Magazine Culture

Ko Un – Cœur du poète

Par Stéphane Chabrières @schabrieres

Ko Un – Cœur du poèteToi, le solitaire
Tu fus poète
Dans la navigation des mondes
D’avant toutes les naissances

Qui dira
Que l’homme éternel disparaît dans l’éternité ?

Mouette blanche, muse
Devant l’illusion qui se dissipe !
La mer n’érode-t-elle pas lentement les rivages de ton pays ?

Qui dira, dans la langue de ce monde, le cœur du poète ?

Mort, jeunesse muette, tu retrouves le bord de mer où tu es née
Tu es d’une race noble, qui ressuscite

La mer est toute mortification
Ô monde, fais naître le poète
Devant ton éternité !

***

Ko Un (Gunsan, Corée du Sud, 1933)Sous un poirier sauvage (Circé, 2004) – Traduit du coréen par Han Daekyun et Gilles Cyr



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Stéphane Chabrières 13365 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines