Magazine Culture

Le Destin expliqué aux petits malins

Publié le 06 novembre 2017 par Le Journal De Personne

Destin ! Destin !

Y a-t-il quelqu'un pour me faire un dessin, afin que je puisse lui mettre la main dessus?

Un croquis pour le croquer... une analyse pour ne pas me faire ridiculiser...

Afin que je sache enfin quelle fin on poursuit. Ce qui m'attend... et ce qui va m'atteindre.

Comment expliquer le destin à tous les crétins qui sont persuadés qu'ils n'y sont pour rien... qu'ils ne sont que des victimes expiatoires du Malin ?

Comme si on leur avait jeté un sort. Comme si on pouvait échapper à la mort.

"Mors certa, hora incerta"... la mort est assurée, c'est juste l'heure qui n'est pas indiquée... toute la question est de savoir si elle est fixée d'avance ou pas.

Tu vas à la messe pour prier Dieu et tu tombes sur un fou de Dieu... tu vas à Las Vegas pour claquer ton fric et un tueur de masse te tombe dessus... tu files à l'anglaise à Nice et tu vois défiler le seul déglingué de Tunis...

Funeste destin, destin de Funes. On en rit pour ne pas pourrir.

C'est parfois comique, le tragique.

Le crétin s'interroge : pourquoi moi?

Qu'est-ce que c'est que cette vie à la noix?

Il oublie que tout est destiné à disparaître comme dirait un humoriste cynique.

Entendons-nous d'abord sur les mots qui sont à l'origine de tous les maux.

Il faut impérativement commencer par distinguer le bon grain du mauvais...

Trois mots : destin, destinée, prédestination.

Le destin : indique le cours de l'existence mais naturalisé ou d'une manière naturelle. Là il s'agit de la planète.

La destinée : indique le cours de l'existence mais personnalisé ou d'une manière personnelle. Là, il s'agit de ma tête.

La prédestination : indique le cours de l'existence mais divinisé ou d'une manière surnaturelle. Là, il s'agit d'une devinette.

Il ne faut pas se tromper de dossier, ni de casier pour avoir droit à une explication sensée.

Mais quoi qu'on en dise, le destin est assimilé dans les trois cas de figures à une PUISSANCE MYSTÉRIEUSE.

Qu'elle soit naturelle ou surnaturelle... ontologique ou théologique... nous nous sentons assujettis à une cause qui nous dépasse, à un verbe être qui nous embrasse ou nous embrase.

Quelque que soit le vocable, on dirait que le cours des événements est fixé d'une manière irrévocable. Inexorable enchainement des faits qu'on a tout fait pour éviter... on se dit Merde ! C'est loupé !

Dans sa petite virée, dans les bras de sa maitresse, le crétin tombe nez à nez sur sa femme... il prend un raccourci pour aller plus vite mais perd la vie dans un accident de la route... il se rend au Bataclan mais ne s'en sort pas vivant.

Fatum... pim.pam.poum, c'est la fatalité qui fait boum !

Le crétin se dit que rien n'y fait : il n'y a rien à faire. Il se croise les bras quand il n'est pas pris comme un rat.

La question qui fâche tous les lâches que nous sommes c'est de savoir si oui ou non le cours des événements est déterminé d'avance ?

Tous les crétins dont nous faisons partie ne disposent pas de la réponse. Ils sont dans l'ignorance.

Qui est derrière ? La nature, l'âme ou Dieu ?

C'est physique, psychologique ou théologique ?

Phusei ou psuchei ?

Dieu seul le sait répond le crétin pour dire qu'il ne sait pas.

Là... je suis devant la toile mais je ne vois pas où est l'araignée ?

Mais pour ne pas m'inquiéter outre-mesure et continuer d'exister, je me dis que je suis là pour la tisser. Je refuse de prendre la nécessité pour une fatalité.

1+1 feront toujours deux sauf quand on ne sait pas compter...

Exister c'est devancer même ce qui est tracé d'avance.

Et quand on n'y arrive pas, on cesse d'exister.

Ni déterminisme historique... Ni déterminisme biblique...

Nous sommes LIBRES de concevoir ou de décevoir notre DESTIN.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Le Journal De Personne 76473 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte