Magazine Cinéma

[Critique série] VICE PRINCIPALS – Saison 2

Par Onrembobine @OnRembobinefr
[Critique série] VICE PRINCIPALS – Saison 2

Partager la publication "[Critique série] VICE PRINCIPALS – Saison 2"

Titre original : Vice Principals

Note: ★★★★★
Origine : États-Unis
Créateurs : Jody Hill, Danny McBride
Réalisateur : David Gordon Green
Distribution : Danny McBride, Walton Goggins, Georgia King, Dale Dickey, Busy Philipps, Shea Whigham, Maya G. Love, Susan Park, Conner McVicker, Sheaun McKinney…
Genre : Comédie
Diffusion en France : OCS
Nombre d’épisodes : 9

Le Pitch :
Convalescent après qu’un mystérieux individu ait tenté de le tuer sur le parking du lycée, le vice principal Neil Gamby se prépare à reprendre du service. Son objectif : retrouver à tout prix son agresseur. À son retour, il découvre que Lee Russell, son collègue qui entre temps, est devenu proviseur, a totalement remodelé l’établissement à son image. Ce qui ne va pas sans entraîner quelques problèmes avec les autres professeurs…

La Critique de la saison 2 de Vice Principals :

Ayant annoncé que la saison 2 serait la dernière, Jody Hill et Danny McBride, les créateurs de Vice Principals, ont logiquement souhaité faire de ce nouvel acte l’accomplissement de tous les enjeux de l’histoire mais conclure également de manière à ce qu’au final, les deux saisons du show forment un tout homogène. Et effectivement, à la fin, quand le dernier épisode se termine, il est évident que Vice Principals peut, et même doit, s’entrevoir telle une véritable anthologie. Anthologie qui aura brillé jusqu’au bout par une pertinence de tous les instants, une vraie audace et une tendresse certaine, devenant à n’en pas douter l’une des meilleures choses produites par HBO depuis le début de son histoire. Dans sa catégorie, la comédie donc, mais pas seulement…

Vice-Principals2-McBride

Deuxième trimestre

Vice Principals renouvelle ici le contrat d’exigence passé avec le public dès le premier épisode de la saison 1. On est donc rapidement à nouveau dans le bain. On renoue avec les personnages, avec toujours au premier plan le génial Walton Goggins dans la peau d’un homme complètement en roue libre, désormais proviseur et aussi et surtout avec l’excellent Danny McBride, le vrai héros de la série. Si le show est aussi réussi, c’est bien sûr en grande partie grâce à lui. Car il l’a créé, avec Jody Hill, mais aussi parce qu’il en a chapeauté tous les aspects, en plus de camper le personnage central du récit, soit un homme compliqué, rempli d’une colère qui ne demande qu’à sortir, coincé entre cette même agressivité et un vrai désir d’apaisement. Un type attachant et furieusement drôle qui donne le La, en compagnie des autres intervenants, Goggins en premier lieu bien sûr, mais pas seulement. Danny McBride dont l’une des nouvelles idées de génie fut de se rapprocher de son ami le cinéaste David Gordon Green, qui réalise ici les 9 épisodes de la saison. Une chance indéniable pour le show vu que Green est tout de même l’un des réalisateurs les plus stimulants de son époque (il est d’ailleurs en charge, avec McBride, du nouveau Halloween). Green qui adopte les codes de Vice Principals sans les dénaturer, particulièrement à son aise, mais qui en profite aussi pour s’approprier les choses, au point de vraiment pousser du côté de cet humour un peu pince-sans-rire et surtout de cette émotion sous-jacente, qui parfois explose pour ensuite revenir au second plan, jamais bien loin derrière les gags.

Vice-Principals-saison-2

Mention très bien

Parfaitement agencé, ce second acte fait donc la part belle à des sentiments déjà présents dans la saison 1, mais de manière plus affirmée. On est par exemple régulièrement pris à revers par l’émotion, totalement assumée, et par la propension du script et de la réalisation à s’arranger pour organiser une fusion que d’autres se seraient dépêchés de noyer dans des clichés encombrants. Pas de ça ici. Vice Principals persiste et signe et se montre donc aussi drôle que mesurée. Tous les comédiens sont à proprement parler excellents, la musique, tout droit sortie des années 80 avec de savants synthés, est toujours aussi parfaite et la tonalité, changeante, mais jamais trop non plus, confère un côté insaisissable et complètement original à l’ensemble. Ce dont peu de shows dits comiques peuvent finalement se vanter.
Mention aux deux derniers épisodes, vraiment incroyables, qui clôturent avec intelligence et une once bienvenue de radicalité l’histoire de ces deux principals-adjoints particuliers sur bien des points.

En Bref…
Remarquable sur tous les plans, la saison 2 de Vice Principals parvient même à légèrement surpasser la première tant l’émotion plus affirmée et cette faculté à mixer les rires avec une dramaturgie soulignée fait ici office de véritable et non négligeable valeur ajoutée. Un modèle du genre. Une réussite totale.

@ Gilles Rolland

Vice-Principals2-Goggins-McBride


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Onrembobine 53826 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines