Magazine Culture

(Note de lecture) Wanda Heinrichová, "Suis-je bien couverte ?", par Bruno Fern

Par Florence Trocmé

Logo_poezibao_2Cette suite de huit poèmes pourrait être placée sous le signe du mouvement. Tout d’abord d’un lieu à l’autre, du simple changement que permet le regard –  aux toilettes jusque dans le paysage (presque) – aux voyages effectués par un sujet exprimé à la première personne du singulier et dont les tribulations, pour la plupart à travers la Hollande, rappellent sans équivoque et à plusieurs reprises un autre voyageur : les pales à vent moulent / les nuages derrière le front / des donquichottes tardifs ou bien : je trotte dans la cour avec une marmite / une marmite trouée à mettre sur sa tête
Cela dit, loin de toute littérature exotique, ces divers déplacements ont pour but essentiel de dépasser l’apparente banalité du quotidien mais sans céder pour autant à un imaginaire qui ne procurerait qu’une beauté conventionnelle ou prétendument spectaculaire, cherchant plutôt à atteindre ce que désignent ces mots de Jean-Christophe Bailly : « Un livre n’est pas tant la production que la remise d’un sens, ou sa relance. » (1) – par exemple :
sur la jetée la vieille à la canne
les perles dans ses oreilles
ont soif de retourner
   à
      l’e-
      au
vont des jambes desséchées peu sûres
dans le dos le tam-tam d’une horde vive
Cette mise en évidence de liens a priori inattendus s’apparente parfois à la manière de Reverdy, même si W.  Heinrichová va jusqu’à rapprocher avec justesse des réalités beaucoup plus éloignées (2) et ajoute souvent une part d’humour non négligeable :
l’histoire accélérée des peaux
un enfant au petit déjeuner : berk
peaux dans les cuillères de tantes rouspétant
peaux tièdes dispersées à travers le paysage
nulle obligation de le visiter

Ses textes atteignent ainsi une étrangeté pas forcément inquiétante mais digne de la bobine odradek / [qui] tombe des marches / en traînant son fil, évoquée dans le poème qui donne son titre à l’ensemble.
Comme on a pu le constater ci-dessus, ce souci d’une dynamique passe aussi par l’écriture elle-même et notamment par un véritable travail du vers. D’ailleurs, une telle recherche est ici clairement énoncée (le vers : train roulant sans arrêt) et l’auteur réussit particulièrement bien à la mettre en œuvre, ce qui contribue à lui faire trouver du neuf – le dernier poème s’intitule fondamente nuove.
Bruno Fern

Wanda Heinrichová, Suis-je bien couverte ?, traduit du tchèque par Petr Král (3), éditions Les Presses du vide, 2017, 8 pages, 3 € 
1. Panoramiques, Bourgois, 2000.
2. « Le propre de l’image forte est d’être issue du rapprochement de deux réalités très distantes dont l’esprit seul a saisi les rapports. » (Le Gant de crin).
3.. Lui-même auteur de très nombreux ouvrages dont le dernier s’intitule Ce qui s’est passé, aux éditions Le Réalgar-Éditions – on peut en lire des extraits ici : Petr Král, "Ce qui s’est passé"


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines