Magazine Culture

Parle Moi

Publié le 16 octobre 2017 par Hunterjones
Parle Moi Yves Boisvert a souligné quelque chose de fort important la semaine dernière.
L'ivresse, le vertige, le déséquilibre, le tournis du plongeur dans la plus profonde des plongées...
On a beau taxer les gens de cynisme par rapport à la déconnection des politiciens face à la population en général, elle est complètement réelle. 
Trois exemples extrêmement récents:
Parle Moi Philippe Couillard procède à un remaniement ministériel.  Same old rats with brand new clothes. On a qualifié son remaniement de toute sorte de choses, mais ce qu'on a surtout retenu ce sont trois choses: 1-Les portefeuilles importants sont restés entre les mêmes mains. 2-Le ministère des Transport a été laissé à un jeune parce que les autres ne voulaient pas s'y casser les dents. On ne lui a donc pas donné toute de suite, mais on lui a laissé après au moins deux refus.  3-On le trouve important parce que plusieurs ont bougé, mais dans un contexte de chaise musicale et pas dans un mode de remplacement.  Parle Moi
Philippe et son équipe voulaient qu'on se rappelle d'autre chose. Ils ont une équipe qui écrit à plusieurs mains des "grandes lignes" qu'ils voudraient bien publier eux-mêmes dans les journaux. Des formules ampoulées comme équipe gagnante, presque parité homme/femme (sans portefeuilles, celles-la), équilibre jeunesse/expérience. Des mots que l'on voudrait donc mettre dans la bouche des journalistes. 
Mais, c'est bête, c'est gens-là ne font pas que lire ce qu'on leur demande de lire, ILS RÉFLÉCHISSENT. Ces cons. Parle Moi
Et quand ils ont souligné ce que je vous ai souligné plus haut, Couillon a pas aimé ce qu'ils retenaient de son remaniement. Il a pété un plomb. Il a cité Shakespeare. "C'est ça que vous voulez, vous les médias? un peu de chair et un peu de sang?".
Quand un Premier Ministre s'énerve de la sorte, c'est que ça va mal dans la chaumière.  Parle Moi
Si vous vous attendez à ce que les médias ne fasse que lire vos communiqués, à quoi bon câlisse?
À quoi bon le journalisme, câlisse? À quoi bon le sol si on ne peut jamais y danser, honey?
Prend ta lèvre inférieure, Phil, remonte-là sur ta tête et avale très fort.
Le même jour, Donald Trump disait le plus sérieusement du monde: "I think it's totally discusting that the people from the media can write absolutely whatever they want..."
Parle Moi Les régimes totalitaires ont salué.  La liberté d'expression est une très vilaine chose.
Réalise-t-on comment une phrase comme celle de Trump est lourde de sens? Le réalise-t-il lui-même? 
Trump a rajouté que quelqu'un devrait y jeter un oeil. Ce, à quoi un vaillant présentateur de nouvelles à rétorquer, constitution en main: "Yes Donald, you're right, but someone did...". Il s'agit même du tout premier amendement de la constitution des États-Unis, qui interdit le congrès de limiter la liberté de religion, d'expression, la liberté de la presse, ou le droit de se rassembler pacifiquement. 
Parle de ce que tu sais Don. Oh que tu parlerais peu, mon grand ignorant. Parle Moi
Finalement, au Canada, ils sont de plus en plus nombreux à dire à la fois que le gouvernement honore fameusement sa promesse de dépenser beaucoup d'argent (Traduction: imiter papa en nous plongeant profondément dans une dette pour les années à venir), à la fois qu'il y a assez peu d'adultes autour des tables gouvernementales. Ça peut paraître condescendant, mais on dit qu'on s'intéresse davantage à qu'est-ce qui ressemble à quoi sur les réseaux sociaux, qu'à de réelles problématiques tangibles. 
Parle Moi Oh! il est stylé Justin, mais sans aucune substance. Quand la pauvre Mélanie Joly a été lancée dans la fosse aux lions pour l'enculade l'annonce faite qu'on ne taxerait pas Netflix et qu'on leur donnerait la permission de choisir quoi nous offrir au pays comme contenu, je n'ai vu personne du gouvernement de Justin se tirer devant les multiples balles tirées dans sa direction.  On la sacrifiait.  Parle Moi Ce n'était pas à elle de répondre aux questions d'ordre économique. Elle peine tout juste à comprendre ses propres phrases. Elle devait être secondée par au moins un ministre ou deux. Personne sur terre ne semblait être de son bord. Personne n'a de raison de l'être me direz-vous et vous n'aurez pas tort, mais pourquoi l'homme à la langue de bois en chef, Selfie Trudeau, n'y a pas mis son grain de sel?
La langue de Justin est la même que celle de Mélanie. Une langue défensive qui parle de rien et de tout. 
De rien surtout.  Parle Moi
Essayez d'analyser un de ses propos est comme disséquer une guimauve.  C'est mou et duveteux, très sucré, et aussitôt qu'on essaie d'y mettre le doigt, c'est devenue de la bouette blanche. 
Chaque fois que l'on parle, on envoie un message quelque part.
Celui de Couillard, celui de Trump, ceux de Mélanie ou Justin, sont des mots mous lancés dans le but d'épaissir un brouillard qui séparerait leur monde du nôtre. Parle Moi
Nous vous avons élus. 
Parlez nous.  Sans fumée, svp. Sans guimauve autour du feu.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Hunterjones 432 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines