trouvait en fait être une femme. Puisque que vous avez fourni le certificat de décès, je prends la liberté de vous demander si ce que j’ai entendu est vrai, et si vous aviez établi qu’il s’agissait d’une femme et apparemment d’une mère ? »

McKinnon : « Monsieur, J’ai été un proche de ce docteur depuis de nombreuses années, à la fois à Londres et en Indes occidentales et je n’ai jamais eu un doute sur le fait que le Dr Barry était une femme. Je l’ai soigné durant ces dernières maladies (pour bronchite, puis diarrhée). Une seule fois, après la mort du Dr Barry, au bureau de Sir Charles McGregor, la femme qui devait réaliser l’office attendait pour me parler. Elle souhaitait obtenir des informations sur son emploi, étant donné que la femme qui servait le Dr Barry avait refusé de lui en donner. Parmi d’autres choses, elle m’a dit que le Dr Barry était une femme, et que j’étais un sacré docteur pour ne pas le savoir et qu’elle ne voudrait jamais se faire soigner par moi. Je l’ai informée que cela ne me concernait pas si le Dr Barry était un homme ou une femme, et que je pensais qu’il aurait pu être ni l’un ni l’autre, c’est-à-dire un homme imparfaitement développé. Elle m’a alors dit qu’elle avait examiné le corps, qu’il s’agissait parfaitement d’une femme et même qu’il y avait des signes qu’il ait très jeune eu un enfant. Je lui ai alors demandé comment elle en était arrivée à cette conclusion. La femme a pointé la partie basse de son estomac et a dit « à partir des marques là. Je suis une femme mariée et la mère de neuf enfants, je devrais le savoir. »

La femme semblait penser qu’elle avait découvert un important secret et voulait de l’argent pour le garder. Je l’ai informée que les proches du Dr Barry étaient morts, qu’il n’y avait pas de secret pour moi, et que selon ma propre impression, le Dr Barry était un hermaphrodite. Mais que le Dr Barry soit un homme, une femme ou un hermaphrodite, je l’ignore, et peu importe puisque je peux positivement jurer que ce corps était bien la personne que j’ai connu comme Inspecteur général pendant plusieurs années. »

McKinnon évoque donc la possibilité que James Barry soit en fait une personne intersexe mais rien n’a été vérifié, il aurait été nécessaire de pratiquer une autopsie afin de savoir si effectivement, James Barry possédait des organes assignés masculins, féminins, ou les deux alors je propose qu’on laisse cette hypothèse de coté. Ce qui nous intéresse est plutôt de savoir si le changement de genre de James Barry est lié à la personnalité de l’homme qui ne se reconnaissait pas comme appartenant au genre féminin qu’on lui a assigné à la naissance ou au simple fait que l’université soit ouverte aux hommes, et en ce sens, il s’agit d’un simple travestissement. Pour ne pas se plier aux codes de la société et pour pouvoir exercer le métier qui lui plaît, Margaret Ann a joué le rôle de James Barry, ce qui fait de James Barry la première chirurgienne britannique. Ne connaissant à ce jour nullement les intentions de James Barry, il est difficile de trancher.

Cependant, James Barry figure au nom de Margaret dans l’œuvre : The Dinner Party,  de Judy Chicago. Il s’agit d’une installation qui présente des convives autour d’une table, chaque convive représente une femme historique ou mythique.

Revenons maintenant sur la vie de ce grand médecin.

Le changement d’identité de James Barry

James Barry est né en 1789, ou peut être 1792 ou 1799. En réalité, on n’en sait rien du tout. En revanche, il est né à Cork d’un père commerçant, Jeremiah Bulkley. John, le frère de James Barry, souhaite se marier avec une femme qui n’est pas de son rang, aussi Jeremyah contracte de grosses dettes et finit par être emprisonné. Lorsque celui-ci est détenu à Dublin, son épouse Mary-Ann et ses enfants dont Margaret (James Barry) se trouvent dans une grande misère. Ils n’ont pas d’argent et Margaret qui souhaite faire l’école de médecine est bien emmerdée parce qu’elle a un vagin et non un pénis. Et à cette époque, les femmes ne sont pas acceptées dans les grandes écoles. Ben oui, on ne va quand même pas instruire une femme ! Manquerait plus que ça !

jbarry

Le projet pour Margaret commence à germer dans le cerveau de la famille Bulkley. Francisco Miranda, un vénézuélien, n’y est pas pour rien. Lorsqu’il rencontre Margaret à plusieurs reprises, il en est certain : cette fille est brillante et elle doit apprendre la médecine. Il lui propose de partir au Venezuela, pays dans lequel les femmes peuvent faire médecine. Hélas, le projet n’est pas possible mais la mort de l’oncle de Margaret lui laisse un héritage important qui lui permet de financer des études. Il ne reste plus qu’à se faire passer pour un homme.

Tout commence avec une lettre destinée au notaire qui indique que fin novembre 1809 Margaret et sa mère ont pris le bateau jusqu’à Edimbourg. Dans une autre lettre envoyée le 14 décembre 1809, un certain James Barry demande au notaire de faire suivre son courrier chez Mary-Ann, qu’il désigne être sa tante. Dans la lettre, James Barry explique qu’il voyage en sa compagnie. Cette même lettre est signée « Miss Bulkley ». C’est à rien n’y comprendre mais rapidement Margaret Bulkley disparaît de la circulation et laisse place à James Barry.

James Barry devient médecin

James Barry poursuit des études de médecine et de littérature à Edimbourg, et en 1812 il obtient son doctorat en médecine grâce à thèse sur l’hernie inguinale il obtient son doctorat en médecine. Comme quoi, les vagins aussi peuvent être doués. En 1813, il devient étudiant au Guy’s Hospital et au Saint Thomas Hospital à Londres où il valide un examen auprès du Collège royal de chirurgie. Clairement, James Barry ne perd pas de temps, il est passionné et très investi dans ses études et son travail, aussi est-il rapidement engagé comme assistant chirurgien à l’hôpital militaire de Plymouth quelques jours seulement après avoir obtenu son diplôme de chirurgie.

La carrière militaire de James Barry

En quelques mois, James Barry passe d’assistant chirurgien à inspecteur médical pour la colonie. C’est à dire qu’il part en Inde et en Afrique pour juger la qualité sanitaire des hôpitaux et faire des améliorations. C’est ainsi qu’il va mettre en place un réseau hydraulique au Cap, bouleversant un petit peu les habitudes locales. A ce propos, il se fait de nombreux ennemis, le mec arrive avec son gros cerveau européen et il veut tout changer dans le pays, ça passe moyen. De plus, James Barry est soupçonné d’entretenir des relations homosexuelles avec le gouverneur Lord Charles Somerset.

Après presque 10 ans en Afrique du Sud, James Barry part en 1828 sur différentes îles comme Maurice, Trinidad et Tobago, Sainte Hélène, Malte, Corfou, Jamaïque… Il voyage, il travaille dur et il monte en grade puisqu’il devient inspecteur général de l’armée britannique. Une décennie plus tard, le médecin James Barry est envoyé dans les Indes occidentales, il pratique la médecine et a pour mission d’améliorer les conditions de vie des troupes. On le nomme Officier principal médical mais en 1845, touché par la fièvre jaune, il retourne en Angleterre pour se soigner puis repart à Malte pour quatre ans. Durant ces années, le travail de James Barry est de limitée la propagation d’une épidémie de choléra. En 1857, il est envoyé au Canada pour améliorer l’hygiène publique et particulièrement les soins aux lépreux, il est désormais inspecteur général des hôpitaux.

Les avancées apportées par James Barry

Durant sa carrière, James Barry a fait de grandes choses pour les pays qu’il a visité mais aussi pour la médecine en général. Les progrès portent surtout sur l’hygiène et l’éradication des médicaments « miracles » traditionnels qui tuent plus qu’ils ne soignent. Il a également pratiqué ce qui semble être la première césarienne sur le continent africain dont la femme et l’enfant sont sortis vivants.

barry_03
Pour l’anecdote, les parents ont donné le nom de James Barry à leur gamin en hommage au médecin. James Barry a appris de nombreux actes chirurgicaux aux médecins locaux (dont la césarienne) et ses connaissances ont permis une baisse de la mortalité avec une nette amélioration de l‘hygiène dans les hôpitaux, mais aussi dans les prisons, les casernes et autres collectivités. En ce qui concerne la qualité de vie des soldats, James Barry a souhaité mettre en avant l’alimentation des militaires, il a fait installer des cuisines dans chaque camp afin que les soldats puissent avoir des repas frais et plus équilibrés. Il a notamment apporter les fruits dans les repas militaires.

La mort de James Barry

Quand on dit que les cordonniers sont les plus mal chaussés… James Barry décède de dysenterie le 25 juillet 1865, auparavant, il avait laissé quelques instructions à propos de sa future dépouille : James Barry refuse que son corps soit examiné, il veut être enterré avec les vêtements qu’il porte au moment de sa mort. Si vous avez lu les premières phrases de cet article, vous vous rendez bien compte que ses volontés n’ont pas été respectées et son secret n’est pas parti dans sa tombe ! 

Tu as aimé cet article ? Tu veux soutenir Raconte-moi l’Histoire et recevoir les articles en avant première directement dans ta boite mail ? Rendez-vous sur Tipeee ! Et pour en savoir plus je te conseille ce livre (c’est un roman inspiré de la vie de James Barry et il est assez cool).

Pour les dessins, je te donne rendez-vous sur la page fb de Monsieur le Tofu (Océane Sandon) pour découvrir d’autres illustrations, mais aussi sur son portfolio !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Marine 18564 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines