Magazine Cinéma

Une Manchester française ?

Par Jcfvc
Une Manchester française ? Une Manchester française ? Une Manchester française ?

1ère et 4ème de couverture + photo de la ville au 19ème siècle

Mais oui, ma ville natale fut parfois surnommée "La Manchester française" en raison du développement industriel fulgurant qu'elle connut au 19ème siècle et au début du 20ème. Depuis les choses ont bien changé certes, et c'est cette nostalgie d'une gloire passée, ressentie par tous ceux qui ont vécu dans une ville semblable, ayant connu un déclin significatif depuis, que j'essaie d'exprimer à travers ce recueil de récits, chroniques et contes de la vie de province tels que les relate un narrateur né dans une "Dirty old town" à la française.
Le titre de cette chanson anglaise, reprise par de nombreux groupes issus de cités semblables touchées de plein fouet par la politique libérale de Margaret Thatcher, est d'ailleurs celui du chapitre ouvrant le recueil. Le livre lui-même aurait pu porter ce nom, tant le narrateur met de tendresse ironique dans la comparaison qu'il fait entre l'endroit où il vit le jour et ce que disent les paroles de la chanson . Ces dernières furent comprises au premier degré et valurent au groupe quelques ennuis avec les habitants de Salford, la ville en question, qui mirent plusieurs années avant de comprendre enfin que la chanson, devenue tube mondial entre temps, était en fait à comprendre comme un hymne célébrant toutes les "vieilles villes sales" du monde dans lesquelles des générations de populations prolétaires ont néanmoins vécu des heures qu'ils considèrent aujourd'hui comme dignes d'être célébrées, en reprenant en choeur le célèbre refrain : "Dirty old town, dirty old town". On peut supposer que les foules en liesse qui chantaient ces quelques mots comme un slogan, les reprenaient fièrement à leur compte, en les assumant, comme pour les dépouiller d'une signification faussement négative. Ce faisant, ils se moquaient eux-mêmes des quolibets méprisants sur certaines villes de province tels que l'on peut les entendre dans la bouche d'habitants de la capitale ou de métropoles plus favorisées que ces anciens vestiges d'une gloire industrielle passée. C'est un peu ce que j'ai voulu faire en écrivant ces textes. C'est de cette manière, en tout cas, que j'ai conçu le premier chapitre du livre et ceux qui suivent, ceci malgré la distance ironique que je mets entre l'auteur d'une part, le narrateur et les personnages de ces histoires d'autre part. Puisse le message ne pas être mal interprété. C'est le sens de ce commentaire...
https://www.google.fr/search...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jcfvc 316 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines