Magazine Culture

Pourquoi je suis devenu prêtre

Publié le 01 septembre 2017 par Pralinerie @Pralinerie

Je ne connaissais pas Jean-Marie Petitclerc avant cette année. Mais j'ai croisé le Valdocco, association fondée par ce polytechnicien devenu prêtre et éducateur et j'ai eu envie d'en savoir plus sur la personne.


A travers ce petit bouquin, le prêtre salésien témoigne de sa rencontre avec Jean Bosco, d'un accident qui a changé sa vie, des engagements qu'il a pris auprès des plus pauvres, de ses choix de vie, de ses rencontres... Dans son quotidien d'éducateur, il note deux changements importants sur ces dernières décennies : la destructuration de la cellule familiale avec l'absence des pères et la banalisation de la transgression. C'est un florilège que je souhaiterai vous offrir dans ce billet plus qu'une paraphrase de l'histoire de Jean-Marie Petitclerc.


"Nouer une relation de proximité, comprendre l'univers du jeune, connaitre son histoire et valoriser ses talents"


"Il existe deux manières de se servir de son intelligence. Soit on prend les décisions à la place des autres ; soit on se sert de son intelligence pour éclairer les autres sur la prise de décision"


"L'aventure et l'action me passionnaient plus que la théologie, même si cette dernière m'intéressait beaucoup. Je savais alors que ce qui m'attirait, c'était de devenir un prêtre actif, une sorte d'aventurier de Dieu"


"On ne pénalise pas un bon élève en lui permettant de s'occuper de moins bons, mais on l'aide ainsi à devenir meilleur. J'ai découvert aussi à ce moment là que lorsque j'apporte quelque chose à un jeune en difficulté, lui aussi en retour m'enrichit [...] En m'attardant sur ses propres questions, je peux comprendre son cheminement de pensée"


"Il y a deux manières de vivre sa vie d'homme : se laisser porter par une succession de hasards et de nécessités, ou bien se dire qu'on est sur terre pour faire quelque chose, pour répondre à un appel. Il va donc s'agir de discerner les signes qui montrent à quoi on est appelé"

"Don Bosco a donc élaboré une pédagogie fondée sur trois notions fondamentales: la confiance, l'alliance et l'espérance [...] le jeune ne se sent en confiance qu'auprès de celui dont il se sent estimé. Il s'agit aussi de faire alliance avec le jeune, considéré non comme un destinataire mais comme un partenaire de l'action éducative. Et enfin, il convient de ne jamais réduire le jeune à ses comportements ou à ses performances du moment. Il faut toujours ouvrir un avenir et ne jamais "étiqueter" l'adolescent"

"Le manque de respect d'un jeune à notre égard ne doit jamais justifier notre manque de respect envers lui"

"Quel que soit le comportement d'un jeune, aussi stupide, aussi inadapté nous semble-t-il de prime abord, ce jeune a toujours ses raisons de l'adopter. Je ne dis pas qu'il a raison de le faire. Au contraire, il peut avoir tort. Mais tant qu'on n'a pas compris ses raisons, notre réponse risque d'être stupide ou inadaptée"

"Bien que j'opte pour une vie de pauvreté, de célibat et de renoncement à tout plan de carrière, oui je peux être heureux"

"Je vois pour ma part trois chemins qui mènent à la rencontre de Dieu. Le chemin "vertical", celui de l'émerveillement, le chemin "horizontal", celui de la solidarité et le chemin "en profondeur", celui de l'intériorité"

"La première qualité du disciple du Christ, c'est d'être le révélateur des qualités de l'autre"

Pourquoi je suis devenu prêtre


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pralinerie 1141 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine