Magazine Cinéma

SepticFlesh – The Codex Omega

Par Darkstein

SepticFlesh – The Codex OmegaUn nouvel album de SepticFlesh, ça ne se refuse pas. Pour le visuel d’abord, et le travail graphique sombre et fourmillant de Seth Siro Anton, qui à l’instar de Jeff Grimal (The Great Old Ones, Spectrale), a su imposer son univers au monde du métal (bon, après, de là à le mettre dans son salon hein…)

Ensuite, pour le travail sur le son. Puissant. Enveloppé. Symphonique. On retrouve d’ailleurs la tendance déjà présente sur Titan à rajouter une couche de violons et de choeurs par dessus la déferlante de riffs tapageurs et de growls assourdis – parce que, le Seth, là, il a encore baissé d’un demi-ton son chant guttural non ? Ca reste compréhensible, mais nom de dieux, ça décrasse les tympans ! Quels titres sortent du lot, parmi lesquels « Portrait of a Headless Man » et « Enemy of Truth ». Un album dans la lignée des précédents, tout en emphase, mais jusqu’où nos héllènes iront-ils ?

A noter le bonus disc avec une réinterprétation des titres en version symphonique par le FILMharmonic Orchestra of Prague, des habitués du genre puisqu’ayant opéré de même sur Titan, mais aussi The Great Mass. Un exercice de style plutôt intéressant si on aime le classique – et le métal.



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Darkstein 118 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte