Magazine Culture

Le Jeu de la conscience - versets XII et XIII

Publié le 03 octobre 2017 par Anargala
Le Jeu de la conscience - versets XII et XIII
Suite du Jeu de la conscience (Bodha-vilâsa), attribué à Kshéma Râdja (Cachemire, XIe siècle) :
tadbhūmikā darśanādyās sarvā eva na saṃśayaḥ /bhūmikāḥ kṛtrimā yadvan naṭo gṛhṇāti svecchayā // 12 //

tadvad eva cidānandasvecchocchalitabṛṃhitaḥ /ātmā gṛhṇāti vipulā darśanādyā vibhūtayaḥ // 13 //
Les philosophies et les points de vuessont tous, sans exception et sans aucun doute,des personnages (joués) par la (conscience).Ce sont des rôles facticesendossés librement (par la conscience),comme par un comédien.
(Car) c'est exactement de cette manièreque le Soi,épanouit par l'abondancede son libre désir qui est la félicité de la conscience,assume ces immenses déploiement de gloiresque sont les philosophies, etc. Tout est conscience.Mais, comme la conscience est libre, absolument souveraine,elle joue à s'incarner, à prendre des formes définies.Après avoir exposé les étapes de cette cristallisation de la sèveconsciente, Kshéma Râdja développe l'une de ses conséquences :tous les points de vue, exprimés, dans les doctrines, les religionset les philosophies, sont aussi le jeu de la conscience,ses danses et les personnages qu'elle endosseafin de se dévoiler graduellement,comme poussée par son élan inné.Ainsi, toute vision du monde est un momentdans le dévoilement de la conscience à elle-même.Aucune philosophie n'est complètement fausse,aucune n'est complètement vraie.Mais toutes ne se valent pas.Kshéma Râdja propose une hiérarchie,c'est-à-dire un ordre qui s'enracine dans un principe,en l’occurrence la conscience.Au bas de l'échelle, la masse des hommes sans autre philosophie que la recherche du pouvoir.Puis les bouddhistes qui prennent la conscience pour les pensées, le Védânta qui l'identifie au videet les Jaïns, les partisans des Védaset des Tantras, le shivaïsme et le vishnouïsme.Ces doctrines correspondent au trente-six niveaux de consciencedécrit dans les versets précédents.Puis, au sommet, il y a la tradition "du Ceur/Corps" (koula)qui affirme que tout est conscience,puis ceux qui affirment que la conscience transcende tout.Se dégage ainsi un mouvement de l'immanence à la transcendance.Toutes ces philosophies, en effet,tombent à divers degrésdans les extrêmes de l'immanence (Shakti)ou de la transcendance (Shiva).Seule la révélation de la Triade (Trika),dévoile finalement le réeldans sa liberté souveraine et intégrale,sans privilégier le vide ou la forme, pourrait-on dire.Le shivaïsme du Cachemire évite donc à la foisle dogmatisme stupide qui consiste à prétendre détenirl'exclusivité de la vérité ;et le relativisme paresseuxqui met tout dans le même panier.La vérité est honorée en chaque point de vue,sans que soit oublier que chaque point de vueest une étape ou un aspectde la grande éclosion de l'absolu.

Cette inclusivisme hiérarchiquen'est pas un hasard.Il est la conséquence du non-dualisme "intégral" (parama)professé par la philosophie de la Reconnaissance.Ici, en effet, l'Un n'est pas "un" par exclusion ou rejetde la dualité, mais par réconciliation avec elle,reconnue comme Shakti inséparable de Shiva.Chaque formulation est, dès lors, comme une promessequ'il s'agit d'accompagner, de nourrir,un peu comme un enfant,et non pas de simplement réfuter en bloc.D'où une philosophie généreuse, mais aussi, complexe, car cette intégrationpasse évidemment par une apparence de complexité.Mais l'amour 'nest-il pas à ce prix ?

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Anargala 10656 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine