Magazine Entreprise

John Law : L’homme qui a créé le billet de banque

Publié le 25 septembre 2017 par Edelit @TransacEDHEC

John Law : L’homme qui a créé le billet de banque

        Economiste et banquier, ministre des finances du royaume de France, il a inventé le billet de banque (le système de Law) et a effectué les premières grandes émissions de titres. On peut dire que cet homme a marqué son temps. Sa théorie pourrait se résumer par l’idée que l’argent est un moyen d’échange, et ne constitue pas une richesse en soi. Sauf que l’application de la théorie de cet escroc avéré a fait des dégâts, beaucoup de dégâts…

Un aventurier, audacieux.

Il est important de saisir le caractère du personnage. Il naquît en 1671 à Edimbourg. Fils d’un banquier très influent, il fut très tôt familiarisé à la profession. On remarque dès son enfance son goût pour le risque et les jeux d’argent et son habileté au calcul mental. Des prédispositions parfaites pour coller au stéréotype même du banquier véreux. Ca tombe bien, il hérite à 17 ans de la fortune de son père.

À 23 ans, pour s’attirer les faveurs (surtout le corps) d’une belle créature – Elizabeth Villiers -, ce dragueur de Law provoque Edward Wilson en duel et le tue. De fait, il est condamné à la potence, jusqu’à ce que mort s’en suive… Cependant, l’acte fut finalement jugé une deuxième fois et qualifié d’homicide « involontaire » …  on y croit. La peine fut alors réduite à une amende, mais le frère de Wilson porta plainte, et la peine fut alors élargie à de la prison. Sauf que John Law de Lauriston n’allait quand même pas accepter de se faire enfermer. Non, ce dernier s’échappa alors à Amsterdam. Commença alors le périple de l’un dès plus gros escrocs (brillant) de notre histoire.

Il étudie la banque à Amsterdam et publie des essais économiques à propos de la masse monétaire en circulation dans l’économie européenne. La graine est alors plantée. Pendant 20 années, il va alors sillonner toute l’Europe pour partager son projet, mais n’en récoltera que du vent. Tant dans des capitales commerciales que des villes portuaires, il va observer que certains commerçants se séparent de leurs métaux en échange de promesses de ventes, des écrits papiers ou des factures. À Venise, ses prédispositions au calcul mental lui permettront d’asseoir sa fortune au jeu, peu à peu, avec méthode et persévérance.

À l’époque, certaines banques commerciales notamment à Londres, Stockholm, Nuremberg et Amsterdam proposent déjà de recevoir des dépôts en espèces métalliques, en échange de billets à ordre, et garantissant une convertibilité à tout moment. Ce système ne peut donc pas se répandre à grande échelle et reste réservé aux commerçants. L’Europe est à la veille de sa révolution industrielle, et le besoin d’une monnaie d’échange est grandissant, mais les arrivages d’or et d’argent depuis les Amériques sont insuffisants et ne peuvent satisfaire la demande.

La mise en place du système de Law

John Law : L’homme qui a créé le billet de banque

Dans ce contexte,  John Law va donc tenter de saisir sa chance. D’abord auprès du roi de Sicile puis du duc de Savoie, il se prend une série de vents. Il se tourne alors vers Louis XIV, et est envoyé balader de plus belle. Le Roi de France ne veut même pas essayer de rencontrer celui qu’il qualifie “d’aventurier huguenot“ (comprenez qu’à l’époque, cette punchline aurait fait pâlir les fesses d’une catin). Mais 7 années plus tard, coup de chance : le Roi Soleil meurt, et est remplacé par le Régent. Les finances du royaume ont été décimées par la démesure de son règne.

Le remplaçant décide alors de suivre les théories farfelues du banquier écossais et lui permet d’ouvrir la Banque Générale en 1716. Il est alors autorisé à échanger de la monnaie papier contre de l’or. C’est à partir de là que les choses se gâtent. La banque commence à accroître le volume de ses émissions, imprimant plus de papier-monnaie qu’elle n’avait réellement d’or et d’argent en dépôt. À ce niveau, la création monétaire était garantie par divers revenus que la banque pouvait s’assurer, grâce à l’appui du Régent. En effet, être pote avec le roi, ça aide. Grâce à son soutien, la Banque Générale deviendra la Banque Royale en 1718.

L’appétit de John Law est alors sans limite. Il n’a plus le temps de niaiser. Il se lance dans le commerce des colonies et crée la Compagnie d’Occident en 1717 après avoir racheté la Compagnie du Mississippi, celle en charge des échanges avec la Louisiane française. Une vaste opération de propagande en faveur de la colonisation est lancée. John Law fait valoir auprès du grand public qu’il a lui-même investi dans un immense domaine en Louisiane, pour éloigner les doutes, car il n’a pas l’intention de développer quoi que ce soit là-bas. Evidemment, sinon ce n’est pas drôle.

La mafia Law n’allait pas s’arrêter là : la compagnie d’Occident absorbe alors les Compagnies du Sénégal, de Chine, des Indes Orientales et la Compagnie perpétuelle des Indes. Cette vaste opération de rachats est bien évidemment financièrement soutenue par le royaume et se fait à l’aide de monnaie papier. Le 5 janvier 1720, la Banque Royale et la Compagnie d’Occident fusionnent, et John Law en est nommé contrôleur général des finances, puis surintendant général des Finances. Au passage, il est intéressant de noter que John Law (né banquier) a un talent tout à fait particulier pour les opérations de fusion-acquisitions de grande envergure. A ce moment précis, on aurait pu dire (en quelques sortes) que cet homme était le trésorier privé de la première puissance mondiale et de l’ensemble de ses colonies, … en remplaçant de l’or par du papier.

Une banqueroute dans les règles de l’art !

John Law : L’homme qui a créé le billet de banque

Ce mois là, plus d’un milliard de livres de billets de banque furent émis, et le capital de la banque atteint 322 millions de livres. Cependant, la fin des cacahuètes était proche… Les ennemis de John Law poussèrent à une spéculation à la hausse, dans le but de faire s’effondrer le système. Le prix des actions passa de 500 à 20 000 livres en l’espace d’un mois, la bulle de la monnaie papier avait éclaté. Puis certains des plus gros possesseurs de billets commencèrent à demander leur dû en pièces d’or et d’argent. Ceci fit immédiatement s’écrouler la confiance dans le système, puisqu’évidemment, Law n’avait pas cet or et cet argent qu’il avait garanti. Dès le 24 mars, ce fut la banqueroute du système de Law. Les déposants se présentèrent en masse pour échanger le papier-monnaie contre des espèces métalliques que la société ne possédait pas. Plus personne n’eut confiance ; la banqueroute du système avait ruiné les déposants. En décembre 1720, John Law (comme à son habitude quand les choses se gâtent) prend ses jambes à son coup et fuit le royaume. Sous la protection officieuse du Régent, il se réfugie à Venise.

Bilan du système Law : mitigé. Ce système a appauvri (voir ruiné) environ 10 % de la population française, surtout les riches actionnaires. Cependant, s’il a fait perdre confiance dans le papier-monnaie, ce système a paradoxalement assaini la dette de l’État : en la faisant prendre en charge par les épargnants. L’économie du pays a été préservée en un temps où le pays était paralysé par l’endettement généralisé et la pénurie de liquidités. Les agents économiques ont en effet été libérés de l’endettement chronique, et l’inflation a permis d’alléger les dettes privées d’au moins 50 %. Les grands perdants ont été les rentiers, mais au contraire, les “petites gens“ ont vu leur situation générale s’améliorer.

        Il faut voir que 300 ans plus tard, la théorie monétaire moderne intègre de nombreux concepts clés issus du système Law. Et notre système monétaire ne fonctionne que tant qu’on a confiance en ce dernier. Selon moi, et en reprenant les propos du journaliste économique Olivier Delamarche, Mario Draghi aura beau s’égosiller à soutenir la solidité de l’Euro, ce n’est pas en multipliant les opérations de Quantitative Easing (littéralement un “assouplissement quantitatif“…) qu’il nous sortira de cette crise. Pour les plus curieux, je vous invite donc à lire la définition de ce qu’est une opération de QE, vous ne pourrez vous empêcher d’y trouver un écho au système de Law …


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Edelit 18215 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte