Magazine Culture

La Déclaration l’histoire d’Anna, Gemma Malley

Par Maliae

La Déclaration l’histoire d’Anna, Gemma MalleyRésumé : Angleterre, 2140. Les adultes peuvent choisir de ne plus mourir s’ils renoncent à faire des enfants. Anna vit depuis presque toujours au Foyer de Grange Hal un pensionnat pour les Surplus, des enfants qui n’auraient pas dû naître, des enfants dont les parents ont défié la loi en les mettant au monde. Anna n’a plus de parents désormais. Confinée dans l’enceinte du pensionnat, elle travaille très dur, pour effacer leur faute. Anna a tout oublié de son passé. Jusqu’au jour où arrive un jeune garçon qui semble la connaître. Mais qui est ce Peter? Pourquoi ne la laisse-t-il pas tranquille? Et pourquoi elle, Anna, se sent-elle soudain si troublée?

A travers l’incroyable histoire d’Anna, et au fil de son carnet, son seul confident, un roman bouleversant sur la vitalité de l’adolescence.

Avis : Anna est un Surplus et elle est persuadée que ses parents sont des égoïstes de l’avoir mise au monde. Elle est aussi persuadée de ne pas mériter de vivre, et a envie d’être Utile pour se faire pardonner d’être née. Elle fait froid dans le dos tant elle est endoctrinée, tant elle est persuadée d’avoir raison et ne fait pas attention au mal que cette situation provoque, elle ne voit pas l’injustice qu’elle subit. Et puis arrive Peter, qui va la remuer, la chambouler, lui faire voir d’autres possibilités.

Anna peut se montrer très énervante, elle a tellement subit un lavage de cerveau qu’elle a du mal à entendre ce qu’on lui dit, à se remettre en question, elle est persuadée de devenir mauvaise à écouter Peter, à cacher des secrets. C’est un personnage que j’ai eu du mal à aimer parce que j’avais surtout envie de la secouer, quand à côté, j’aimais l’énergie de Peter, sa rébellion, sa façon de pas se laisser écraser, de relever la tête coûte que coûte. Et d’appeler Anna « Anna Covey » avec insistance. Et puis Anna évolue et on s’attache à elle.

Le livre se lit très vite, l’histoire est très prenante, on sent toute l’injustice de ce système, comment les vieux ont décidé qu’ils étaient ceux qui avaient le droit de vivre, contrairement aux Surplus. L’hypocrisie qui se dégage de leur jugement. L’injustice du traitement des Surplus.
J’ai beaucoup aimé et j’ai enchaîné avec le tome 2 que j’ai déjà presque finis.

Publicités &b; &b;

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Maliae 1381 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines