Magazine Culture

Black Rebel Motorcycle Club – Live à Lille

Publié le 13 novembre 2017 par Touteouie @Toute_Ouie

Black Rebel Motorcycle Club - Live à Lille

On s'est échappé le temps d'un week-end pour une virée concerts de haute volée. Et ça commence par les Black Rebel Motorcycle Club au Splendid de Lille. Oui, on ne compte pas les kilomètres quand on aime. Et on a bien fait. La dernière fois qu'on est allé à Lille, ça remonte à 12 ans et c'était aussi pour un concert au Splendid. Alors quand les BRMC ont été annoncés et vu qu'ils ne passaient pas par Lyon, on s'est dit : let's go baby !

C'est les américains de The Vacant Lots qui sont chargés de faire monter la température dans le Splendid. Ce duo psyché-rock fait d'ailleurs un chouette boulot et ça nous donne envie de creuser davantage leur discographie saturée et perchée à souhait. En même temps, c'est un peu un de nos styles musicaux de prédilection...

Black Rebel Motorcycle Club – Live à Lille

BRMC - Sueur, authenticité et sincérité

La dernière fois qu'on a vu BRMC sur scène, c'était au Radiant, il y a plus de 3 ans (on est plus proche des 4 ans d'ailleurs). Et ce concert avait laissé une trace indélébile sur notre cœur. Nos retrouvailles avec ce trio tout de cuir vêtu vont être largement à la hauteur, voire mieux encore que ce qu'on avait gardé en souvenirs. Dès les premiers accords de Little thing gone wild, on comprend vite que le public a déjà adopté ce nouveau morceau et que ça va être la folie pendant toute la soirée. Et ce n'est pas le reste de la setlist qui va calmer les ardeurs du public. Let the Day Begin commence à peine que c'est la folie. Les pogos s'étendent dans toute la fosse ou presque en seulement quelques minutes. Robert Levon Been lancera même un " wow " en début de morceau, comme étonné par l'accueil.

Beat the devil's tattoo prend le relais. On est toujours à fond et l'arrivée de Ain't no easy way fait encore monter la température de quelques degrés. Mais pourquoi on a gardé notre pull ? Notre amour de Berlin, morceau issu de Baby 81, aura raison du fameux pull, si on veut survivre à la soirée, qui après 6 morceaux survoltés, est déjà bien lancée et ne semble pas s'arrêter de si peu. Le groupe est lui aussi à fond, comme toujours. Leah Shapiro, métronome humain derrière sa batterie, semble impassible, comme un terminator précis et sans bavure. Robert Levon Been nous menace de sa basse dès qu'il en a l'occasion et les regards de Peter Hayes nous transpercent en un instant. Et si tu rajoutes à ça les sourires et les quelques échanges avec le public avec la simplicité qui caractérise si bien le groupe, tu as le combo gagnant.

A la moitié du set, Been reste seul sur scène. Il s'assoie avec une guitare et lance un Sympathetic Noose à faire hérisser les poils sur les bras. Il passe le relais à Hayes qui est à son tour seul devant le public du Splendid. Et voilà qu'il se met à chanter Devil's Waitin, un de nos morceaux préférés qu'on ne pensait pas entendre ce soir-là. On est aux anges et ça va être difficile de redescendre de ce fichu nuage maintenant.

Mais pas le temps de réaliser ce qui vient de se passer que le trio se reconstitue et relance les hostilités. 666 Conducer (yes, un autre morceau de Baby 81), Red Eyes and Tears, Six Barrel Shotgun en mode accéléré mais bizarrement plus long, Spread your love... On ne prend pas le temps de respirer. Et c'est pas l'arrivée de Whatever Happened to my Rock n'Roll (Punk Song) qui va arranger les choses. Been ne résiste pas à s'approcher de la barrière, avant de terminer la chanson et de quitter la scène pour le rappel, au bout de 2h de show, quand même.

A leur retour, Been nous confie qu'ils ne devaient jouer qu'une chanson mais que Leah veut en faire d'autres. ça tombe bien, on en veut plus, nous aussi. Et c'est reparti avec In Like the Rose qu'ils n'ont pas joué pendant un moment semble-t-il, et un nouveau morceau. Puis, c'est fini. Le groupe salue chaleureusement le public et s'en va. Parait-il qu'on leur a dit d'arrêter de jouer (sans doute à cause des transports en commun).

BRMC aura joué bien 2h15 et si on ne les avait pas arrêté, ça aurait pu durer plus longtemps. Peut-être même qu'on aurait eu American X... Au final, on a eu droit à de grands classiques, à des morceaux qu'on attendaient pas, et des nouveaux titres qui annoncent d'ores et déjà que Wrong Creatures, dont la sortie est prévu en janvier prochain, promet de belles pépites. Mais surtout, on aura eu droit à un groupe sincère, entier, content d'être là qui semblait bluffé par l'accueil. C'est vrai que Lille, tu as géré !

Bon maintenant, BRMC, on vous attend à Lyon, hein !

Merci à Camille Cinnamon pour sa jolie photo.

****

Setlist

Little Thing Gone Wild
Let the Day Begin
Beat the Devil's Tattoo
Ain't No Easy Way
King of Bones
Berlin
Conscience Killer
Haunt
Question of Faith
Love Burns
White Palms
Stop
Carried From the Start
Sympathetic Noose (Robert solo)
Devil's Waitin' (Peter solo)
Shuffle Your Feet
666 Conducer
Red Eyes and Tears
Bandung Hum
Six Barrel Shotgun
Spread Your Love
Whatever Happened to My Rock 'n' Roll (Punk Song)

Rappel
In Like the Rose
Ninth Configuration


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Touteouie 3810 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines