Magazine Culture

14-18, Albert Londres : «Sire, vous ne pouvez pas passer...»

Par Pmalgachie @pmalgachie
14-18, Albert Londres : «Sire, vous ne pouvez pas passer...» Les Allemands gardent leur secret
(De l’envoyé spécial du Petit Journal.) Front de Lorraine, 18 janvier. Donc on attend l’offensive allemande. Paris, par ses journaux, nous en entretient chaque matin. Nous savons d’eux qu’elle s’allumera sur plusieurs points : les Anglais auront leur choc ; nous, le nôtre. Où se produira le nôtre ? Mystère. Il n’est pourtant pas de mystère sans suppositions. C’est sur la gauche de Verdun, disent les uns, c’est dans l’Est, croient les autres. Dans l’Est ? Voici que je m’y trouve. Tout au début de la grande tragédie, du temps que l’Allemagne vivait dans son rêve d’invincibilité, l’Empereur, entouré de deux régiments de cuirassiers blancs, était venu, derrière la forêt de Champenoux, attendre que par leur mort, ses simples soldats gris lui eussent ouvert le chemin de Nancy ; il se voyait déjà duc de Lorraine quand un de ses généraux : s’approcha de lui : — Sire… lui dit-il. L’Empereur, ne doutant pas que l’heure du triomphe arrivât, se préparait à mettre son haut plumet. — Sire, reprit le général, vous ne pouvez pas passer, le chemin est obstrué, j’ai 18 000 morts en travers. Le Boche demanda un armistice de pitié. Castelneau lui accorda trois heures. On ne revit plus l’Empereur. Voilà ce que, cet après-midi, je me remémore sur le plateau d’Amance. La Seille, frontière et front, coule à nos pieds, la forêt de Champenoux, à droite, met sa tache épaisse ; nous sommes sur une des hauteurs du Grand-Couronné. Si l’ennemi, voilà trois ans et demi, dans son désir d’avoir Nancy, perdit dix-huit mille hommes à l’entrée de cette vallée, c’est probablement qu’il ne trouva pas meilleur passage. Pour arriver place Stanislas, l’Empereur ou ceux qui conduisent en son nom avaient choisi cette porte. N’est-il donc pas raisonnable de penser que c’est encore elle qu’ils chercheront à forcer dans le cas où la Lorraine leur sourirait toujours ? Leur « va-tout » Rien, sinon la logique, ne nous autorise à marquer dans les tentatives militaires prochaines ce coin de la Seille d’une croix blanche. Les Allemands gardent farouchement leur secret. Pas plus sur ce front que sur un autre, si nous basons nos renseignements sur nos investigations courantes, nous ne surprenons leur projet. C’est que ce coup qui sera leur va-tout n’est pas monté sur le même plan que les précédents. Cette fois ils concentrent très à l’arrière. Leurs réseaux de voies ferrées le leur permettent. Nous serons à deux jours de l’attaque que nous ne saurons pas à trente kilomètres près où elle se portera. Ce sera l’affaire pour leurs régiments de deux heures de plus ou de deux heures de moins de chemin de fer. Ils amènent leurs troupes sur leurs voies principales qui sont en rocade du front. De nombreuses petites voies y mordent, ce sont celles-là qui conduisent aux tranchées. Vers quelles tranchées déverseront-elles les masses d’attaque ? Mystère. Comment procéderont-ils ? Verrons-nous, ainsi que dans les anciennes tentatives, l’artillerie précéder d’une semaine, et plus formidable chaque jour, le départ du fantassin ? Nous ne penchons pas vers cette méthode. Il nous semble, pour tâcher de deviner la tactique qu’emploiera l’ennemi, qu’il serait plus clairvoyant de se reporter vers ses deux dernières offensives faites à l’étranger. Si le choc allemand doit avoir quelque rapport avec les chocs de jadis, il s’apparentera plus vraisemblablement aux attaques sur Riga et sur l’Isonzo qu’à sa ruée sur Verdun. Plusieurs observations nous le font supposer. D’abord l’attrait de la nouveauté : ils voudront nous déconcerter, nous surprendre et risquer le moins qu’ils le pourront de tomber, sinon sur une riposte, du moins sur une inébranlable résistance immédiate. Ils seront donc rapides. Ensuite, la leçon de leurs derniers succès : Riga, Isonzo ; ils ne fatiguèrent pas l’ennemi, ils l’assommèrent d’un coup. Riga fut plus dur, mais ils ne traînèrent pas. Ils seront donc violents. Troisièmement, le nouveau regroupement de leurs forces : ils ont reformé les corps d’armée, ce qui dévoile leur intention de manœuvre. Ils ont réhabitué leurs hommes à la marche forcée (toujours la leçon de l’Italie). Ils seront donc manœuvriers, disons plus justement qu’ils tâcheront de l’être. Dernier espoir C’est leur dernier espoir. Ils l’entourent d’un silence prodigieux. C’est à peine si nous croyons apercevoir, de-ci de-là, quelques travaux offensifs. Ils n’en font point. Ils sentent que, s’il leur reste une chance, elle doit surtout résider dans la surprise. Il est sûr que même à son armée, le grand état-major allemand cache son dessein. Il a supprimé la correspondance non seulement comme autrefois dans le secteur où l’on attaquera, mais sur tout le front. Il trompe ses troupes en marche sur leur destination réelle. Il fait courir de faux bruits pour dérouter jusqu’à la logique. Il fait des rideaux d’avions un peu partout, où ils lui sont inutiles et où il en a besoin. Dans la possibilité de coups de main sondeurs de notre part, il apprend de fausses nouvelles à ses gardiens présents de la tranchée, pour qu’ils nous les transmettent. L’Allemagne, à cette heure, cache la grimace de sa face sous un masque et les plaies de son corps dans un domino noir. Rapides, violents, manœuvriers, voilà donc ce qu’ils essayeront d’être, mais depuis quand sommes-nous devenus lents, doux et lourds ? Le soir tombe sur le plateau d’Amance.

Le Petit Journal

, 21 janvier 1918.
Aux Editions de la Bibliothèque malgache, la collection Bibliothèque 1914-1918, qui accueillera le moment venu les articles d'Albert Londres sur la Grande Guerre, rassemble des textes de cette période. 21 titres sont parus, dont voici les couvertures des plus récents:
14-18, Albert Londres : «Sire, vous ne pouvez pas passer...»
Dans la même collection
Jean Giraudoux Lectures pour une ombre Edith Wharton Voyages au front de Dunkerque à Belfort Georges Ohnet Journal d’un bourgeois de Paris pendant la guerre de 1914. Intégrale ou tous les fascicules (de 1 à 17) en autant de volumes Isabelle Rimbaud Dans les remous de la bataille

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Pmalgachie 8226 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines