Magazine Culture

Interview de Lise Syven

Par Lecoindaudrey @LeCoindAudrey

Bonjour, bonjour,On se retrouve aujourd'hui pour une nouvelle interview et je suis heureuse de vous dire qu'il s'agit de Lise Syven ! Une auteure dont les romans me tentent beaucoup, mais après ces échanges, ils seront bientôt entre mes mains ! Mouhahaha. Bref, je vous laisse la découvrir plus en détails !Lise Syven
- Les présentations -



Pour commencer, est-il possible de vous présenter en quelques mots ?(Etudes, métier, loisirs, etc)

Bonjour, je m'appelle Lise Syven, j'ai 39 ans, je suis ingénieur en informatique de formation, et j'écris des romans. J'adore lire depuis toute petite, je bricole des bijoux et je suis fan de jeux de société. En ce moment, j'essaie de sauver les malheureuses plantes carnivores que j'ai achetées récemment et je découvre avec bonheur les joies du bujo. Tant que je suis à vous faire des confidences, sachez que je nourris une grande passion pour le fromage. Je pourrais facilement me damner pour une tartiflette. :-)Merci de m'accueillir sur votre blog !


Quel genre littéraire appréciez-vous lire ?Plutôt de l'Imaginaire (science-fiction, fantasy, fantastique). Je lis un peu de contemporain, d'historique et de thriller à l'occasion.Quel est votre top 5 des auteurs favoris ?Robin Hobb, Neil Gaiman, Marion Zimmer Bradley, J.K. Rowling, Pierre Pevel


En vérité, j'ai des dizaines d'auteurs favoris. C'est cruel de devoir choisir.
    La vie d'auteure 
Depuis quand vous êtes-vous intéressé(e) à l'écriture ?

J'ai commencé à écrire au collège. J'étais obsédée par les ombres et l'impression que la mienne bougeait parfois sur le sol. J'en ai fait des cauchemars parce que je m'inventais des histoires sordides avant de dormir. Mon premier roman publié en découle en ligne directe (Au Sortir de l'ombre, un peu glauque, je vous préviens). Ensuite, je suis tombée sur l'Histoire sans fin (en film, en livre), j'ai dévoré de la fantasy et je me suis inventée un monde peuplé de chevaux-dragons (j'adorais les chevaux, évidemment, oooh Artax). Jusqu'au lycée, j'écrivais des bout de texte un peu partout, sans jamais finir une histoire, maisaprès le bac, mes parents m'ont acheté un ordinateur et j'ai commencé mon tout premier pavé de fantasy, que j'ai achevé l'année suivante. Depuis, j'ai fini toutes les histoires que j'ai commencé à écrire.Qu'est-ce qui peut faire l'objet d'inspiration pour vous ?Je me nourris du monde qui m'entoure, de mes lectures, de mes voyages, de ma colère aussi. Notre monde est plein d'injustices criantes.

J'essaie d'écrire des histoires avec des héro-ines fort-e-s, qui vont se battre, et pas seulement pour se sauver eux-mêmes. 


Quel est votre rythme d'écriture ?Je suis une marathonienne. Une fois que je suis lancée, j'ai besoin de rester dans mon texte et d'écrire régulièrement, à raison de 5 séances par semaine.  Il me faut quelques mois pour terminer un roman. Je produis environ 75 000 sec par mois, parfois je vais jusqu'à 100 000 si je ne suis pas interrompue par un déménagement, des déplacements, ma vie sociale, etc.Si vous pouviez donner vie à l'un de vos personnages, lequel choisiriez-vous ?Sans hésiter Chevalier, avec ses lunettes noires, ses secrets, son aura, sa réserve tranquille. Dans Saving Paradise, elle se bat aux côtés de l'humanité de multiples façons. Elle a créé une organisation puissante, qui encourage la recherche médicale, investit dans la robotique, et aussi sauve des gens que leurs convictions ont mis en danger. Mais Chevalier est surtout une protectrice, presque une sentinelle, capable d'affronter des forces surnaturelles. Je suis assez fan de son côté "badass" quand elle s'énerve. [Je vais éviter de spoiler trop.]Sur quel(s) projet(s) travaillez-vous actuellement ?

"A un cheveu de tes yeux", un roman YA pour les éditions Castelmore. J'ai proposé l'idée l'an dernier et ça me démange de m'y mettre depuis quelques mois. Matthéo est complètement obsédé par les cheveux, du fait de ses complexes capillaires. Il est fou amoureux d'une lycéenne, une jeune fille noire à la chevelure magnifique et aux coiffures somptueuses. Bien évidemment, elle ne sait pas qu'il existe et il va se mettre dans le pétrin en essayant d'attirer son attention. Le pauvre, il n'est pas gâté par la nature, en plus d'être carrément maladroit. Je vais essayer d'écrire un texte drôle et touchant (pas le plus simple à mon avis, c'est toujours plus facile les dragons et les boules de feu). Sinon, j'ai aussi un roman de vampires sur le feu, façon western-opera moderne.



- La publication -

Comment s'est présentée l'opportunité de l'édition auprès d'une maison d'édition ?

J'ai envoyé mon manuscrit par mail à des maisons d'édition en recherche de nouveautés. Je suis tombée au bon moment, juste quand elles venaient d'ouvrir leurs portes, ce qui m'a permis d'obtenir des réponses rapides. Les éditions du Riez m'ont répondu avec beaucoup d'enthousiasme. C'est un moment que je n'oublierai  pas ! J'en suis tombée de ma chaise. J'ai ensuite appelé ma mère, qui s'est assise sur un pot de peinture, heureusement fermé !Pour vous, quels sont les avantages ainsi que les inconvénients de cette méthode de publication ?L'avantage, c'est que cette méthode n'engendre pas de frais. Quand vous devez envoyer un pavé relié par courrier en une dizaine d'exemplaires, ça coûte vite très cher. Néanmoins, envoyer par e-mail n'est pas synonyme de réponse rapide. J'aurais tendance à dire qu'il faut essayer de rencontrer les éditeurs, comme par exemple au speed dating des Imaginales ou à d'autres occasions lorsque c'est possible, histoire de prendre contact avant d'envoyer le manuscrit. Il faut aussi faire preuve de beaucoup de patience. :-)- Les petits plus -

Avez-vous une petite anecdote lors d'une rencontre avec vos fans ?Les fans sont toujours merveilleusement gentils, et les plus jeunes sont particulièrement touchants. J'ai souvenir d'une petite fille très timide qui avait lu et relu la Balance Brisée au point que son livre était tout corné (elle avait même eu le courage de le présenter à sa classe), mais elle n'a pas réussi à me parler. Du coup, c'est sa mère qui m'a tout raconté à sa place. J'ai aussi rencontré un jeune homme à Vannes qui a avoué avoir eu du mal à dormir pendant la semaine tant il avait hâte de me voir. :-) Une fois, j'ai été émue aux larmes parce qu'une lectrice m'a avoué avoir traversé un deuil similaire à la jeune héroïne de la Balance Brisée au même âge et le fait qu'elle ait trouvé le récit juste m'a soulagée.D'ailleurs, où peut-on vous rencontrer pour boire un café et/ou pour une petite dédicace ?Ce week-end, je serai à la 25eme heure du livre du Mans (7/8 Octobre) et par la suite, vous me retrouverez au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse à Montreuil début décembre avec les éditions Castelmore. Je suis bavarde et toujours ravie de discuter ! N'hésitez pas à passer me voir :-)Une petite chose à ajouter ?

Merci pour cette interview ! Je vous souhaite à toutes et tous de bonnes lectures !

Son site - Son compte Twitter - Son compte Facebook

Interview de Lise Syven Interview de Lise Syven Interview de Lise Syven Interview de Lise Syven Interview de Lise Syven

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lecoindaudrey 3591 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines