Magazine Beaux Arts

3ème voyage : 1776-1780 (12)

Publié le 10 août 2017 par Detoursdesmondes
Cook-karakakoa-bay


La troisième expédition part le 12 juillet 1776. Sa mission est de trouver le passage du Nord-Ouest mais officiellement il s’agit de ramener Maï à Tahiti. John Webber est le peintre du bord, il est là afin de suppléer par ses dessins « à l’inévitable imperfections des relations écrites »… et on lui doit effectivement une mine de renseignements.
William Bligh est maître d’équipage (c’est lui qui se retrouvera à la tête de la célèbre Bounty (la mutinerie se déroulera en avril 1789)) ; les chirurgiens ont double casquette, ainsi David Samwell est-il aussi écrivain et son journal fournira de précieux détails sur cette 3ème expédition. Il écrira notamment A Narrative of the Death of Captain James Cook ; puis plus tard on découvrira de sa main des textes d’anthropologie non publiés à l’époque : Some Account of a Voyage to the South Seas 1776-1777-1778.
William Anderson est aussi naturaliste et linguiste ; il a ramené de nombreux spécimens de la flore actuellement conservés au British Museum.
10william-wade-ellis-red-tailed-tropic-bird-1777Enfin, William Wade Ellis est aussi un excellent aquarelliste. Ses dessins se trouvent principalement au Natural History Museum de Londres et à la Bibliothèque Alexander Turnbull de Wellington. Ils font partie probablement du matériel le moins connu des voyages de Cook, des dessins restés dans l’ombre de ceux de Webber. Outre les paysages, il semble qu’il ait produit de remarquables dessins zoologiques.
Pour ce dernier voyage, Cook reprend le commandement de la Resolution et Clerke celui de la Discovery, un navire du même type. On sait que Cook ne mènera pas l’expédition à son terme puisqu’il sera assassiné le 14 février 1779.
Une fois Maï ramené à Tahiti, les navires mettent cap vers le Nord et atteignent Hawaï où ils débarquent pour la première fois le 18 janvier 1778.
Puis, ils se mettent en quête du fameux passage et naviguent un bon moment le long du continent américain. Le détroit de Béring se révèle infranchissable même en plein mois d’août et la flotte revient à Hawaï en janvier 1779.
La suite, on la connait… Les navires poursuivront leur route vers l’Angleterre. Mais celle-ci sera encore semée d’embûches : Clerke qui a pris le commandement de la Resolution meurt au Kamtchatka en août 1779 et Gore qui commandait la Discovery depuis la mort de Cook le remplace. C’est James King (qui a poursuivi le journal de Cook) qui assure la relève sur ce dernier navire.
La flotte parviendra en Angleterre au début du mois d’octobre 1780.
11Woman-Otaheite Les dessins de Webber restent une source inépuisable d’informations sur ce dernier voyage, à la fois ethnographiques mais aussi comme compléments cartographiques.
Mais John Webber n’est pas qu’un artiste, il collectionne également. Une fois en Angleterre, il part peindre des paysages en Europe et de retour d’Italie, il fait don de sa collection au musée de Berne. Il s’agit de 117 objets qui constituent un tout, contrairement à la collection de David Samwell qui vend ses 800 objets, lesquels se retrouveront éparpillés dans les collections européennes publiques et privées.
On le constate donc, beaucoup de « collecteurs » occasionnels sont à bord de ces navires, des marins dont on n’a pas suivi la trace de leurs acquisitions, mais aussi des officiers, des savants, des peintres, d’origines les plus diverses dont nous connaissons souvent mieux les dons, les héritages… Les Forster étaient allemands, Spärrman et Solander étaient suédois, Webber était suisse, Gore américain, Anderson russe.. et Banks et Cook donateurs pour de nombreuses personnalités anglaises ; beaucoup de contrées ont été visitées, certaines pour la première fois par des Européens…
Cela donne un peu partout éparpillés dans le monde ces objets ethnographiques témoins de ces grandes expéditions.
Voilà les traces qu’il nous faut suivre.
Pour débuter cette galerie de portraits et d’objets collectés, un personnage bien particulier attire l’attention car il a été longtemps occulté par l’ombre de Cook, et il s’agit pourtant d’une personnalité reconnue encore de nos jours par les Maori : Tupaia, le « pilote polynésien » de Cook lors du 1er voyage.
à suivre
Photo 1 : A View of Karakakooa [today’s Kealakekua], Owhyee d'après John Webber.
Photo 2 : Red trail tropic bird par William Wade Ellis, 1777.
Photo 3 : A young woman of Otaheite, bringing a present par John Webber © National Maritime Museum, Greenwich, London.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Detoursdesmondes 6811 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines