Magazine Culture

[Critique] Le Crime de l’Orient Express : Hercule Poireaute

Publié le 09 décembre 2017 par Linfotoutcourt

Le Crime de l'Orient Express tend à moderniser ce bon vieux Hercule Poirot sous la houlette et la moustache d'un Kenneth Branagh (trop ?) investi.

Jouer la différence. Du roman d'Agatha Christie, le réalisateur garde tout ou presque, faisait parler par la même occasion son talent pour la mise en scène, jouant habilement avec les contraintes du huis clos pour donner du rythme à son film. Il ne change finalement qu'une chose : son héros. Dès l'introduction, on comprend que son détective sera plus espiègle, plus imprévisible, lui offrant un coup de jeune salvateur. L'accent est ici mis davantage sur la personnalité de Poirot modifiant ainsi l'intérêt de l'affaire qui ne réside plus dans sa résolution, mais dans l'évolution qu'elle opère chez l'enquêteur.

Nombriliste. Sauf que dans cette volonté de mettre le personnage sur le devant de la scène, Branagh en oublie tout le reste. Il s'accapare toutes les scènes, ne laissant pas au reste de son (excellent) casting le temps d'exister. Entre gros plans systématiques et longs monologues nostalgiques, le cinéaste n'a de yeux que pour lui-même. De quoi agacer lorsque plusieurs clés de l'énigme nous sont dissimulées... sauf à lui. C'est son enquête, pas la nôtre. C'est son film, pas le nôtre.

Le Crime de l'Orient Express sort le 13 décembre 2017

L'article est terminé ...

(Visited 11 times, 11 visits today)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Linfotoutcourt 85340 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine