Magazine Culture

Douce-amère avec Mélanie Doutey et Michel Fau ...

Publié le 20 janvier 2018 par Nathpass
https://www.google.fr/amp/s/www.tf1.fr/amp/tmc/quotidien-avec-yann-barthes/videos/invites-melanie-doutey-et-michel-fau-douce-amere.htmlJe crois que je vais regarder ce quotidien au quotidien même si c’est sur TF1 mais avant de visionner cet excellent moment de télévision je suis allée hier soir voir la pièce Douce-amère avec Mélanie Doutey et Michel Fau et trois autres cavaliers séducteurs impertinents et acteurs pertinemment choisis : David Kammenos, Christophe Paou et Rémy Laquittant. Ah c’est tellement fort, intelligent, ciselé, dans un décor écrin, écran des années 70, ou serait-ce un oeil ? avec une musique marquante. Parce que c’est bien écrit, parce que cela nous détache de nos aprioris, sur le couple, l’amour. Quand je vois des amis se déchirer avant de se séparer et s’être fait le plus de mal possible, comme si c’était cela finir en beauté... je me dis comment se fait-il qu’on en soit toujours là ? Ce n’est pas une comédie de Shakespeare : la mégère apprivoisée ni un vaudeville de Guitry : Quadrille mais cela en dit long sur notre intime... à tous les temps, comme un film de Truffaut ou encore la maman et la Putain d’Eustache à cause aussi de Jean-Pierre Léaud...(pour moi de la même famille artistique par sa singularité que Michel Fau) Et Mélanie Doutey je ne risque plus de la confondre avec d’autres Mélanie actrices, quel étincelant ! comme dit Pascal on ne peut apprécier une grande actrice et belle femme ! que sur une scène de théâtre...

Douce-amère avec Mélanie Doutey et Michel Fau ...

Devant le théâtre des Bouffes Parisiens


Douce-amère avec Mélanie Doutey et Michel Fau ...

Le trou dans le rideau pour voir qui est dans la salle

Extrait de la pièce (et j'aurais pu en mettre d'autres, de mes préférés..):Philippe : Tu es peut-être faite pour éblouir ce brave garçon de toutes ces ambiguïtés que tu ne peux plus supporter chez moi. À ce moment là il faudra me verser des droits d’auteur.Elisabeth : Oh! mais n’aie crainte ! Tu laisseras des traces. On ne vit pas huit ans avec un homme comme toi sans qu’il en reste des traces profondes.Philippe : Ah ! l’oraison !Elisabeth : Tu es très enrichi de savoir que j’ai un amant !Philippe : Je suis fidèle à moi-même ; il faut bien qu’il y ait quelqu’un qui me le reste.Elisabeth : Quoi !Philippe : Fidèle ! C’est moi. Tu m’as dit : "Tu ne sauras rien". Je t’ai dit : " je saurai". Je sais. On ne m’échappe pas comme ça. Le mariage est une chose trop sérieuse pour laisser les femmes s’en occuper. Il est trop facile de dire. Eh bien, voilà ! nous sommes lassés, tournons la page. J’ai un grand respect des institutions. Elisabeth : Tu as surtout un grand respect de ce qui t’arrange.Philippe : Il se trouve que ce qui m’arrange correspond aux institutions. N’aie pas peur. Je ne mettrai pas d’entraves à tes décisions ni à ta vie. Mais tu me sentiras partout, tu sauras que je continue à tout connaître de toi. C’est ça un couple et tu verras que cela a quelque chose d’indissociable, si l’un des deux a décidé de ne pas se dissocier. La séparation, les remariages n’y font rien. Ah ! Le jour ou le dernier élément a la lâcheté d’abdiquer, alors là, c’est fini, mais jusque-là...Elisabeth : Non, Philippe Philippe : Quoi, « non » !Elisabeth : Je ne te suivrais plus, Philippe.Philippe : Tu ne me suivras plus !Elisabeth : Tu ne m’entraîneras plus dans ton labyrinthe. Je réussirai ma vie malgré les erreurs les échecs passés, mais pas avec toi.Philippe : Je suis aussi inévitable à long terme que le sont aujourd’hui Stéphane ou Michel. Je ne suis peut-être plus là (il désigne le cœur d’Elisabeth) mais je suis encore là (il désigne la tête d’Elisabeth). Et de là, je ne sortirai pas de sitôt. Tu es une femme marquée, ma grande passion en léthargie.Elisabeth : Mais je vais partir Philippe Philippe : Mais je m’en doute, Elisabeth Elisabeth : Je te mépriserais de me garder sachant que j’ai un amant.Philippe : Bien-sûr ! Ta foncière honnêteté !Elisabeth : Je vais partir doucement, lentement, dans les jours qui vont venir.Philippe : Tu pars comme tu veux, Elisabeth.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Nathpass 1125 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte