Magazine Culture

Traquer

Publié le 11 décembre 2017 par Hunterjones
Traquer La ligne est devenue extraordinairement fine entre la persévérance et le harcèlement.
Dans ma conception de l'être humain de votre planète, le harcèlement a toujours été un crime. Comme le cancer, une maladie. Parfois bénin, parfois malin.
Traquer Mon propre historique de harcèlement se limite à 1985. Où étais-ce 1984? Peu importe. Je fréquente l'école secondaire et pour la deuxième année de sa vie seulement, l'institut scolaire accueille des filles dans ses classes. Le réflexe parental  d'y inscrire sa fille de 12-13-14 ans est donc assez nul encore. Sur 5 classes, chacune ne contient que 4 filles. Une seule en compte 5. On l'appelle la classe chanceuse parce que trois de ses 5 filles sont particulièrement jolies. Nous sommes dans un bain de testostérone, la puberté nous habite de partout, mêmes les filles les plus ordinaires, on finit par leur trouver quelque chose.
Traquer
Dans la classe de 5 filles, il y a Elsa. Unanimement, elle est élue par tous comme la plus jolie des filles. Sans rivales. Dans cette école, à l'ère pré-Facebook, on a un album tous les ans. Un répertoire avec photos, identifiant tous les élèves de tous les grades, mais qui indique aussi les adresses et # de téléphone de tous et chacun. C'était mal songé. On attendait impatiemment cet album et lorsqu'il arrivait, un mois plus tard, en automne, on le scrutait, les filles mettant un coeur aux côtés des gars qu'elles trouvaient intéressant (elles avaient de nombreux choix), les gars, tentant de mettre un nom sur un visage et surtout, ayant maintenant les armes pour tenter une approche: des coordonnées pou rejoindre la fille intéressante.
Traquer Je n'avais pas osé le téléphone. Je remarquais que la belle Elsa habitait tout près de chez moi. Sur la rue St-Amable. En ligne droite avec le Grand Théâtre, à Québec. J'avais tout simplement pris mon vélo, un samedi après-midi et m'était rendu sur place. Pas à sa porte (C'était un édifice à logement). Sous sa fenêtre. Pas pour jouer au Roméo. Plutôt pour tenter de provoquer un moment "spontané".
Pathétique.
Traquer Mais ça avait marché. Après avoir fait quatre ou cinq fois la même rue en vélo, en espérant que sa tête sorte par la fenêtre (elle habitait le dernier étage du bloc), elle était apparue dans l'embrasure, un grand cadre pouvant accueillir tout son corps de 5 pieds. Elle s'y étais assise. Sa couette blonde lui tombant sur le coin d'un oeil. Belle comme c'est interdit dans le rayon de soleil de fin d'après-midi. Je l'avais tout à fait vue. Elle aussi, me voyait tout d'un coup. Et sans hésiter, elle me disait, sur mon vélo de Jacques Tati, "Hey". Je feignais la surprise pour lui dire "salut". Sans m'arrêter au pied de sa fenêtre. Sabotant ma propre mise-en-scène bidon. Roulant dans le vide pour toujours.
Traquer
C'est tout ce qu'on échangera jamais entre Elsa et moi. Un "Hey" suivi d'un "salut", sans aucun suivi à l'école. Je quitterais cette école un an plus tard de toute manière. C'est mon histoire de harcèlement.
Bénin.
On appellerait cela de nos jours "stalker". Pourchasser. Harceler. Mes ados utilisent souvent la version anglo "stalker" (staw-ké). Traquer. Ils en parlent avec légèreté entre ami(e)s. Dans leur bouche c'est aussi bénin.
Et pourtant...
Traquer
Quand l'internet est né, quand Facebook est né, se sont ouvert des paradis pour les harceleurs. Rien de plus facile que googler en images quelqu'un. Je le fais occasionnellement pour des gens que j'entends à la radio. Isabelle Ménard? il me semble que je connais ça: google image, ah oui! c'est bien elle que j'avais en tête. Françis Ducharme? pas mal comme comédien à la radio, c'est qui donc? je le connais?: Google image, ah ben non, je ne savais pas c'était qui. Maintenant je lui connais la bouille.
Traquer
On s'étonne du nombre de harceleurs coincés de nos jours, mais ils n'avaient pas besoin d'attendre un bottin scolaire pour y faire du repérage. On avait bâti la route, offert les outils.
Mais le harcèlement peut aussi être psychologique.
Traquer
Chaque matin, , au moins 5 fois par semaine, à la radio, dans une atmosphère bon enfant, Vincent Gratton rigole autour de son tweet quotidien qui est toujours le même, envoyé à Justin Trudeau qui dit ceci:
"Monsieur Trudeau, vous engagez vous à mettre en place des règles pour stopper la fuite des capitaux canadiens vers les paradis fiscaux?".
Traquer La cause est noble, légitime, vraie, il est nécessaire de stopper les paradis fiscaux, mais c'est aussi demander aux renards de ne plus être renards. Ça ne se fera pas de sitôt. Et le moyen qu'utilise Vincent est celui du harceleur.
Bénin, mais harceleur tout de même.
Traquer
Et comme pour nous rappeler le moteur mental de Gratton, dans le jingle qui l'annonce en ondes on l'entend dire "Pour moi c'est une OB-SES-SION!"
Chaque fois je ne peux complètement rire.
J'y vois ombre. Inconfort.
Il y a un drôle de corridor en tout cas.
Et presqu'aussi malsain qu'un paradis fiscal.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Hunterjones 432 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines