Magazine Culture

Algiers – The Underside of Power

Publié le 04 septembre 2017 par Touteouie @Toute_Ouie

Algiers - The Underside of Power

Algiers – The Underside of PowerOn va l'annoncer tout de suite : on a découvert Algiers à l'aube de la sortie de leur deuxième album, The Underside of Power en juin dernier. Comment a-t-on fait pour passer à côté pendant tout ce temps ? Surtout que leur premier album éponyme sorti en 2015 est plutôt monumental... Bref, on a rattrapé notre retard pendant tout l'été en écoutant en boucle les deux albums, tous excellents à bien des égards. Mais dans cet article, on va s'attarder sur The Underside of Power, c'est déjà pas mal.

La première chose qui nous a frappé quand on a découvert Algiers, c'est cette voix, celle de Franklin James Fisher, d'une puissance impressionnante. Dans The Underside of Power, impossible de la rater avec Walk like a Panther qui ouvre l'album. La voix de Fisher surplombe la musique électrique et urgente avec une conviction sans faille. On croirait même qu'il joue sa vie en chantant. Il veut qu'on l'entende, lui et son message aux accents révolutionnaires et contestataires. Et c'est réussi, on est accroché dès le début. Et ce n'est pas Cry of the Martyr qui va changer ça.

L'autre chose qui marque les esprits, avec cet album, ce sont les titres des chansons : The Underside of Power, Death March, Cry of the Martyr donc, Bury me standing, Plague Years... Grosse ambiance donc pour Algiers. Leur pessimisme transpire jusque dans les titres des morceaux, avant même qu'on ne les écoute. En même temps, on comprend leur ressenti quand on voit l'état du monde actuel. " This can't be how it all falls apart, Constant fear of explosion, Crypto-fascist contagion " entend-on dans Death March d'ailleurs. Si les paroles sont sombres, inutile de dire que musicalement, ça sent l'affrontement, le chaos et la noirceur dans tous les morceaux, avec des percussions incisives, des chœurs gospel, des basses lourdes, des guitares stridentes (très bel exemple dans Animals par exemple), et un peu de piano sombre à souhait.

Bref, The Underside of Power est une des plus belles pépites sorties cette année dans les bacs et, si tu as raté le coche, il est encore temps de rectifier le tir en l'ajoutant à ta discographie (avec leur 1er album, tant que tu y es !) A noter qu'Algiers seront de passage en France pour quelques concerts : à Nîmes (14 novembre), à Lyon (16 novembre) et à Paris (20 novembre).


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Touteouie 3809 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines