Magazine Cinéma

Dunkerque

Par Tinalakiller

réalisé par Christopher Nolan

avec Fionn Whitehead, Mark Rylance, Tom Hardy, Cillian Murphy, Kenneth Branagh, Harry Styles, Barry Keoghan, Aneurin Barnard, Jack Lowden, James d'Arcy...

titre original : Dunkirk

Guerre, historique, drame britannique, américain, français. 1h47. 2017.

sortie française : 19 juillet 2017

Dunkerque

Au début de la Seconde Guerre Mondiale, en mai 1940, environ 400 000 soldats britanniques, canadiens, français et belges se retrouvent encerclés par les troupes allemandes dans la poche de Dunkerque. L'opération Dynamo est mise en place pour évacuer le Corps expéditionnaire britannique vers l'Angleterre.

L'histoire s'intéresse aux destins croisés des soldats, pilotes, marins et civils anglais durant l'opération Dynamo. Alors que le CEB est évacué par le port et les plages de Dunkerque, trois soldats, Tommy, Gibson et Alex, arrivent à embarquer sous les bombardements, avec un peu d'ingéniosité et de chance. Mais un autre périple les attend : la traversée du détroit du Pas de Calais. De l'autre côté de la Manche, Mr. Dawson, un propriétaire de bateau de plaisance, prépare avec son fils cadet, Peter, et un jeune garçon, George, la réquisition de son embarcation par la Royal Navy. Enfin, dans les cieux, trois pilotes britanniques, dont Collins et Farrier, sont en route pour Dunkerque, avec pour mission couvrir l'évacuation contre les chasseurs et bombardiers allemands, tout en surveillant leurs réserves de carburant. (source : Wikipedia)

Dunkerque

Christopher Nolan (dont ses films peuvent autant m'énerver que me fasciner) est décidément un véritable touche-à-tout ne manquant pas d'ambition. Après le thriller, la science-fiction et le film de super-héros, le réalisateur britannique s'attaque au film de guerre, sur un épisode assez méconnu : celui de l'opération Dynamo. Nolan retrace à sa façon ses quelques jours (neuf même si le film ne nous le précise pas) insoutenables qui auraient pu tourner à la pure catastrophe. Bourré de références cinématographiques et littéraires (Kafka, Conrad) selon son réalisateur, et surtout principalement inspiré par Le Salaire de la Peur d'Henri-Georges Clouzot, Dunkerque n'est en tout cas pas le film de guerre le plus sanglant possible. L'image, très appuyée par une dominance de couleurs froides, a l'air plutôt propre par rapport à ce qu'on attend du genre. Si je comprends le reproche en question, cela n'empêche Dunkerque d'être violent à sa façon et d'être sans cesse sous tension via un rythme soutenu et une durée concise. Surtout, je ne pense pas que cela soit incompatible avec le projet global du film et les obsessions de Nolan présentes depuis le début de sa carrière. Certains ont certainement été déçus parce qu'ils s'attendaient à revoir certains codes du genre. Or, Nolan le dit clairement : s'il nous montre un épisode de guerre, son film n'est pas un pur film de guerre. Nolan a préféré se réapproprier ce genre pour l'amener vers autre chose et son univers. Le temps et l'espace sont deux motifs chers au réalisateur qu'il a su exploiter dans son nouveau long-métrage. Les deux seront alors étroitement liés dans la construction même d'une narration décousue. Ainsi, elle est divisée sur trois chronologies elles-mêmes nettement identifiées par des termes : " Une semaine ", " Un jour " et " Une heure ". Et ces trois chronologies correspondent respectivement à des espaces identifiables (en tout cas au départ) : la terre, la mer et l'air. Et on peut même décliner ce trio avec les notions temporelles suivantes : le passé, le présent et le futur. Il ne s'agit pas à proprement parler de flashback ou de flashforward. En réalité, il s'agit plutôt d'une superposition de trois chronologies qui finissent par se rejoindre pour n'en former qu'une seule. Cette construction fonctionne comme une horloge (les " Tic tac " en fond sonore iraient dans ce sens) qui rappelle à quel point le temps est compté dans des situations d'urgence : la vie et la mort sont certainement les connecteurs essentiels du temps et de l'espace : relier Dunkerque à la science-fiction n'aurait rien d'irrationnel.

Dunkerque

Tout ce procédé aurait pu être gratuit et superficiel, juste pour exposer du savoir-faire dans un exercice de style, il n'en est rien : au contraire, ce montage parfaitement maîtrisé prend sans cesse son sens au fur et à mesure des scènes. On pourra toujours dire que cette forme cache un scénario simple. Il est certain qu'il l'est et Nolan n'a jamais menti sur le minimalisme de son récit. Peut-être que cela n'excuse pas certains trous historiques mais ce choix reste tout de même cohérent par rapport à la proposition d'origine du réalisateur, tenté de tourner sans scénario pour mieux se concentrer sur le ressenti. Un choix risqué, qui aurait pu faire couler tout son film mais qui est finalement payant. Peut-être justement que son film ne s'effondre pas parce que ses trois unités de temps entremêlées construisent cette narration assez basique sur le papier. Au-delà de son efficacité, Nolan propose alors une oeuvre cohérente sur des hommes qui font une course contre la montre pour leur survie et celle des autres. Ces hommes en question (incarnés par une distribution charismatique de qualité, que ce soit par les plus reconnus ou les méconnus), que ce soit des soldats ou de simples civils, sont des silhouettes, des gens qui n'ont pratiquement pas de nom (ou quand ils en ont, on ne les retient pas - ils sont d'une simplicité), tous des sortes de soldats inconnus. Il est certain que ce manque de profondeur des personnages peut titiller voire même déranger. Pourtant, toujours grâce à l'intensité de l'expérience, le spectateur en immersion se sentira proche des personnages dans le sens où il aura le sentiment de l'accompagner dans sa douleur, ses doutes et ses peurs. Le vrai personnage principal de Dunkerque est la musique de Hans Zimmer. Elle est omniprésente mais n'est étonnamment pas si envahissante que ça (surtout quand on connait le travail de Zimmer par le passé), exprimant à elle-seule les sentiments et pensées des personnages, très peu bavards et dont on ne sait pas grand-chose sur eux. Dans l'ensemble, même si on pourra éventuellement discuter de certains points qui pourraient être problématiques mais qui contribuent paradoxalement à la force, Dunkerque réussit à ne pas être une simple démonstration technique et esthétique. En 1h47 (ce qui est reste relativement court non seulement pour un gros film actuel, mais aussi pour un film de guerre et surtout pour un Nolan), le réalisateur de The Dark Knight et Memento propose une oeuvre expérimentale et même physique forte en émotion qui mérite d'être vue et surtout vécue.

Dunkerque

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tinalakiller 105 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines