Magazine Culture

Les fontaines du Roi, ou Louis XIV et ses problèmes de dents

Par Marine @Rmlhistoire

L’espérance de vie au XVIIe siècle est assez basse, du fait de la grande mortalité infantile, elle est estimée à 25 ans pour un homme. Waouh. On peut dire que Louis XIV s’en sort plutôt bien puisqu’il est décédé 4 jours avant de souffler sa 77e bougie. Évidemment, le rythme de vie du Roi Soleil est loin d’être le même qu’un gentilhomme ou qu’un paysan et il avait de nombreux médecins à ses côtés, pas toujours efficaces les mecs mais tout de même, pour soigner son petit rhume, sa vérole ou encore des chirurgiens pour sa fistule anale. Louis XIV est également accompagné d’un « opérateur des dents de la Cour », une sorte de dentiste, chargé d’arracher les dents sur demande du médecin ou du chirurgien. Et il en a bien besoin, dans la bouche du roi, c’est l’horreur.

Les premières dents du roi Soleil

annelouis14

Dès sa plus tendre enfance, Louis XIV se fait connaître pour ses dents. En effet, Hugo Grotius écrit en 1638 à Oxenstiem qu’Anne d’Autriche a donné naissance au Dauphin et que celui-ci est né avec deux incisives et qu’il mutile les tétons de sa nourrice, Pierrette Dufour, tant il a l’appétit vorace. Il a beau être l’héritier du trône, ça fait mal. De fait, le futur Louis XIV a de nombreuses nourrisses qui effectuent un roulement afin de laisser les plaies se refermer.Malgré tout, on considère toujours les enfants qui naissent avec des dents non comme des créatures sanguinaires, mais on contraire, on les associe au bonheur et à la fortune. On ne peut pas dire que ça n’a pas été le cas. Pourtant, les dents du roi Soleil vont lui poser de nombreux problèmes depuis l’âge de 39 ans jusqu’à ses derniers jours.

Les problèmes dentaires de Louis XIV

On le sait, Loulou n’avait pas une hygiène irréprochable, il change bien de chemise chaque matin mais il n’aime pas l’eau ni sur sa peau, ni dans sa bouche. Si le dentifrice est largement répandu au Moyen Age, à Versailles on n’en veut pas. Pareil pour le bain de bouche, le strict minimum pour les dents royales. Est-ce que le roi puait du bec ? Oui, mais contre ça, il mâche des pastilles de cannelle. C’est antioxydant, certes mais ça ne protège pas les dents des repas gargantuesques du roi. En 1676, alors qu’il part en campagne dans les Flandres, le roi se plaint de douleur des dents et rapidement, on lui glisse des clous de girofle dans la bouche pour calmer les tiraillements, parfois du thym également. Ça peut paraître idiot, pourtant, le girofle et le thym sont des antiseptiques et anti-inflammatoires naturels largement utilisés et plutôt efficaces. Mais compte tenu de l’état des dents, il faut agir plus efficacement. Deux ans après ses premières douleurs, le roi se plaint de sa joue droite qui est gonflée et de sa gencive douloureuse. On lui colle alors un cataplasme qui reste sans effet. Le chirurgien décide alors d’inciser à l’aide d’une lancette l’abcès royal. Le pus s’échappe et la douleur disparaît mais quelque temps après, c’est à gauche que le monarque a des infections, aussi, en 1682 le dentiste lui arrache plusieurs dents sur la mâchoire supérieure gauche et là, c’est vraiment le début des emmerdes dentaires pour Loulou.

Les complications

600x337_louis_mea_principale

Apparemment, ce serait Charles Boisguérin, encore appelé Dubois, qui aurait arraché pour la première fois des dents au Roi (il s’agirait de plusieurs incisives et d’une canine). La fonction d’opérateur des dents de la Cour est peu prisée, il n’y a pas beaucoup de dentistes royaux, de fait, le mec agit seul mais sa seule fonction est de « nettoïer et couper (sic) les dents, et fournir de racines et d’opiat quand le Roy se lave la bouche. » Mais l’erreur est humaine et Dubois fait une connerie. Une énorme. Il fait un trou dans le palais du roi. Le palais du roi c’est pas Versailles hein, non non, dans la bouche de Louis XIV, le palais est abîmé et pas qu’un peu. Du fait de la mauvaise hygiène du roi et du manque de connaissance en antiseptique, la plaie reste ouverte et une fistule commence à apparaître. Si l’on a déjà parlé de la fistule anale du toi, sachez que son trou du cul n’a pas le monopole de la fistule. Désormais, son nez communique avec la bouche par une belle et large fistule bucco-sinusienne. Aujourd’hui on connait un système très simple pour savoir si on a une fistule ou non, il suffit de se boucher le nez, d’ouvrir la bouche et de souffler par le nez, si des bulles sortent par la plaie, c’est une fistule. Sexy non ?

La fistule buccosinusienne ou les fontaines du roi soleil

En 1685, le médecin du roi, Daquin, donne une description de la fistule particulièrement dégueulasse, il explique que « Ce trou s’était fait par l’éclatement de la mâchoire arrachée avec les dents (…). » et qu’il s’est cicatrisé de manière laissé un sinus, ou un conduit ouvert entre le nez et la bouche qu’on a pu constater avec un écoulement de pus malodorant. En fait, soyons juste, il ne s’agit pas d’une erreur de Dubois mais bien d’une conséquence assez rare mais possible et qu’elle n’a pas été soignée suffisamment vite. Malgré tout, on va tenter plusieurs interventions parce que c’est un peu pénible et peu élégant, lorsque le roi boit du pinard ou son bouillon du matin, il lui coule pas le nez. Début janvier 1686, Dionis, le chirurgien du roi, décide alors de cautériser la fistule. Dans un premier temps, il désinfecte la bouche du roi avec des bains de bouche alcoolisés et parfumés (plus pour le confort du dentiste que pour réellement aseptiser…) et ensuite, il fait chauffer à blanc un petit instrument en or à bout rond et paf, il colle ça à quatorze reprise sur la fistule. C’est la méthode du bouton de feu utilisée en général pour les polypes nasaux, l’ablation de la luette ou les ulcères nasaux mais avant Louis XIV encore jamais pour des fistules bucco-sinusiennes. Il faut bien une première fois !

 mv_2109_008

Daquin précise :

« Après cette application du feu, nous lui conseillâmes, trois ou quatre fois le jour, de faire passer de la bouche par le nez une liqueur, ou gargarisme, composé d’un quart d’esprit de vin, autant d’une eau vulnéraire distillée, et moitié d’eau de fleurs d’oranger, pour résister à la pourriture, faciliter la chute des escarres, et avancer la régénération de la gencive, par laquelle seule on pouvait espérer de boucher le passage, dont une partie se trouve naturelle à tous les hommes, pour le commerce de quelques petits vaisseaux qui fournissent de la nourriture aux dents et à la mâchoire où ce canal se porte de l’os cribleux, et dont l’autre partie s’était faite en arrachant les dents, par la violence, et formait la communication de la bouche à ce petit canal naturel. Mais ce ne fut qu’après avoir encore appliqué le cautère par trois fois, le premier de février, pour plus grande sûreté, et ce ne fut pas sans raison, que la carie nous parut entièrement guérie. Depuis ce temps, les chairs se sont engendrées si abondantes et si solides, que ce trou de la mâchoire est entièrement rebouché, et qu’il ne se trouve plus aucun passage pour porter l’eau de la bouche par le nez ».

 Le roi est guéri, vive le roi !

Louis XIV ne crache plus son petit-déjeuner par le nez, bien, il est guéri. Pour autant, il n’a presque plus aucune dent et celles qui lui restent sont en bien piteux état. Le Roi Soleil ne peut plus mâcher, pour autant il souhaite garder la même alimentation, alors il coupe son gibier en petits morceaux et les avale sans même les mâcher… Du coup, c’est son estomac qui fait un peu la gueule et il doit se soumettre à de nombreux lavements pour soigner ses maux de ventre.

Si tu as aimé cet article, je te conseille de t’abonner au blog pour avoir les articles en avant-première et ne pas souffrir d’aigreurs d’estomac. Mais tu peux aussi acheter les livres dont la lecture empêche la cataracte ! Et si tu veux en savoir plus sur le sujet, je te conseille le livre de Cabanès sur Dents et Dentistes à travers l’Histoire, ou encore celui de Stanis Pérez sur La mort des rois et enfin les écrits des médecins  et chirurgiens du roi, Vallot, Daquin et Fagon, que tu peux aussi trouver format poche sur amazon.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Marine 18564 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines