Magazine Culture

La porte – Magda Szabó

Par Moglug @Moglug

La porte – Magda SzabóConnaissez-vous Emerence ?

Domestique de métier, elle a servi pendant près de 20 ans un couple d'universitaires sans enfant. D'abord froide, têtue et secrète, son comportement perturbe l'épouse - la narratrice - , et elle ne doit de conserver son poste qu'à l'efficacité et à la perfection redoutable de son travail.

Au fil des ans, une relation se noue entre les deux femmes. A travers les mots de sa narratrice, Magda Szabó retrace les non-dits, les frontières de l'intimité repoussées millimètres par millimètres, l'indicible d'une grand amitié mais aussi l'indicible d'une grande honte.

La porte m'a fait penser en bien des points à certains livres de Marlen Haushofer : Dans la mansarde, et surtout Nous avons tué Stella. On y retrouve la confession d'une femme des années 50 ou 60 vivant la plupart du temps seule chez elle pendant que le reste de la famille - l'époux et/ou les enfants - vaquent à l'extérieur. La porte se déroule dans un quasi huis clos entre la maison de la narratrice et le seuil d'Emerence ; de même les héroïnes de Marlen Haushofer sont prisonnières de leur foyer avec pour rares distractions l'intrusion d'une domestique - femme de ménage ou jeune fille au pair.

Toutefois, le style de Magda Szabó s'écarte de celui de Marlen Haushofer par l'usage de dialogues incisifs et plein d'humour échangés entre les deux principales protagonistes. Les personnages secondaires qui gravitent autour d'Emerence apportent aussi leur lot d'émotions et sans que leurs portraits ne soit aussi précis que celui d'Emerence, chacun d'entre eux eux marque une personnalité ambivalente jamais caricaturale et toujours touchante.

Si La porte est un roman d'une extrême sensibilité, dur, fascinant et juste, il est tout autant drôle, riche et déroutant que peut l'être Emerence.

Extraits :

" Elle était un exemple pour tout le monde, elle aidait chacun, la poche de son tablier amidonné livrait des bonbons enveloppés dans du papier, des mouchoirs de toile immaculée qui s'envolaient en bruissant comme des colombes, elle était la reine de la neige, la sécurité, la première cerise de l'été, la première châtaigne sortant de sa bogue à l'automne, les citrouilles resplendissantes l'hiver, au printemps le premier bourgeons de la haie : Emerence était pure, invulnérable, elle était le meilleur de nous-mêmes, celle que nous aurions aimé être. "

" - Emerence, repris-je, si cela avait été l'inverse, vous m'auriez laissé mourir ?
- Bien sûr, répondit-elle sèchement.
Ses larmes avaient cessé de couler.
- Et vous ne le regretteriez pas ?
- Non. [...]Qu'est-ce que ça sait, un mort, qu'est-ce que ça voit, qu'est-ce que ça ressent ? Vous vous imaginez qu'on vous attend là-haut, et que Viola ira aussi quand il mourra, et que tout sera comme maintenant, que vous retrouverez l'appartement, que les anges emporteront votre machine à écrire et l'écritoire de votre grand-père, et que tout continuera ? Ce que vous pouvez être bête ! Quand on est mort, on se fiche de tout, un mort, c'est zéro. Comment pouvez-vous ne pas comprendre ? Vous êtes pourtant assez vieille. "

Première publication : La porte - Magda Szabó
traduit du hongrois par Chantal Philippe
Le livre de poche, 2017, 347 p.
Première publication française : Viviane Hamy, 2003
Az Ajtó, 1987


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Moglug 307 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines