Magazine Culture

Ma ptite interview avec Estelle Every qui nous parle de Fyctia et d'Endless Night

Par Ptiteaurel62 @TheLovelyTeach
Ma ptite interview avec Estelle Every qui nous parle de Fyctia et d'Endless NightBonjour Estelle , merci d'avoir accepté de répondre à ces quelques questions
Merci pour cette interview :-)
Pourriez vous vous présenter en quelques lignes?
Que dire de différent de la bio officielle ? J’essaye de donner des informations nouvelles mais au final, je reste la maman de deux petites filles, mariée, qui vit et travaille dans le sud de la France. J’ai 31 ans. Je suis épicurienne dans l’âme : je pars du principe que si je suis ici c’est pour vivre le maximum d’expériences. D’où mon saut de l’ange dans l’univers de la littérature érotique. Peu de choses m’effraient réellement et je suis d’un naturel plutôt extraverti. J’adore les emojis, les licornes, les coloriages (et non ce n’est pas réservé aux enfants), l’archéologie…
Comment avez vous eu l'idée de votre nom de plume?
Estelle est mon prénom. Every est une combinaison entre mon nom d’épouse et mon nom de jeune fille comme un mélange de passé et de présent.
Depuis combien de temps écrivez vous?
J'ai toujours adoré lire mais je n’écris que depuis six ans. Enfant, je passais tout mon temps libre plongée dans des bouquins. Les bibliothèques m'ont toujours attirée. J'étais plutôt bonne en français sans considérer que c'était un point fort. Je n'ai même pas envisagé de faire des études littéraires alors que les langues me passionnaient... Autant dire que j'étais à 1000 lieues de penser à écrire ! Et puis en 2012, suite à une pause dans mon activité professionnelle, je me suis remise en question. L'écriture a enfin pu se manifester librement et j'ai commencé à écrire.
Quels sont vos rituels d'écriture?
J’écris de préférence le soir, installée sur mon canapé en écoutant de la musique. Les notes me transportent et m’inspirent.
Avez vous un genre de prédilection ? Si oui pourquoi?
Je n’en avais pas jusqu’à ce que je commence à écrire de la New Romance. J’aurais pourtant dû m’en douter car depuis petite je me faisais mes « petits films » dans ma tête, toujours des romances :-) Adolescente, je lisais les Cœurs Grenadine que nous échangions entre copines, des livres de Danielle Steel que j’empruntais à la bibliothèque municipale. Ma grand-mère lisait le magazine Nous Deux qui propose un supplément mensuel que je ne manquais jamais…Grace au concours Nuit Blanche sur Fyctia, je me suis découvert une affinité avec le genre érotique que je compte bien explorer plus avant.
Ma ptite interview avec Estelle Every qui nous parle de Fyctia et d'Endless Night
Pourquoi avoir commencé à être publiée sur une plateforme telle que Fyctia?
Je suis une auteure très connectée, et j’ai adoré le concept de la plateforme. J’avais également besoin d’un retour professionnel sur mon écriture. C’est ce que j’attendais en créant mon compte Fyctia. Ce que j’y ai trouvé va bien au-delà… J’ai fait connaissance avec des lectrices formidables dont les commentaires avaient le pouvoir de me porter. Des auteures géniales, une solidarité et une entraide hors du commun. Enfin, une équipe Fyctia très professionnelle, dynamique et à l’écoute de ses auteurs.Le rythme lors d’un concours Fyctia est très soutenu. J’aime imager la chose comme ceci : j’étais une joggeuse du dimanche qui a tout à coup entamé une préparation pour un semi-marathon. Il faut publier de manière très régulière afin de garder son lectorat, qui attend d’ailleurs chaque chapitre avec beaucoup d’impatience ! C’est à la fois motivant, et à la fois une pression à gérer.
Pensez vous que l'interaction avec vos lecteurs sur ce type de plateforme soit plus intense?
Effectivement, le mode d’écriture sur la plateforme rend l’expérience d’auteur bien plus intense que lorsque l’on est seule chez soi sans retour sur son histoire. La relation qui se tisse avec les lecteurs est très étroite. Les commentaires en fin de chapitre permettent de se faire une idée des attentes et des réactions à chaque moment. L’intrigue peut évoluer en fonction de ces retours.
Parlez nous à présent de Endless Night. Pourriez vous présenter en quelques mots votre roman?
Endless Night est forcément à l’image de son auteure : atypique. C’est un roman singulier car on peut y retrouver les différentes influences littéraires qui me plaisent. Des ouvrages tels que le Da Vinci Code et Millenium m’ont particulièrement marquée.En écrivant ce roman, j’avais envie de dépasser les codes littéraires, de m’affranchir des tabous, de laisser libre court à mon imagination. J’avais envie de présenter la sexualité d’un autre point de vue : celui de la femme qui en profite comme bon lui sied. Il est très rare de nos jours de rencontrer l’homme de sa vie au premier rancard. Or les romances classiques présentent cette « image idéale » du couple qui tombe amoureux suivi du « ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants ». Ouais, chez Disney peut-être, en réalité c’est un peu plus compliqué que ça.Les scandales de harcèlement sexuel auxquels nous avons assisté ces derniers temps démontrent bien qu’il y a encore des progrès à faire dans la considération et l’acceptation de la sexualité féminine. Je souhaitais créer une héroïne qui connaisse ses besoins en matière de sexe et qui les assume sans aucune honte. Pourquoi lier la sexualité féminine aux sentiments ? Pourquoi la femme doit-elle être amoureuse pour « justifier » sa sexualité ? Donc j’ai pris le contrepied de tout ça. Si on devait le résumer en quelques mots, ce serait : torride, addictif et décomplexé.
Ma ptite interview avec Estelle Every qui nous parle de Fyctia et d'Endless Night
Combien de tomes comptera cette saga?
Elle devrait en compter deux, à moins que les personnages n’en décident autrement :-)Jusqu’à la moitié du tome 1, je pensais que l’intrigue serait sur un seul tome. J’ai ensuite découvert que mes personnages avaient d’autres aventures à me raconter ! J’avoue que l’intrigue d’un tome 3 se dessine parfois à l’horizon mais je ne sais pas encore comment elle se relierait aux deux tomes précédents donc je ne peux pas en dire plus.
La saga est clairement érotique même si on note une intrigue ancrée dans le monde du journalisme et des affaires occultes. Est ce plus difficile d'écrire une romance érotique qu'une romance contemporaine ?
La différence entre l’érotique et la romance est que dans l’érotique les sentiments ne sont pas le moteur principal de l’intrigue. Comme vous pouvez le constater, c’est le cas dans Endless Night car je me suis attachée à respecter le genre. C’était une première pour moi car je n’avais jamais écrit d’érotique mais maintenant que j’ai dépassé le cap, je ne sais pas si j’aurai envie revenir à la romance plus soft…Je n’ai pas noté de difficulté à écrire l’une ou l’autre de ces romances. Je pense simplement avoir une affinité plus importante avec la romance érotique. Une évidence depuis le concours Nuit Blanche.
Pourquoi avoir situé votre intrigue en Russie?
Le thème du concours était « Nuit Blanche », j’ai tout de suite pensé aux nuits blanches de St Pétersbourg. De début juin à mi-juillet, le soleil semble ne jamais se coucher. Les pétersbourgeois en profitent pour faire la fête, il s’agit d’un véritable symbole touristique de la ville. L’idée était de coller au thème et de faire preuve d’originalité. La Russie n’est pas un « décor » typique des œuvres de New Romance. Je souhaitais dépayser mes lectrices dans tous les sens du terme.Petit détail amusant, j’avais vu un reportage sur Arte au sujet des jeunes femmes russes et de leur motivation pour épouser des occidentaux. Pour cela, certains établissements n’hésitent pas à proposer toutes sortes de cours, y compris ceux que Valentina dispense (je ne vais pas plus loin sous peine de spoiler).
Pouvons nous parler du club Le Secret. Vous êtes vous inspirée de lieux existants ou ce lieu est il sorti de votre imagination?
J’ai créé le Secret de toute pièce. A ma connaissance, il n’y a pas de club tel que lui. Je me suis inspirée d’images de palaces pour les décors et d’images de clubs libertins pour les parties plus hot. L’organisation du travail est une pure invention. J’ai toutefois pris la peine de faire des recherches en matière de droit concernant les accords de confidentialité en Russie.
Ma ptite interview avec Estelle Every qui nous parle de Fyctia et d'Endless Night
Pouvez vous nous présenter vos héros , Auxane et Grigori?
Auxane est venue à moi tout naturellement. Je lisais des romances avec des héroïnes sensibles et fragiles, parfois en manque de caractère. Au moment d’écrire Endless Night, j’avais envie d’une femme forte et sûre d’elle. C’est là qu’Auxane s’est présentée : jeune journaliste franco-russe qui veut faire ses preuves coûte que coûte. Elle a grandi en banlieue parisienne au sein d’une famille déchirée par un drame. Elle a dû compter sur elle-même très jeune, elle avance coûte que coûte. Le sexe est Grigori a un passé compliqué duquel il est ressorti plus fort et patron de son propre établissement. C’est un homme sophistiqué : il aime la musique classique, le luxe, les belles voitures et les belles femmes. Il considère le sexe comme un art et son appétit en la matière est assez développé…Les deux héros sont dotés d’une force de caractère qui les pousse à se confronter l’un à l’autre.
Quelles sont leurs failles et leurs forces?
Les failles d’Auxane résident dans son incapacité à s’ouvrir aux autres. Elle a du mal à faire confiance et surtout à aimer. Sa curiosité est tout autant un atout qu’un point faible car elle a tendance à se laisser porter par son amour de la vérité en perdant de vue son objectif. Sa force est sa détermination sans faille.Grigori est un maniaque du contrôle qui tolère mal d’être remis en question. Sa force est dans sa lucidité. Plus mature, il a un recul sur lui-même qui fait qu’il est très conscient de ce qu’il ressent. Sa faille c’est Auxane.
Leur passé a t-il fait d'eux ce qu'ils sont aujourd'hui? Peut on être marqué par son passé ou peut on s'en démarquer?
Bien sûr, leur passé a fait d’eux ce qu’ils sont maintenant. Surtout Auxane qui est profondément blessée.Je pense que l’on est forcément marqué par son passé, tout l’enjeu réside à le dépasser. On peut se construire par opposition, ou en répétant les schémas acquis. J’aime à croire que l’on peut tout dépasser et se composer une vie en apprenant des erreurs et en avançant.
Les personnages féminins sont forts et je pense notamment à Valentina qui est vraiment un personnage marquant. Sa psychologie n'est elle pas différente des autres ?
La psychologie de Valentina est très différente de celle des autres personnages ce qui tient sans doute à sa pathologie… je n’en dis pas plus pour ne pas spoiler. Disons simplement qu’elle reste le personnage le plus mystérieux pour moi. Elle a mis du temps à « venir me parler ». Sa personnalité troublée a été difficile à cerner. D’ailleurs la scène où elle est seule dans son boudoir a été la dernière scène érotique que j’ai écrite.Je me suis inspirée d’un maître de la Fantasy, Terry Goodkind, et de son œuvre L’épée de Vérité dans laquelle il met en scène des femmes, les Mord Sith. Ce sont de dangereuses dominatrices. Le personnage de Valentina leur correspond sur certains points.Valentina est tellement forte qu’elle prenait parfois le pas sur Auxane, c’est un personnage qui surprend et suscite la curiosité des lectrices.
Pourquoi avoir choisi un titre anglais et des termes anglais pour désigner les différents membres du Club?
Pour le titre, je cherchais un terme commun pour : nuit blanche, insomnie, nuit sans fin. Le terme anglais était parfait pour cela. Pour les noms des membres du Club, il est important de se rappeler que la clientèle est essentiellement étrangère. Il me semblait logique d’utiliser des termes anglais.
Milan sera t-il de retour dans le tome 2?
Milan sera de retour dans le tome 2, une grande partie de l’intrigue tournera d’ailleurs autour de lui et des secrets qu’il cache.
Peut on s'attendre à revoir aussi Syrine dans un avenir plus ou moins proches?
On peut s’y attendre :-)
D'ailleurs où en êtes vous du tome 2 ?
J’avance plus lentement que sur le tome 1 car je n’ai plus les lectrices qui me poussent à sortir un chapitre par jour…
Ma ptite interview avec Estelle Every qui nous parle de Fyctia et d'Endless Night
Quelle fut la scène la plus dure à écrire ? Pourquoi?
Ce fut la scène de Valentina dans son boudoir. Entrer dans la tête d’une personne dérangée n’est pas facile du tout surtout dans un contexte sexuel, si on peut dire. Pour autant, j’espère être arrivée à bien retranscrire le dédoublement qui la submerge.
Ecrire des scènes érotiques doit exiger une sacrée gymnastique lexicale pour ne pas tomber dans le vulgaire. Est ce un exercice facile pour vous d'écrire des scènes de sexe torrides?
A mon plus grand étonnement, ce furent les scènes les plus faciles à écrire – comme quoi j’ai peut-être une affinité poussée avec le genre ! Ce sont les scènes qui ont été les piliers du tome et auxquelles nous n’avons presque pas touché lors du travail éditorial.
De plus dans les romances érotiques un autre écueil à éviter est la redondance des pratiques sexuelles. Comment vous êtes vous assurée de la diversité de ses scènes?
J’ai fait des recherches, hum… Disons que certains sites n’ont plus de secret pour moi. Je dois avouer que j’étais blasée à la fin ;) Je me suis également intéressée aux produits en vente sur les sex shop en ligne, cela m’a donné des pistes de réflexion. Mais j’avais surtout quelques scènes primordiales en tête dès le départ.
A quoi peut on s'attendre dans le prochain tome, sans évidemment nous faire de grandes révélations (rires)
On peut s’attendre à de l’action, nos personnages vont partir dans un petit « road trip » improvisé qui va se corser. Un changement de décor majeur va intervenir. Nous pourrions également assister au retour de certains personnages importants. Enfin, je compte explorer le triangle amoureux d’une façon inédite…
Un dernier mot pour vos lectrices qui hésiteraient à lire votre roman?
Venez assouvir votre curiosité ! Le Secret vous accueillera avec plaisir, ambiance torride garantie :)

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Ptiteaurel62 39946 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines