Magazine Culture

Bien arrivée en Chine!

Publié le 10 août 2017 par Camélia Exsangue @Chinouette
Bien arrivée en Chine!

Je vous écris de l'auberge de jeunesse où j'ai passé ma première nuit en Chine. Je viens en effet juste d'arriver dans la capitale chinoise pour une nouvelle expérience professionnelle.

Départ de Paris à 23h30

Mes parents m'ont accompagnée à l'aéroport, nous avons diné ensemble. Je les abandonnés pendant le repas pour aller enregistrer ma valise. J'ai le droit à 30 kilos. Enfin... C'est ce que je croyais. J'avais en fait le droit à 2 valises de 23 kilos. J'enregistre donc mes deux valises en espérant ne pas les perdre. Puis il m'a bien fallu passer les premières barrières de sécurité. Les en-revoir ne sont jamais simples mais le verre de martini a bien aidé à faire passer la pillule.

Après les différents passages de sécurité, je me retrouve devant ma porte d'embarquement à charger téléphone et ordinateur une dernière fois. À 22h50, les passagers du vol Paris-Moscou sont appelés et je pars m'installer à ma place.

Très heureuse tout d'abord d'avoir été mise, côté hublot, sur les fauteuils placés aux sorties de secours, je me rends très vite compte du piège empoisonné : impossible d'allonger mon siège. Bon, j'ai quand même plein de place pour mes petites jambes. Mais rien n'y fait, impossible de dormir sur ce vol de trois heures et demi.

Arrivée à 4h30, heure russe, je n'ai plus que 4 heures et demi à attendre pour embarquer sur mon vol Moscou - Shanghai. LAAAAAAAAAAAAAARGE!

Ce qui est bien, c'est que je n'avais jamais été jusqu'à la zone F, située à 25 minutes de l'entrée principale. J'ai donc pu voir plein de nouveaux magasins et restaurants qui étaient encore ouverts à cette heure-ci.

Puis, j'ai trouvé à m'occuper différemment.

J'ai surtout lu d'abord. Je me suis ensuite posée pour regarder les deux premiers épisodes de GOT que mon beau-frère m'avait donnés. Chaque épisode fait près d'une heure et quelle joie de retrouver Games of Thrones après autant de mois d'absence!! J'ai même eu des frissons au début du premier épisode de la saison 7.

Ca m'a bien aidée à rester éveillée!! Vers les 6h du matin, il faut dire que mes yeux se fermaient tout seuls. Ai-je précisé qu'il est quasi impossible d'avoir la wifi à l'aéroport de Moscou si l'on n'est pas russe? À tous ceux qui critiquent en permanence la France, voilà un point positif pour l'aéroport de Paris : wifi illimitée pour tous! À Moscou, il " suffit de demander un code qui sera envoyé par SMS "... Ah bah merci! ANYWAY...

9h arrive. Il est temps pour moi d'embarquer. Je prends un somnifère. Afin d'être réactive en arrivant sur Shanghai et face à ma difficulté à m'endormir sur le premier vol (voire l'impossibilité de trouver une bonne position), ma décision est prise : on fera appel au somnifère. Le problème est qu'ayant pris position dans la queue, je sens que le doux cachet chimique (j'avais encore le goût au réveil) fait déjà effet... et la queue est longue... Je lutte et j'arrive finalement à passer le dernier contrôle de ticket et vais m'installer directement à ma place : 28H. Je serai, sur ce vol, côté couloir (ALLELUYA SOMNIFERE!). Il n'y a personne entre ma voisine, assise côté hublot et moi. Ca nous fera un peu plus de place.

Mais BONHEUR, quelques secondes avant le décollage, son mari (ou conjoint ou partenaire ou ami etc.) vient la chercher! Quelques minutes après que nous nous soyons envolés, je jubile et m'installe sur les trois places mises ainsi à ma disposition. B-O-N-H-E-U-R!!!

Après avoir dormi 3 heures non-stop (merci somnifère à nouveau), je me réveille et décide de regarder " Moi, moche et méchant 3 " qui était sur ma liste des films à voir depuis au moins 2 mois. J'ai pu aller juqsu'à la fin avant que mon ordinateur n'ait plus de batterie. KARMAAAAAAAAAAAA 🙂

Arrivée à l'aéroport de Shanghai

Je suis l'une des premières à sortir de l'avion (dans les 50 premiers donc) et à me diriger vers la douane.

Premier choc : les passagers passent tous par un détecteur de fièvre. L'ordre est donné d'enlever son chapeau pour être scanné. Tout va donc bien pour moi et ceux de mon vol.

Arrivée à la douane : aucun problème. Arrivée aux bagages : aucun problème. Je retrouve mes deux valises et me dirige donc vers les taxis. Sur ma route, ce n'est pas moins de 3 Chinois qui viennent me voir pour que je prenne leurs taxis. On m'avait prévenue, je décline donc les offres. La 4ème fois que l'on vient me voir, il me semble avoir haussé le son. Mec, on se connait pas, j'ai la tête dans le cul, je pue, laisse-moi passer, j'ai un sac d'ordi qui me bousille l'épaule, un sac à main qui fait 5 kilos, une valise de 15 kilos, une autre de 26 kilos, ... J'ai peut-être une tête de pigeon, mais le pigeon est crevé et de mauvais poil...

Bref, je me mets dans la file humaine qui attend les taxis. Mon tour vient. Je montre l'adresse en chinois à mon chauffeur (grâce à mon appli Booking - merci Booking!) et nous voilà partis!

Il me semble que je m'endors de temps en temps dans le taxi.

Le reste du temps, je regarde la route. Elle ressemble à toutes les routes d'aéroport qui mènent aux villes la nuit. À part qu'il y a trois voies de chaque côté. Je pense du coup à la route que j'empruntais à Hanoï pour rentrer chez moi ou aller à l'aéroport. Là, je me dis que c'est pareil mais quelque chose manque... Au bout d'un moment, je me rends compte qu'il n'y a pas de klaxons, ni de motos. C'est ... calme. Ce n'est pas le bazard sur la route, ça circule bien (bon après, il faut dire qu'il est minuit passé mais quand même). Je me rends alors compte que je ne rentre pas à la maison mais que je suis bien dans un pays totalement différent et totalement nouveau.

L'excitation que je connais à chaque arrivée dans un nouveau pays me prend, mélangée de fatigue. Je suis contente mais reste impatiente de découvrir ma chambre et de m'installer dans mon lit.

Nous arrivons enfin à mon auberge de jeunesse. Prix de la course : 230 Yuan.

Le chauffeur m'aide à sortir mes affaires et je lui murmure un petit xièxie de narcoleptique.

L'auberge est fermée mais le réceptionniste vient m'ouvrir la porte.

Je prends mon plus beau sourire et avant que j'ai pu lui dire bonsoir, il me sort : " désolé, l'hôtel fermé pour les étrangers

- Ah bah peut-être mais j'ai réservé.

- Oui mais non.

- Qué?

- Nous n'acceptons pas les étrangers. Je ne peux pas vous laisser dormir ici ce soir.

- Mais je vous ai envoyé un mail et j'ai reçu une confirmation!

- Peut-être mais non. Désolé. "

Là, une cliente de l'auberge vient m'expliquer qu'il y a dû avoir une erreur car cette auberge n'accepte plus les étrangers. WELCOME TO CHINA! Ca va, il est 1h30 du mat et j'avais pas du tout envie de m'allonger dans un lit propre. Elle me propose une autre auberge, pas très loin, qui accepte les étrangers. Elle me prête son téléphone pour que je les appelle. Il leur reste de la place : ALLELUYA! Je reprends donc un nouveau taxi et c'est reparti!

Cette fois, arrivée au Central Hostel, je laisse mes deux valises dans le taxi, je vais voir s'ils ont bien de la place. (Dans ma tête, à ce moment, je sens que je vais rester dormir dehors) La réceptionniste me confirme qu'il y a bien des lits de disponible. Prix : 60 Yuan (environ 8€). C'est moins cher que le premier, il est 2h du matin passé, c'est donc parfait pour moi.

Cinq minutes plus tard, je retourne voir la réceptionniste : ma carte ne fonctionne pas (j'ai quand même été la tester à d'autres étages histoire de voir).

Je retourne à la chambre : ça marche. Dans le dortoir de quatre, il y a quelqu'un qui dort. Les autres draps ont été utilisés.

Je retourne voir la réceptionniste. Elle me donne une autre chambre.

Ma première nuit à Shanghai dans un dortoir de 4, je la passerai seule.

KARMA!


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Camélia Exsangue 1137 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines