Magazine Musique

Sean Price « Imperius Rex » @@@@

Publié le 04 septembre 2017 par Sagittariushh @SagittariusHH
Sean Price « Imperius Rex » @@@@ - Hip-Hop/Rap

Sean Price « Imperius Rex » @@@@

Laisser un commentaire

Le 8 Aout 2015, nous apprenions à notre grande stupeur la disparition du rappeur de Brownsville et membre du Boot Camp Clik, Sean Price, parti dans son sommeil alors qu’il n’avait que 43 ans. Deux ans plus tard, jour pour jour, Duck Down Records sort en avant-première sur les plateformes digitales Imperius Rex, contenant des enregistrements de celui qu’on considérait comme le meilleur MC underground vivant. Enfin, le successeur à Mic Tyson paru en 2012, autrement dit il y a une éternité! là où repose désormais Sean P. César est mort, longue vie au roi des singes !

Rendez-vous compte, les derniers instants de Sean Price sont scellés sur cette galette designée telle une pièce de monnaie à son effigie. Et ça démarre fort avec le morceau-titre « Imperius Rex » produit par Alchemist pour affirmer sa supériorité d’entrée

« Dead or Alive » sample les choeurs du « thème de Darth Maul » dans la  Star Wars  la Menace Fantôme. Sa femme Bernadette dont on découvre les talents de kickeuse.

hardcore et boom-bap

rimes herculéennes, crachées par des poumons dégageant un râle devenu de plus en plus grave et prononcé avec l’âge (problèmes respiratoires?).

repérer qq punchlines « Refregirator P », « Rap Professor », apartheid avec couplet dangereux de Buckshot qui en place une pour Phife Dawg

« church » fuck rappers love is the message, quand on ne s’y attend pas

Beaucoup de rappeurs sont venus

Sur la forme, aucun reproche à faire sur cet opus qui à vrai dire ne possède pratiquement pas ces caractéristiques typiques de l’album rap posthume habituel (par là j’entends du bricolage grossier réalisé en studio avec des beats mal choisis ou une qualité d’enregistrement douteuse), bien que les featurings présents peuvent très bien avoir été ajoutés postérieurement à sa mort. Et ils sont nombreux ces autres mastodontes du mic venus donner plus de poids et de stature à Imperius Rex. Rencontre au sommet entre le Boot Camp, représenté par les tandems Heltah Skeltah (dont fait partie P) et les Smiff-N-Wessun, qui se confronte à des généraux du Wu-Tang, Method Man, Raekwon et Inspectah Deck, avec une prod de Nottz comme parfait terrain de jeu. En parlant de la lettre P, Sean Price forme avec Prodigy et Styles P un triangle inattaquable de morts-vivants (…) sur « The 3 Lyrical P’s« , avec cette fois un très bon instru de XXX pour mettre tout le monde d’accord. Autre collaboration inratable, « Negus » (signification royale de Noir, terme déjà utilisé par Kendrick Lamar sur To Pimp a Butterfly, NdR) avec DOOM, qui produit ce beat incroyable avec ces bagues de basses mortelles. Et ce n’est pas tout à fait fini puisque Vic Spencer, Junior Reid ou encore Freeway sont de la célébration.

Imperius Rex est bien plus qu’un hommage à la mémoire de notre colosse de Brownsville. Sean Price reprend vie parce qu’on écoute un vrai disque, comme s’il a été bouclé par son auteur la semaine dernière et ça n’a rien d’une vague impression. C’est solide comme un roc, pas forcément esthétique ou ultra-moderne mais indestructible, conçu pour résister à l’épreuve du temps. Bravo au travail de la team de Duck Down Music et de sa femme Bernadette Price pour cette réalisation. Peut-on espérer maintenant la suite de Random Axe, le super-groupe qu’il formait avec Guilty Simpson et Black Milk? Je lance un appel à Dru Ha.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sagittariushh 4688 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines