Magazine Culture

Letoyo

Publié le 05 août 2017 par Simba
Le 5 mai est sorti l’album de Letoyo, Simple Ticket, chez Khanti Records, intitulé ainsi pour la bonne raison qu’il est le fruit d’un aller simple pour la Jamaïque. Enregistré au studio Harry J en compagnie des Roots Radics, ce dernier est disponible en digital et en CD, distribué par PIAS.Letoyo doit son pseudonyme au nom de sa grand-mère, accolé au diminutif de son prénom, Yoann. A l’âge de 14 ans, alors qu’il vit à La Réunion, il se met à la musique après avoir posé les mains sur une guitare. Il écoute beaucoup de seggae, de maloya et aussi du rock et du reggae. Il quitte l’île à l’âge de 17 ans pour intégrer une école de musique en métropole, avant d’y retourner plus tard. Entre 2003 et 2005, il fait de nombreuses scènes réunionnaises avec son groupe, notamment les premières parties d’artistes renommés tels que Steel Pulse, Israel Vibration, The Congos, Earl Sixteen… Le premier album autoproduit de Letoyo sort en 2009. Ecoute affiche un reggae aux sonorités africaines et de l’océan indien. Quatre ans plus tard arrive l’EP 5 titres Kér Métissé, dont le morceau éponyme et son clip dépassent les frontières de l’île. D’ailleurs, sa première prestation en métropole sera « Kér Métissé » en 2012, à Brignoles, invité sur scène par Danakil et Natty Jean. Il tournera ensuite sur tout le territoire avec le groupe Jah Legacy, ainsi qu’en sound system. On retrouve déjà Flabba Holt à la basse sur ce titre, l’EP ayant été masterisé à Tuff Gong lors de sa première venue en Jamaïque. C’est là aussi qu’il démarre les ébauches du futur album, puisqu’il est venu nourrir son inspiration et ressentir au plus près les fondations. Grâce à Flabba Holt, les Roots Radics sont emballés d’enregistrer avec lui ce Simple Ticket, le regretté Style Scott à la batterie et Obeah Denton aux claviers. De retour à La Réunion, il s’occupe des parties de cuivre avec ses musiciens, Marc Elvira, Julien Kopeinig et Lionel Grondin. Une fois que tout est en boîte, Letoyo retourne à Kingston pour mixer l’album, à Mixing Lab, avec Fatta Marshall, pendant plus d’un mois : « Je souhaitais un mix aussi puissant que les prises de son. (…) En fait, dès mon arrivée en Jamaïque, j’ai eu l’impression d’être à la maison. On a vraiment pris en considération mon travail et mes ambitions, tout en me faisant confiance. On m’a pris comme je suis et sans jugement : blanc, ital et rasta, ce qui n’a fait que renforcer ma foi. J’ai appris que la vie c’est « one time », si tu ne le fais pas maintenant tu ne le feras peut être jamais ! (…) J’ai longtemps cru, comme beaucoup, que nous n’avons pas besoin des Jamaïcains pour jouer du reggae, mais ses fondations et sa culture viennent de cette petite île. C’est le pays du reggae ! » Les voix invitées sur l’album (Empress Thunderous, Muzam, Sabba Tooth) ont toutes été rencontrées sur place, amenant une collaboration évidente à chaque fois. Kubix est aussi de la partie, présent à la guitare lead sur les titres « Une Etoile » et « Raciste ». Depuis juillet 2016, le chanteur a posé ses valises dans l’Hexagone. Prenez votre billet, Letoyo sera sur les routes cet été, avec ses chaleureuses vibrations à partager en quantité !
Simba
http://www.letoyomusic.comhttp://khanti.fr(pour Reggae Vibes Magazine #54 - juin/juillet 2017)Letoyo

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Simba 213 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines