Magazine Culture

Eric Séva " Body and Blues " chauffe le Studio de l'Ermitage

Publié le 02 décembre 2017 par Assurbanipal
Studio de l'Ermitage

Paris. Mardi 28 novembre 2017. 20h30.

Eric Séva: saxophones baryton, soprano et sopranino

Christophe Cravero: piano, clavier, violon alto

Christophe Wallemm: contrebasse, guitare basse électrique

Manu Galvin: guitare basse électrique

Stéphane Huchard: batterie

Harrison Kennedy: banjo, harmonica, chant

Michael Robinson: chant

Concert de sortie de l'album " Body and Blues ".

Solo de baryton pour commencer. Les cymbales et la guitare vibrent ensemble. Basse électrique. Ca démarre comme un voyage entre Orient et Occident. Marche des éléphants d'Hannibal jouée par le baryton et la rythmique. Formé à l'école des bals populaires, Eric Séva est clairement un artiste de scène. C'est là qu'il faut aller l'écouter.

Batteur aux baguettes. Toujours basse et baryton. Un morceau plus rapide qui balance bien. Un twist sophistiqué et efficace. Un peu de pédale wah wah sur un saw baryton, c'est étonnant. Ca assure.

Eric Séva explique sa démarche. Il ne s'agit pas d'un disque de Blues mais d'une conversation avec le Blues, la première musique qu'il a écouté, en fait. " A gogo ", morceau d'influence Nouvelle-Orléans. Ca s'entend dans le rythme saccadé. Contrebasse. Ca danse, sautille comme un air de fanfare. Dialogue clavier électrique & sax baryton avec pédale wah wah. Bon groove.

Premier invité, Harrison Kennedy, Bluesman canadien pour sa composition " No Monopoly on Earth ". Harrison Kennedy joua avec Marvin Gaye chez Motown dans les 70's. Avec l'âge, il est revenu à sa musique d'origine, le Blues. Avec banjo et harmonica. Sax soprano. Blues politique qui sonne comme un Spiritual. Solo de soprano qui nous vrille puissamment porté par la rythmique qui martèle ferme.

" Jolie Marie Angélique " une chanson d'Harrison Kennedy dédiée à une esclave portugaise brûlée vive à Montréal, Québec, Canada, en 1734. Chanson élégante et touchante.

Harrison Kennedy quitte la scène. Retour du sax baryton. Contrebasse. Un flux chaud et puissant nous emporte. Premier solo de contrebasse bien porté par le batteur à mains nues sur ses tambours. Sax sopranino au petit son plaintif. C'était " Body and Blues " titre album.

" Train clandestin " dédié à tous ceux qui veulent aller vers un avenir meilleur. C'est bien le rythe du train à vapeur avec sa chaudière, ses à-coups au démarrage. La machine se lance, accélère, crache la vapeur. Belle ballade en plaine du Sud vers le Nord. Sax soprano pour alléger la pression maintenant que le train est lancé. La guitare et la batterie viennent ajouter des accents funky. Tout s'arrête pour un solo de batterie en finesse aux baguettes sur les cymbales et les bords de caisse. Ca tintinnabule. Le sax baryton relance le débat. Bel envoi final groupé.

Une ballade pour calmer le jeu. Batteur aux baguettes. Ca s'agite avec le solo de guitare puis de soprano, devient plus Spiritual.

Reprise d'un poème de Claude Nougaro avec l'accord de sa veuve et de sa fille, présentes dans la salle. " Ici " devient " Blues diaphane " que vient chanter Michael Robinson. Sax soprano. Un texte en français sur le pays cathare chanté par un Américain d'ascendance africaine. C'est charmant mais je ne comprends rien aux paroles.

Michael Harrison quitte la scène. " Red Hat ". Sax baryton. Basse. Clavier. Un morceau énergique. Le batteur sonne la charge aux baguettes. Bon solo de guitare bluesy poussé par la basse et la batterie.

RAPPEL

" Le village d'Abayo ", un morceau dédié à sa fille par Eric Séva. Christophe Cravéro prend son violon alto. Manu Galvin une guitare électro acoustique. Eric Séva est au soprano. Ni basse ni batterie. Une ballade paisible pleine de l'amour d'un père pour sa fille.

Tout le monde sur scène y compris les invités Michael Robinson et Harrison Kennedy. " If You go " basée sur " A gogo " une composition de l'album. Un air bien funky. Contrebasse. Piano. Sax baryton. Un dernier coup de chaud avant de sortir dans la fraîcheur du soir, ça fait du bien.

Lectrices programmatrices, lecteurs organisateurs, pour votre festival de musique en plein air cet été, invitez Eric Séva et son groupe " Body and Blues ". Ils feront danser les enfants de 7 à 77 ans. Même s'ils sont plus jeunes ou plus vieux, même en salle, même en hiver.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Assurbanipal 3096 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines