Magazine Sport

Dossier : le PSG est-il favori de la Ligue des Champions 2017-2018 ?

Publié le 12 septembre 2017 par Gab @parischampions

Logo PSG

La rentrée comporte son lot de nouvelles négatives, mais au milieu de ces dernières s’en cache une positive : le retour de la Ligue des Champions. La phase de poules peut être fastidieuse mais c’est toujours l’occasion de gagner un peu d’argent en misant sur des matchs safe via Parissportifs.fr et surtout de jauger la qualité de son équipe favorite face à des équipes européennes. Notre équipe favorite, le PSG, fera son entrée en lice dans la compétition, demain, le 12 septembre 2017, face au Celtic Glasgow, chez eux. A cette occasion, dressons un état des lieux des différentes équipes du groupe, des favoris de la compétition et des chances du PSG :

1. Le Groupe B : Groupe de la facilité ?

Disposant d’une certaine expérience en Ligue des Champions, il semblerait logique que le PSG joue la première place du groupe avec le Bayern Munich mais il faudra fait attention au Celtic Glasgow. Ce dernier a la réputation fondée d’être accrocheur et a déjà démontré, l’année dernière, qu’il était capable de tenir en échec une équipe du standing de Manchester City (3-3 ; 1-1). La principale difficulté résidera dans le fait d’aller jouer au Celtic Parc, réputée pour son ambiance très chaude et la difficulté à s’imposer dans cette antre. En bref, ce ne sera pas le match idéal pour démarrer une compétition. Le PSG devra être sérieux et concentré. Concernant la forme actuelle du Celtic ? Pas de changement particulier, il continue de dominer son championnat national, sans réelle concurrence. En revanche, le match retour face au Celtic permettra à deux anciens joueurs du PSG (Moussa Dembélé et Odsonne Edouard) d’effectuer leur retour au Parc des Princes, il faudra faire attention à leur esprit de revanche !

Concernant Anderlecht, cela devrait normalement être une promenade de santé. En difficulté dans un championnat (actuellement 10ème), dont le niveau n’est pas très élevé, l’actuel champion de Belgique ne s’est toujours pas remis du départ de Youri Tielemans, et ne propose pas grand chose dans le jeu depuis le début de la saison. Une promenade de santé en prévision ? Effectivement, mais le PSG se devra d’assurer son rôle de cador européen dans ce genre de confrontation, et dominer assez largement les deux rencontres.

Passons de l’Allemagne à la Belgique, et de Bruxelles à Munich. Théoriquement, le Bayern sera le principal concurrent du PSG pour l’obtention de la première place. Bon, soyons honnêtes, la 1ère ou la seconde place n’a pas une grosse incidence sur la suite de la compétition quand on voit certaines équipes très compétitives qui finissent deuxième. La double confrontation face au club bavarois permettra surtout au PSG de montrer son réel niveau face à un des favoris de la compétition. Bien que le club de la capitale française se soit très bien renforcé durant le mercato estival, le Bayern reste le Bayern et leur équipe reste parmi le top 3 européen. L’année dernière, le club entraîné par Carlo Ancelotti (qui était le bâtisseur du projet QSI) a été la seule équipe qui a réellement inquiété le Real Madrid (double tenant du titre), l’année dernière. Ainsi, le Paris Saint-Germain, new look, aura son premier gros test face à un des favoris de la compétiton.

2. Et les autres favoris ?

La réelle question est de se demander si le PSG fait partie des favoris ou des outsiders dans cette Ligue des Champions très relevée. Commençons notre état des lieux par le double tenant du titre : le Real Madrid, dont l’effectif n’a quasiment pas changé, hormis le départ de James (loin d’être indispensable) et de Pepe. A côté Isco et Asensio sont en train d’exploser au très haut niveau et de s’imposer petit à petit comme des futures références, le Real peut croire à une 3ème victoire en Ligue des Champions d’affilée.
Concernant les autres pensionnaires de la Liga, le FC Barcelone restera une équipe compliquée à jouer, malgré le départ de Neymar, compensé par l’arrivée d’Ousmane Dembélé. Néanmoins, il semble difficile de voir le Barça aller au bout au vu de leur effectif actuel, dont certains joueurs n’ont pas la niveau d’excellence exigé par le club catalan. Enfin, l’Atletico Madrid, interdit de recrutement, n’a pas changé son effectif, ce qui implique que l’équipe se connaît parfaitement, toujours dirigé par leur maître tactique : Diego Simeone. Année après année, l’Atletico réussit à se hisser dans le dernier carré, cette année, c’est encore envisageable pour cette équipe très compliquée à jouer et très bien en place tactiquement.

En Italie, seule la Juventus fait office de favori, bien que Naples pratique un très beau football, le club Sicilien semble être un cran en-dessous des équpes suscitées. Les bianconerro ont dû encaisser la perte de Bonucci, mais Rugani semble avoir un potentiel laissant penser qu’il pourrait être le digne successeur du désormais nouveau capitaine de l’AC Milan. A l’instar de l’Atletico, la Juventus n’a quasiment pas changé son effectif, à l’exception du recrutement de Bernadeschi. Le club du piémont connaît la compétiton et restera une équipe très compliquée à bouger et à mettre en difficulté, de là à voir Turin aller au bout ? La malédiction des finales perdues plane toujours au-dessus.

En Angleterre, c’est la grande inconnue, entre un Chelsea qui va redécouvrir l’Europe avec Antonio Conte, un Manchester City qui s’est extrêmement bien renforcé à tous les postes, ayant une des équipes les plus compétitives, et enfin Manchester United qui a été transformé en une machine à gagner les matchs avec sang froid et détermination, avec un jeu très physique. L’inconnu réside dans les performances récentes des clubs anglais en LDC, qui ont eu du mal à briller depuis la victoire de Chelsea elors de l’édition 2012. 2017-2018, le renouveau du football anglais ?

3. Et le PSG parmi toutes ces équipes ?

400 millions d’euros de dépenses afin de recruter Neymar (l’un des meilleurs joueurs de la planète) et Mbappé (le jeune avec le plus de potentiel, en compagnie d’Asensio), le mercato du PSG était démesuré mais enfin à la hauteur de ses ambitions de gagner sa première Ligue des Champions. Cetet compétiton est très relevée, cette année, et il semblerait compliqué pour le PSG de la gagner dès cette année étant donné qu’ils n’ont jamais dépassé les ¼ de finale. Néanmoins, la demi-finale doit être l’objectif du Paris Saint-Germain, en dessous ? Cela sera un échec, tant de dépenses pour des résultats similaires, les dirigeants Qataris auront du mal à l’accepter. Désormais Emery a toutes les cartes en main pour faire bonne figure dans la plus grande des compétitons européennes, saura-t-il passer le cap de l’Europa League à la la Ligue des Champions ? Le premier élément de réponse sera face au Bayern Munich.

En ce début de saison, il est difficile de faire des pronostics pour la fin de la saison mais le PSG a ses chances, surtout que leur domination sur la Ligue 1 laisse présager que le club de la capitale pourrait gagner le titre assez rapidement. Concernant son effectif ? A Emery de trouver un dispositif tactique où tout le monde pourra évoluer ensemble, en espérant que Draxler trouve sa place dans le 11 de départ. Et pourquoi pas mettre Di Maria en 6 à la place de verratti ? Un positionnement dans lequel ADM évoluait au Real Madrid en 2013-2014, quand il a gagné sa LDC et dont il a été l’un des principaux artisans, à Emery de voir s’il a les épaules désormais.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gab 788619 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine