Magazine Concerts & Festivals

Bénévolat au Nordik Impakt à Caen : l’envers du décor

Publié le 24 octobre 2017 par Captain_h0wdy @twit2mat
Bénévolat au Nordik Impakt à Caen : l’envers du décor

Ce week-end à Caen, il y avait le festival Nordik Impakt !

Ce festival est organisé par l'association Arts Attack, sur un ensemble de quatre jours pour permettre de démocratiser les musiques électroniques auprès d'un public varié, dans toute la ville de Caen, en proposant différents évènements autour des musiques électroniques : concerts, conférences, ateliers de l'auditeur et expositions. Le Nordik Impakt se présente alors comme un moyen de perpétuer les créations et les échanges musicaux afin " d'enrichir continuellement le patrimoine musical de l'humanité ", comme le souligne l'association dans la description de son projet. N'est-ce pas magnifiquement dit ?!

Depuis cet été, j'avais rempli un formulaire sur internet pour être bénévole. Ce n'était pas la première fois : je m'étais aussi portée volontaire en avril dernier pour le festival Panorama à Morlaix, en Bretagne. Et tellement j'avais apprécié l'ambiance, j'ai décidé de renouveler ma demande au Nordik Impakt. De plus, le bénévolat est remercié par de nombreux avantages :

  • De une, un espace bénévole est à notre disposition avec un bar " volunteers only " : vous n'avez pas à faire la queue et vous bousculer, verre en main, avec les autres festivaliers pour être servis ! Toutefois, petit inconvénient: l'espace bénévole ne se situe pas devant les scènes principales, mais à côté de l'espace VIP, il faut donc marcher un peu sous la pluie et le vent glacial normands (choc thermique assuré quand on sort du concert de Lorenzo!). Sont offerts des repas, des bonbons, des softs à volonté ainsi que trois bières (à 6€ la pinte, on ne refuse pas). Notamment, les bénévoles partagent les toilettes avec les VIP : papier toilette toute la soirée, presque pas de queue, savon, ... Le luxe !
  • De deux, la plupart des postes vous placent au contact direct des festivaliers. Que ce soit au bar, au cashless, à l'information, à la billetterie, on se rend compte, comme dit mon acolyte de festivals, que " les gens sont GENTILS ". Pas de prise de tête, tout le monde est là pour apprécier la musique et s'amuser. Après ma première expérience en tant que bénévole, j'ai alors conçu les festivals comme de véritables havres de paix, où l'ataraxie triomphe sur nos problèmes quotidiens (Oui ! Je ressors mes cours de philo !).
  • De trois, et surtout, on a accès au festival gratuitement ; en contrepartie d'être, bien sûr, présent à son poste aux heures indiquées ! Évidemment, on travaille durant le festival et parfois, les horaires qui nous sont affectés débordent malencontreusement sur les concerts que l'on veut absolument voir. Dans ce cas, pas de soucis ! Vous pouvez trouver un autre bénévole pour vous remplacer. Si vous ne trouvez pas, les responsables sont humains et compréhensifs : ils vous laisseront aller profiter de votre concert !

Le souci dans beaucoup de festivals est qu'un bon nombre de bénévoles ne se présente pas à leur poste et profite de leur place gratuite. Personnellement, je fais du bénévolat pour permettre aux actions culturelles de perdurer. Sans bénévole, ces évènements ne seraient pas ce qu'ils sont aujourd'hui. Ils n'existeraient peut-être même pas. Il faut comprendre que beaucoup de festivals fonctionnent grâce à eux, dont notamment le festival Art Sonic qui salarie qu'une seule personne, le chargé de communication. Même si cette information s'avère extrême, car ce festival est celui qui, en France, salarie le moins de personnes, elle met en avant l'importance du bénévolat dans ce genre d'évènement. Voici donc mon message à tous ceux qui me disent " le bénévolat, c'est de l'esclavagisme! " : chut ! Sans ça, vous ne pourriez pas déposer vos tentes le temps d'un week-end pour aller vous déhancher sur les lives de Petit Biscuit ou des Red Hot !

Pour ma part, j'ai atterri au poste " accueil VIP ", un poste assez étrange et nouveau qui consistait à être l'assistante du chargé des partenariats du festival. Les clients pensaient que j'étais en stage : c'était très drôle. Et c'était une très bonne expérience professionnelle pour découvrir l'envers du décor. Puis, j'ai eu la chance de pouvoir m'éclipser le temps des concerts qui m'intéressaient !

Après ce "petit" débrief bénévolat, je me dois quand même de vous parler des concerts ! Une dix-neuvième édition marquée par un line-up mettant à l'honneur les Djettes en vogue : DJ AZF, Amelia Lens, Paula Temple, Helena Hauff, Elisa Do Brasil, Monika Kruze, Maud Geffray et Ann Clue !

Vendredi, j'attendais avec impatience Pan-Pot qui clôturait cette première soirée. Ce duo berlinois a créé le label Second State qui aujourd'hui signe de grands noms de la scène techno, à nommer Amelie Lens, notamment présente en première partie de soirée. Celle-ci a rameuté un grand nombre de fans. Même si, selon elle, il y a eu quelques défauts techniques lors de son set, elle a plus que ravi son public.

J'ai manqué Paula Temple, Manu Le Malin à la scène hardcore, je pensais que Radical Redemption, programmé à la fin de la soirée, allait me consoler, mais j'ai trouvé son set trop saturé par des montées et des descentes : j'étais coupée dans ma danse, coupée dans mon délire ! Un peu déçue par la scène hardcore de cette année. Le festival avait mis la barre très haute l'an dernier avec Angerfist, représentant de la frenchcore !

Pour le samedi soir, c'est Lorenzo qui a encouragé le public à venir au plus tôt pour mettre le feu au dance floor. Lolo a oublié les paroles tellement il était " foncedé ", mais heureusement que ses fans étaient là, à connaître par cœur les refrains ! J'ai découvert par la suite l'artiste Barnt sous sa techno industrielle bien portée par des mélodies métalliques et une onde soutenue jusqu'à la limite du rêve. Un vrai coup de cœur.

Pour finir, j'avais très envie de voir la talentueuse Helena Hauff qui nous sert une techno raffinée aux sonorités bien dark. Mais son DJ set s'est basé sur une techno plus commune à mon sens, pour plaire à la majorité des festivaliers caennais. Un brin de déception.

Enfin, le Nordik Impakt sera de retour fin octobre 2018 pour sa vingtième édition. Toutes les informations seront disponibles sur le site du festival : nordik.org. Épisode à suivre 😉

Vous avez déjà été bénévole à un festival ? Partagez votre expérience dans les commentaires !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Captain_h0wdy 7645 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte