Magazine Culture

Black Rebel Motorcycle Club – Wrong Creatures

Publié le 19 janvier 2018 par Touteouie @Toute_Ouie

Black Rebel Motorcycle Club - Wrong Creatures

Black Rebel Motorcycle Club – Wrong CreaturesBlack Rebel Motorcycle Club, le dernier bastion du rock américain qui se respecte un tant soit peu, a enfin sorti un nouvel album, le 12 janvier dernier : Wrong Creatures. 5 longues années après la sortie de Specter at the Feast, on était impatient d'entendre le trio américain en studio. Et tu croyais qu'on n'allait pas en parler ?

Wrong Creatures est une invitation à une sorte de voyage initiatique, limite mystique, qui s'ouvre avec DFF. Et quelle belle façon de pousser la porte de ce nouveau monde sombre, embrumé et poussiéreux signé Black Rebel Motorcycle Club qu'un chant chamanique au possible soutenu par une batterie millimétrée. Spook se charge d'allumer les premières braises et ce n'est pas King of Bones qui va calmer le jeu. On reprend notre respiration sur Haunt, sans doute notre morceau préféré de ce nouvel album. Possédé et hanté par une ambiance pesante et aérienne à la fois (ah cette montée finale nous file toujours les frissons).

Avec son intro Lou-Reedesque, Echo nous offre une nouvelle facette de BRMC, presque légère. Ce morceau souffle comme un vent de liberté tandis que Ninth Configuration arrive pour plomber l'ambiance avec ses différentes couches : entre le couplet acide, le refrain imposant et les longues minutes finales qui envoient tout valser dans un joyeux vacarme maîtrisé. Le moment " Wow " de l'album. Et ça tombe bien, le titre dure presque 7 minutes délicieuses. La basse inquisitrice de Question of Faith s'immisce ensuite dans nos oreilles et nous tire dans les bas-fonds, un peu crades, un peu collants, qu'on retrouve souvent dans l'oeuvre de BRMC. Calling Them All Away nous fait planer avant que Little Thing Gone Wild, le désormais grand classique, nous emporte dans sa fougue rageuse et jouissive à la fois.

La surprise de l'album est sans doute Circus Bazooko, avec son orgue qui nous rappelle de loin, les Doors. On ne s'attendait pas à ça de la part du groupe, mais alors pas du tout. Surtout après Little Thing Gone Wild, mais à bien y réfléchir, ce morceau ferait le même effet à n'importe quel moment de l'album. A l'heure où on écrit ces lignes et après avoir écouté l'album bien une trentaine de fois, on ne sait toujours pas si on aime ce titre ou non, mais il a le mérite de semer le doute. Heureusement, Carried from the Start nous remet sur cette route qu'on aime, faite de fumée et de danger, avant que All Rise ne termine l'aventure à coup de piano, instrument qui se fait très rare chez les Black Rebel Motorcycle Club.

On aimerait bien pouvoir dire du mal de BRMC un jour, mais pour le moment le trio américain ne nous a jamais déçu. Avec Wrong Creatures, on est même très loin de la déception. Cet album est la preuve qu'après presque 20 ans d'existence, le groupe reste fidèle à ses racines tout en apportant quelques touches de nouveauté et en proposant des morceaux d'une qualité plus qu'honorable. Bravo !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Touteouie 3810 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines