Magazine Culture

(Notes sur la création) Bernard Noël, "du jour au lendemain"

Par Florence Trocmé

[Alain Veinstein] L'écriture serait une "articulation" de la vie, j'emploie volontairement ce mot parce que c'est un des maîtres-mots de votre livre Le Syndrome de Gramsci mais pas seulement, on le retrouve aussi dans La Castration mentale.

Noël Bernard  portrait[Bernard Noël] Je ne sais pas comment reprendre ce mot parce qu'il y a de l'articulation partout et en même temps ça ne s'articule qu'en effaçant l'articulation, si je puis dire. Ce n'est pas paradoxal. Un des problèmes pour parler de cette chose très intime devant laquelle, je dois dire, je recule, c'est que le langage a besoin de se doubler lui-même : on parle de... de... Il y a toujours un double "de", un double complément de nom qui finit par brouiller l'entendement. Tout à coup, je me demande si écrire ce n’est pas faire circuler entre l’obscur et le clair un entendement qui rebondit de l’un à l’autre, qui essaie de rapprocher ces deux pôles contradictoires et qui ne les rapproche que très passagèrement, le temps parfois d'une phrase. C'est peut-être aussi l'une des choses que l'écriture voudrait être... être le lieu où la contradiction serait résolue entre cette obscurité et cette lumière — serait résolue mais de l'intérieur, sans spectacle.

Bernard Noël, du jour au lendemain, entretiens avec Alain Veinstein, éditions de l’Amourier /INA, 2017, 348 p., 23€, p.100.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 14972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines