Magazine Culture

Islamisme, terrorisme et fanatisme

Publié le 10 septembre 2017 par Le Journal De Personne

Si on laisse de côté les éléments de langage et l'impact des images... on pourrait mieux identifier l'emportement aveugle des esprits, qu'on attribue à l'islamisme, au terrorisme... autrement dit, au fanatisme.

Le fanatisme n'est que l'arbre qui cache la forêt.

C'est l'effet produit par une triple cause : l'analphabétisme, le paupérisme et le despotisme.

Les fanatiques sont semble-t-il, ignorants, pauvres et écrasés par un régime autoritaire... c'est cette triple constitution qui les entraine sur les chemins de la superstition.

Mais si on examine à la loupe le profil des recrues étrangères de l'État islamique on fera un tout autre constat.

Les apprentis sorciers qui se rendent en Syrie ne sont ni ignorants, ni miséreux, ni malmenés par une main de fer autoritaire...

Plus du quart ont fait des études supérieures... plus de la moitié des études secondaires, 15% seulement ont interrompu leurs études avant l'heure.

Et quant aux analphabètes, le chiffre est éloquent : 1,6%  dérisoire ou objet de dérision.

Ils sont majoritairement bien éduqués... la plupart issus de familles aisées et le plus souvent nés dans des pays nantis ou prospères et grandi sous des régimes démocratiques.

Il paraît que parmi tous ces aspirants au radicalisme pur et dur, ceux qui sont candidats pour les opérations suicidaires sont ceux qui ont le plus haut niveau d'instruction.

Qu'est-ce qui peut expliquer alors ces paradoxes vivants ?

C'est tout simplement l'exclusion... sociale ou politique...

Autant dire que le niveau de vie ou d'instruction n'atténuent nullement les effets dévastateurs de l'exclusion.

Avant de se jeter dans la gueule du loup, les exclus ont vécu comme des reclus... des damnés que le système a d'avance condamné, marginalisé ou déprécié.

Comme si ces rejetés prenaient un peu leur revanche sur le monde qui les rejette...

Que ce soit en Tunisie, au Maroc ou en France, le problème est le même et revient au même.

Ils vont chercher leur voie ailleurs, une voie de salut, avec un tout autre enfer et un tout autre paradis... sans vice, ni injustice mais en fonction de leur état de service.

C'est ce combat qui va redonner sens à leur existence ici-bas.

Ils font une espèce de pari... sur le très haut. S'ils perdent, ils n'ont rien perdu. S'ils gagnent, ils ont tout gagné.

On m'objectera : est-ce que c'est le système qui les exclut ou ce sont eux qui s'excluent du système à l'image des théocrates qui refusent de jouer le jeu des démocrates ?

Cela revient au même... parce que le système ne garde que les éléments compatibles avec le système et bazarde tous les autres...

C'est tout le système qu'il faudrait revoir pour que le monde soit un peu plus beau à voir.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Le Journal De Personne 76470 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte