Magazine Culture

Anthologie permanente : Louis Zukofsky

Par Florence Trocmé

12

D’un besoin profond
Surgissent
Quatre trompes, l’orgue dans la nef
Et un flambeau,
Ils scandent note à note le nom de bach,
Nuit — stries et crêtes des mélèzes — noir :
De mon corps vers d’autres corps,
Des anges ou des salauds, c’est au choix,
Qui feraient mieux de chanter et de raconter des histoires
Avant que tout cela ne devienne trop abstrait.
C’est ainsi = d’abord la forme
La création —
Une vapeur issue de la terre,
Toute la surface du sol ;
Et puis le rythme —
Et souffle le souffle de la vie ;
Et puis le style —
Qui de l’œil tire sa fonction — disons "le goût" — une âme vive —
D’abord le glyphe, puis le syllabaire,
Puis l’alphabet, mesurés par
La vue, fable sonore — D’abord la danse — Puis
La voix — D’abord le corps — percevoir et pulser à la fois.

Avant le néant il n’y avait ni
Être ni non-être ;
Du désir vint la chaleur,
Ou bien l’inverse ?
Alors les sages sondent leur cœur
Et cherchent ce qui est dans ce qui n’est pas.
Selon le cœur ou selon la tête ?
L’enquête dure depuis trois mille ans.

Louis Zukofsky, extrait de A-12, dans « A », section 12, traduction de Serge Gavronsky et François Dominique, édition Virgile, 2003.

Je remercie Tristan Hordé pour cette contribution

12

Out of deep need
Four trombones and the organ in the nave
A torch surged —
Time the theme Bach’s name,
Dark, larch and ridge, night :
From my body to other bodies
Angels and bastards interchangeably
Who had better sing and tell stories
Before all will be abstracted.
So goes : first, shape
The creation —
A mist from the earth,
The whole face of the ground ;
Then rythm —
And breathed breath of life ;
Then style —
That from the eye its function takes —
"Taste" we say — a living soul.
First, glyph ; then syllabary,
Then letters. Ratio after
Eyes, tale in sound. First, dance. Then
Voice. First, body — to be seen and to pulse
Happening together.
Before the void there was neither
Being nor non-being ;
Desire, came warmth,
Or which, first ?
Until the sages looked their hearts
For the kinship of what is in what is not.
    Or in the heart or in the head ?
         Quire after over three millenia.

Louis Zukofsky, “A”-12 [1950_1951], in A, The Johns Hopkins University Press, Baltimore and London, 1993, p. 126-127

Bio-bibliographie de Louis Zukofsky


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Anthologie permanente : Danielle Collobert

    Les joncs enivrés Rejetaient les épaves des vents Les fleurs inutiles. Les ondulations troubles Au fond des étangs gardaient Les secrets de la mort. L’enfance d... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Louis Zukofsky

    est né le 23 janvier 1904 à New York dans une famille juive originaire de Lituanie. Il grandit dans la langue yiddish et assiste très jeune à de nombreuses... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Cesare Pavese

    Paysage VII Un peu de jour suffit dans ses yeux transparents comme le fond d’une eau, et la colère la prend, aspérité du fond que ride le soleil. Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Claude Esteban

    Ne garderai-je du jour que cette longue lassitude et la poussière des chemins au fond des yeux ? Je m'assiérai n'importe où, je tenterai seulement de reprendre... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Philippe Jaccottet

    Lettre du Vingt-Six Juin Que les oiseaux vous parlent désormais de notre vie. Un homme en ferait trop d'histoires et vous ne verriez plus à travers ses paroles... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Henri Droguet

    Camera oscura Un soir j’étais au pied d’une colline jaune trempée d’ombres et glus cendre à tout prendre à merveilles clouée de cistes barbelée de lavandes... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Henry Bauchau

    Les promeneuses du soir Éloge Éloge des sommeils d’amies Éloge d’épouses de doges Et de stratèges villes grèges Ocrées de ceinturons de briques Éloge à pas de... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 14972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines