Magazine Culture

Un barbu… Quel cauchemar !

Publié le 03 octobre 2017 par Le Journal De Personne

Pendant votre sommeil, il y a un veilleur de nuit qui veille et surveille.

Il filtre les images et les personnages.

Sur l'écran de votre imaginaire, il projette les plus belles choses et jette les moins belles à la poubelle.

On dit qu'il censure en distinguant le bon grain de l'ivraie... et assure en même temps votre sommeil.

Et au réveil, vous avez la brève impression d'avoir vécu le plus doux des rêves.

La petite fille a rêvé d'être Cendrillon... Ou la Belle au bois dormant... le petit garçon s'est vu dans la peau d'un prince charmant... les deux n'ont rien fait d'autre que réaliser leur désir en dormant.

Le gardien n'a pas cru bon de s'interposer ou de modifier ces clichés, parce qu'ils sont compatibles avec notre moralité ou notre normalité.

Tu désires des bonbons, que tu n'as pas, tu t'endors et tu te vois manger les bonbons sur l'écran de ton inconscient... le gardien du sommeil ne se soucie pas de tes dents mais exclusivement de tes désirs mordants ou de tes monstres vivants.

Ce n'est pas moi qui vous effraye, c'est Freud qui est effrayant.

Le gardien est là justement pour vous épargner cet effroi, cette frayeur... celle qui révèle qu'il y a en vous un fond de laideur... d'horreur.

Le veilleur de nuit ne se contente pas de refuser l'accès à vos démons, il les déguise, les métamorphose pour les rendre bienveillants.

Votre folie était retenue, pour que vous ne bondissiez pas hors de votre lit... Et que vous puissiez poursuivre votre rêve de belle endormie.

Vous courez... courez plus vite que la vitesse de la lumière mais vous vous faites néanmoins rattraper par un barbu qui finit par vous égorger...

Vous sursautez de votre lit... en sueur avec la sensation d'avoir été martyrisée... quel cauchemar !

Schengen n'a pas suffi, les frontières ont été démolies et les barbus ont réussi à s'infiltrer dans votre esprit... et le douanier, putain de bordel de merde, qu'est-ce qu'il a foutu ?

Freud à ce sujet n'est pas très rassurant. D'après lui, il s'agit toujours d'une réalisation de désir... sauf que là, vous ignorez tout de votre désir... c'est lui, l'étranger... l'indigène... la gangrène.

Autrement dit, demandez vous si ce que vous craigniez le plus, n'est pas, ce que vous désirez le plus... vos répulsions conscientes ne sont peut être que des attractions inconscientes...

Comme si vous faisiez tout ce qu'il ne faut pas pour que quelqu'un dépose sa bombe... à votre porte.

Parce que dans la vie, il y a deux types d'inconscient... ceux qui refoulent et ceux qui se défoulent ! Les vôtres et les leurs.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Le Journal De Personne 76264 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte