Magazine Culture

(Note de lecture), Julien Blaine, "Dé buts de Ro man *&", par Joëlle Gardes

Par Florence Trocmé

(Note de lecture), Julien Blaine, Le dernier livre, recueil (on ne sait exactement quel terme utiliser) de Julien Blaine est fait de 85 exercices (le mot figure en 27 et l'on pense à d'autres exercices relevant de la littérature à contraintes, les Exercices de style de Queneau). Il se situe dans l'entre-deux : entre poèmes en prose et incipit de romans, entre rire et larmes, entre dérision et compassion, entre clôture et ouverture. Comme le dit le titre, il s'agit de proposer des débuts de romans. Le 32 est explicite : " il ne put s'empêcher de lire cette ligne et de penser aussitôt que c'était la première ligne d'un roman fleuve. "
Ces débuts relatent des anecdotes :
7 En retournant de chez ses parents : lui, le père nonagénaire dégoulinant sur son fauteuil roulant et elle, la mère, dont l'ego était si éblouissant qu'il brûlait toutes celles et tous ceux qui l'approchaient, il envoya ce texto à ces enfants : " si un jour je me suicide, je n'aurais pas besoin de laisser un mot ! "
des descriptions, comme celle de la mer à la Seyne, des souvenirs :
29 [...] Il se souvint alors de cette matinée de novembre où, au milieu des vignes d'Allauch, il traversait les rangées de ceps, une à une, en culotte courte, les genoux gercés, un cartable insupportable à la main droite
Certains textes, comme précisément le 7, se suffisent, et la fermeture que marque la ponctuation accompagne celle de l'histoire relatée. Certes, tout peut toujours être continué, mais la différence est nette entre certains poèmes-débuts achevés et d'autres où la disparition progressive de la ponctuation, deux points, point-virgule, virgule puis rien comme dans le 29, est une invitation à poursuivre. Au fur et à mesure de l'avancée du recueil, les mots eux-mêmes se défont :
80 Taha se tourna vers son frère :
" Ne penses-tu pas plutôt q
Et cela pourrait n'être qu'un amusement, un jeu avec règle qu'on s'est donnée d'aller vers toujours plus d'effacement. Il arrive même qu'une note commente avec humour l'exercice : " je ne peux pas broder " et elle se met alors à expliciter ce qui n'est pas dans l' " exercice ".
En réalité, on est devant un ensemble grave derrière sa légèreté de surface, à mes yeux, l'un des écrits les plus personnels de Julien Blaine. La vie s'amuït comme les dé buts, et ce n'est pas un hasard si l'incipit 2 renvoie à l'âge :
C'est à partir de ses 66 ans
& 10 mois qu'il dut se contenter pour seule
fréquentation et commerce érotique d'un massage
par sa shampouineuse à qui il quémandait
un traitement du cuir chevelu.
Du grand âge, de la vieillesse, il est souvent question, comme en 22 : " En fait, de cet état, de cet âge, il n'en savait rien. " Et il faut bien découvrir que, loin d'apporter la sérénité et la sagesse, il apporte avec lui l'oubli, le sentiment d'être devenu étranger à soi (67). Ainsi s'agit-il avant tout de proposer une sorte de bilan, sur les comportements humains, souvent particuliers, pour ne pas dire étranges, comme celui du restaurateur de la Madrague-Montredon, qui jeûne quatre jours tous les quarante jours, celui qui vomit " quand les restaurants sont trop chers ", celui qui rêve que ce sont les chiens qui attendant que leur maître " ait fini de chier ". Ce sont aussi des comportements mesquins comme celui du conducteur de bus qui se déporte sciemment pour empêcher un scooter de passer. Mais heureusement, face à la petitesse humaine, la poésie résiste et on se prend à rêver devant l'étonnante mais si juste définition qui en est donnée en 14 :
- c'est quoi être poète ?
- C'est aller au fond de l'eau caresser les poulpes tandis que les autres les cueillent et les mangent.
Et heureusement qu'elle existe et prouve que l'homme ne se réduit pas à ses fonctions excrémentielles. Nombreux sont les textes qui évoquent la merde, le pet, la morve, qui sont aussi ce qui nous définit et devraient nous inciter à l'humilité. Julien Blaine ferait-il partie de ces moralistes tristes comme Pascal ou La Rochefoucauld ? Mais les clowns aussi sont tristes.
D'une certaine façon ce livre parle avant tout de l'avancée vers la mort, qui est, elle, la fin du roman de notre vie. Du reste, c'est sur la mort du père, que, sans transition, s'achève le livre, sur le long et admirable 85, sorte de journal de l'agonie et de la disparition, du samedi 5 septembre à

courant octobre, continuant novembre, poursuivant décembre, janvier et février 2016
La nuit quand je somnole, dans mes éclats d'éveil, je me surprends à imiter l'agonie de mon père...
La confidence est sans pathos, sans cri, et l'on a peine à croire que c'est celui qui se flatte de vociférer qui se taise, que celui qui s'est toujours révolté, contre les dogmes et les conformismes, accepte de dire " ma mère " et " ma sœur " aux religieuses de l'hôpital où est son père, parce qu'il est des heures de grand sens où seule l'acceptation est possible : " Et cela ne m'a pas posé de problème. "
La conclusion est un texte non numéroté : " Fin / des /débuts de / Ro / man "
Cette fin-là n'a pas besoin d'être écrite, car elle est toujours la même et la même pour tous.
Joëlle Gardes

Julien Blaine, Dé buts de Ro man *&, 2017, Éditions des Vanneaux, non paginé, 19 euros.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 14972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines