Magazine Culture

Music’Halle, jeune femme de 30 ans

Publié le 14 novembre 2017 par Souillacenjazz
Concert anniversaire, salle Nougaro, Toulouse, vendredi 10 novembre
Music’Halle, jeune femme de 30 ansJe dis : encore ! je dis : merci…, encore, merci…Par ce refrain le chanteur et le slameur ont scandé ce que nous, spectateurs, avions envie de dire : encore de la musique et de la fête, encore, et merci aux musiciens et musiciennes qui nous donnaient cette musique et cette fête, merci. Sans doute, pour ceux qui étaient sur scène, l’adresse était aussi envers Music’Halle, lieu de transmission unique qui a 30 ans cette année, et envers son directeur Philippe Metz et toute une équipe qui donnent son envergure et sa force à cette école des musiques vivaces. Sur la scène de la salle Nougaro, un grand orchestre, un très grand orchestre puisque j’ai compté à côté des 2 accordéonistes, 4 violonistes, 2 violoncellistes, 6 saxophonistes, 2 trombonistes, 2 trompettistes, 1 flûtiste, 1 contrebassiste, 1 bassiste, 2 guitaristes, 2 pianistes, 2 batteurs, 1 percussionniste, 1 vibraphoniste, 6 chanteurs dont 1 beat-boxer, 1 slameur, 1 autre beat-boxer et 1 poète. Total : 37. Pour mener cette foule dans des voyages enjoués, Marc Démereau, Christian Ton Ton Salut, David Haudrechy, David Pautric, Cyril Amourette et Denis Badault ont pris, chacun son tour, la baguette directionnelle, les coups d’œil complices et ont insufflé leur vitalité communicative. Tout ceci lié par les frasques verbales d’Éric Lareine, apparu en début de soirée en frère siamois de Philippe Metz auquel il aurait ravi la parole. De la fête de village aux ritournelles entraînantes et aux clameurs exubérantes, le témoin est passé à une puissante déferlante, flots emportant avec eux saxophones et trompettes, violons et percussions, répercutés en vagues vocales, qui successivement ont déposé leurs chants. Le chanteur-poète apparaissait entre les morceaux, déposant délicatement sur l’événement en gestation ses propos de funambule, sons-sens à peine décalés, à l’aube de la musique à naître.Les voix ont été à la fête dans une reprise de l’ultra-célèbre Ô Toulouse, dans les flonflons des violons qui ont laissé le pas à un rock de guitare-héros puis qui ont débordé dans un jazz passionné. Moment inoubliable que les passes de balles des deux beat-boxers au-dessus de la tête d’un Eric Lareine imperturbable. Sans balle bien sûr ou plutôt en balles-sons. Décidément tout est son et m’oblige à des néologismes.Tout est son et tout est fête, en l’honneur de cette jeune femme de 30 ans, Music’halle, et les musiciens-musiciennes s’amusent ; parfois, subrepticement, on les sent farceurs, toujours joueurs. Je dis : encore ! au duo voix-violon, je veux prêter l’oreille aux sons venus d’ailleurs mais venus du corps ; je dis : encore ! aux délires endiablés ; je veux bouger aux rythmes de musiques pleines des espaces saturés de joie. Chanter et divaguer, jouer avec, jouer entre, transmettre. Je trouve bien conventionnel de fêter ses 30 ans. J’encourage Music’Halle à fêter ses 31 ans. Ce serait plus fun non ? de créer encore des événements aussi fous, aussi forts, aussi musique.
Marie-Françoise

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Souillacenjazz 609 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines