Magazine

Il pleut des cordes, on aurait presque envie de se pendre...

Publié le 12 décembre 2017 par Paulo Lobo
Il pleut des cordes, on aurait presque envie de se pendre...Il pleut des cordes, on aurait presque envie de se pendre.
Il fait sombre et je me demande pourquoi les gens s'habillent de noir. C'est à peine si on les distingue quand ils traversent la rue.
Veulent-ils donc qu'on les confonde avec les corbeaux?
Je pense qu'ils veulent rester discrets, car plus tu te fais remarquer, plus tu as de chances de te faire taper dessus.
Tu ne trouves pas que l'existence passe au-dessus d'eux comme une énorme vague déferlante qui les engloutit ?
Je pense qu'ils ont d'autres moyens de se faire valoir. Un compte en banque bien fourni, par exemple.
Ils peuvent entrer dans tous les magasins qu'ils veulent et acheter des marchandises.
Est-ce que ça les rend plus heureux ?
Certainement, ils ressentent la jouissance du consommateur - un bonheur fugace, qui s'évanouit très rapidement, mais un bonheur quand même.
Ne te fais pas d'illusions : tous les bonheurs ont une fin, qu'ils soient superficiels ou profonds.
J'ai toujours aimé les livres. Les lire, les toucher, les feuilleter, les lire, les garder, les ranger, les reprendre, les relire, les sentir, les écouter les interroger. La lecture d'un texte écrit avec esprit et intelligence me rend heureux.
C'est au coeur de l'hiver que l'on aime la lumière le plus intensément.
Je ne partirai jamais à l'autre bout de la planète. Parce que c'est trop tard et parce que les explorateurs ont tous des portables aujourd'hui.
Parfois il me vient des idées rétrécies, j'ai envie de les étirer mais mes forces sont faibles, je n'arrive plus à tirer sur l'élastique.
Je me demande qui sont ces filles qui défilent sur le fil de ma vie. Pourront-elles me donner du fil à retordre ? Arriveront-elles à filer à l'anglaise ? Leur port altier, leur regard de braise, que de frissons, que de vertiges...
Seul sur la route
j'ai la Soul à l'âme
le Blues du macadam
je file, je pars, je reste
rien ne saura m'arrêter, rien
je regrette je m'excuse
j'étais un idiot qui essayait de s'éclairer tout seul  

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Paulo Lobo 1390 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte